Entre amis: Richard et Mario, les débrouillards

Entre amis: Richard et Mario, les débrouillards

Hatham via Unsplash

Nos amis, peu importe qu’ils aient 20 ans de plus ou de moins que nous, on les aime! Dans la situation actuelle, on réalise plus que jamais leur importance, même à distance. On vous présente des portraits en trois temps de relations complices, où la différence d’âge n’a pas d’importance. Deuxième rencontre de trois avec Richard, 66 ans et Mario, 50 ans, des travailleurs rigoureux.

À la mi-quarantaine, Mario s’est retrouvé en plein tournant de carrière. Manuel et débrouillard, il souhaitait travailler à son compte. À la même époque, Richard, réparateur d’électroménagers depuis 44 ans, envisageait la retraite. Mais n’ayant pas de successeur, il trouvait impensable de cesser ses activités du jour au lendemain. «J’étais pratiquement le seul dans mon secteur. Les gens auraient continué de m’appeler pour les dépanner.» 

Pour lire l'histoire d'amitié de Chantal et Andrée: Pour l'amour de l'art

Pour lire l'histoire d'amitié de Rose-Hélène et Audrey: Unies pour la planète

Heureusement, il a rencontré Mario. «Il est arrivé comme un sauveur!» Le vieux routier s’est empressé d’encourager le novice à suivre une formation professionnelle à Montréal. «J’ai vu qu’il était sérieux. On a donc convenu que je le prendrais comme stagiaire à son retour.» Pendant quelques mois, ils ont fait la run ensemble afin que Mario puisse se familiariser avec la routine et les différents modèles d’appareils, ainsi qu’apprendre à résoudre toutes sortes de problèmes sur le terrain. «Au début, j’effectuais les réparations et Mario posait des questions, tout en prenant des notes.» Puis le maître a cédé les armes, ayant constaté que son apprenti se débrouillait bien. Services électroménagers Richard est ainsi devenu Services 132 inc. Mais non sans que Richard propose à son remplaçant du soutien technique téléphonique. Une offre que Mario a acceptée d’emblée, fournissant même un cellulaire à son guide! «Je l’ai appelé tous les jours au début, pour toutes sortes de raisons», avoue Mario en riant. Il se trouve chanceux d’avoir eu un mentor aussi exceptionnel. «Sa disponibilité, sa patience, son calme et son expertise ont été de grande qualité.» Pour Richard, l’expérience lui a permis de mettre à profit son savoir et de laisser un héritage en fin de carrière.

Nos amis nous manquent et on veut aider: 11 options de bénévolat à distance

Bien que les appels S.O.S. se soient espacés avec le temps, les deux hommes ont toutefois continué à se fréquenter. Ils se rencontrent pour le lunch de temps à autre. «Richard est resté mon recours technique ponctuel, mais surtout mon appui moral, confie Mario. Il est de bon conseil quand j’ai des décisions à prendre pour l’entreprise. Et ça fait du bien de pouvoir parler de ma semaine avec un ami qui connaît mon boulot!»