L’entrée forcée en résidence privée ou en CHSLD

L’entrée forcée en résidence privée ou en CHSLD

iStockphoto.com

Pour Alice, il est hors de question qu’elle quitte la résidence familiale où elle a passé la plus importante partie de sa vie. Malgré son âge avancé, elle se sent encore capable de prendre soin d’elle-même et de demeurer seule. Toutefois, ses enfants ont une perception différente et ils se posent la question suivante: peuvent-ils forcer leur mère à déménager dans une résidence privée ou un CHSLD?

Une personne majeure est la seule personne responsable pour prendre des décisions la concernant. On ne peut obliger une personne à quitter son domicile contre son gré parce que cela va à l’encontre de son droit à l’inviolabilité, l’intégrité, l’autonomie et l’autodétermination. Ceci étant, il en devient autrement lorsque la personne devient inapte à consentir à ses soins de santé ou à gérer ses biens en raison de maladie ou de handicap. 



Pages :

4

Commentaires

placement

non si elle va bien elle peut rester ala maison les enfants peuvent aller la voir téléphoner rendre service je crois qu'elle en rendu elle même si elle peut administrer je crois que ça va

Avec de l,aide une personne

Avec de l'aide une personne devrait rester à la maison tant et aussi longtemps que sa vie n'est pas en danger.

Pas facile de gerer tout ca

Moi, ma mere a 94 ans elle a de la difficulté a marcher et demeure dans son condo encore et c'est toute une gymmatique que de gerer la nourriture, les soins de santé (médicaments, visite chez le medecin, l'oculiste, le dentiste, la coiffeuse, les soins de pieds, les comptes, son petit chien de compagnie aussi (nourriture, vétérinaire et promenades a tous les jours). Meme si elle engage des aides ménageres, il reste que la nuit elle est toute seule et ne veut pas d'aucune facon aller en résidence privée (je présume que la cause est le petit chien de compagnie)... Moi je gere tous cela en plus de ma propre famille.......je commence a etre pas mal epuisée.

cas d'inaptitude ?

Les cas d'inaptitude doivent être analysés cas par cas , le législateur ne peut prévoir toutes les subtilité dans

l'énoncé de juger de la gravité de celle-ci et d'autres facteurs propre a chaque cas . Entre une perte d'aptitude lente

et graduelle ou une sénilité avancez , des interventions fort différentes doivent être prises .

Les décideurs doivent penser en fonction du bien et du confort de la personne inapte et des solutions légales et

disponibles accessibles .

Voici un exemple assez courant . Les décideurs vont parfois vouloirs r'approcher la personne inapte d'un lieu

physique plus accessible pour eux , minimisant de dépaysement de la personne l'inapte ! Dans certains cas cette

décision peut-être fatale a la personne en perte d'autonomie.

Exécuter un manda d'inaptitude demande beaucoup plus de jugement et de gros bon sens , que la

liquidation d' une succession . La porté des décisions est plus imprévisible , donc requiers des actes et décisions qui

influence directement l’être humain .