Ce que la vie m'a appris: entrevue avec Sylvie Bernier

Ce que la vie m'a appris: entrevue avec Sylvie Bernier

Marc-Antoine Charlebois

Elles ont toutes trois relevé des défis, rencontré des obstacles et changé plusieurs fois de carrière. France Castel et Sylvie Bernier et Marie-Lise Pilote se sont confiées en trois temps pour partager avec nous ce que l'expérience leur a apporté. Dans ce troisième et dernier volet, Sylvie Bernier souhaite transmettre la curiosité.

C’est quoi, «avoir de l’expérience», pour vous?

C’est avoir du vécu, et utiliser ce chemin parcouru avec une sagesse qui nous permette d’apprendre de ce vécu et de cette introspection. Vieillir, c’est garder cette même curiosité, ce même désir d’apprendre, et l’utiliser. Faire une synthèse de toutes nos expériences de vie personnelles et professionnelles, autant les extraordinaires que les plus difficiles, et être capable d’utiliser ce qu’on en a appris pour se réinventer tout le temps. 

Accordez-vous moins d’importance à certaines choses avec le temps?

Notre expérience de vie fait qu’on ne réagit pas toujours de la même façon, notre capacité à remettre les choses en perspective évolue. Ma carrière sportive, de mes 7 ans à mes 20 ans, a été une école de vie accélérée. J’ai appris très jeune à organiser mon horaire, mon temps, gérer mon stress, ma concentration sur des choix et des objectifs que je me donne. Mais en vieillissant, on relativise beaucoup, nos priorités changent… Certains mots ont disparu de mon dictionnaire et de ma vie, comme «performance», «compétition», «entraînement». Je continue à être très active, je bouge, mais pour le plaisir. Le mot «plaisir» est d’ailleurs plus présent dans tout ce que je fais. Le désir aussi de servir, d’être utile. 

Comment se traduit ce désir?

Pendant 20, 25 ans, on répond aux besoins de base de notre vie familiale et professionnelle. Mais lorsque les enfants partent, on relève la tête et on se demande: «Comment utiliser tout mon vécu et mon expérience de vie pour plus grand que soi?» C’est pour ça que je parle de servir. Dans mon cas, ça se concrétise de multiples façons, notamment par mon dernier livre et mon documentaire sur une étape de ma vie, le décès de mon neveu Raphaël, et le programme Nager pour survivre pour les enfants, une cause qui m’est très proche. Avec les parents de Raphaël, nous avions des objectifs bien précis: honorer sa mémoire, parvenir à une réglementation plus sévère des activités guidées et faire en sorte que tous les enfants du Québec développent les habiletés de base pour survivre à une chute inattendue en eau profonde. C’est notre grand rêve, nous avons d’ailleurs créé le Fonds Raphaël Bernier pour lui assurer une pérennité. 

Vous avez eu plusieurs carrières, ou plutôt une carrière multiforme. Quels modèles vous ont donné la force de persévérer?

Je ne pourrais pas donner de nom en particulier, mais j’ai un grand respect pour ceux qui vont au bout de leur potentiel, que ce soit des chanteurs, des musiciens, des athlètes. Il n’y a pas de succès instantané, ça n’existe pas. Pour se dépasser, ça prend de la persévérance, des objectifs, une rigueur. Le talent, c’est 10, 15, 20 %; le reste, c’est un engagement. Se lever un jour et se dire: «Ok, c’est là que je vais aller.» 

Avez-vous l’impression d’être allée vous-même au bout de votre potentiel?

Je vois ma vie comme un grand chemin, un escalier. Je suis loin d’avoir terminé. Oui, j’ai atteint l’objectif que je m’étais donné jeune, sur le tremplin, je commence à vraiment le réaliser 30 ans plus tard. Et cela prendra sûrement 30 ans avant de bien voir mon après-carrière. La suite d’une carrière sportive n’est pas facile: se réinventer, retrouver des passions. On a été le meilleur au monde, mais il faut se trouver autre chose dans la vie. Retourner dans mon cas sur les bancs d’école, puis commencer à la radio et à la télévision, avec l’humilité du débutant… Parce que j’étais totalement débutante. Je suis devenue championne olympique avec des milliers d’heures d’entraînement, presque un million de plongeons. Je savais que je ne deviendrais pas animatrice juste de même. Ce n’est pas parce que le gens me regardaient différemment depuis ma médaille olympique que j’étais bonne dans tout. J’ai fait ma recherche d’identité entre 20 et 25 ans, en ayant déjà de la notoriété. 

Comment s’est passée cette découverte de vous-même tout en étant dans l’œil du public?

J’ai cherché. J’ai cherché beaucoup. (rire) J’étais extrêmement réservée: je pratiquais un sport individuel, je m’entraînais 35 heures par semaine seule, je ne connaissais personne au cégep, comme j’entrais et je sortais de mes cours. Il m’a fallu une grande adaptation. Mais aujourd’hui, 35 ans plus tard, tout ce vécu, cette anxiété que j’ai ressentie, fait que je suis qui je suis… Je l’ai utilisé positivement. Ma ligne directrice a toujours été la curiosité. On aspire tous à être une meilleure personne. 

Vous accordez une grande importance au travail. Est-ce une valeur que vous avez transmise à vos filles?

Mes enfants ont beaucoup appris par observation, autant de moi que de mon mari, qui est aussi travailleur autonome. On prend soin de nous, par l’alimentation, un mode de vie actif au quotidien… La rigueur au travail aussi. Mes filles sont très travaillantes. On leur a toujours dit que rien n’est impossible. Trouvez ce qui vous allume, puis après, ne comptez pas les heures! Quand on aime ce qu’on fait, on ne regarde pas sa montre. Nous avons toujours été passionnés par notre travail, et nos enfants sont comme ça aussi, ce qui nous rend très fiers. C’est une grande richesse d’aimer ce qu’on fait.

Vous avez gardé la flamme dans tous les projets que vous avez entrepris. C’est quoi, votre secret? 

Il faut écouter son cœur. Si on est trop dans le cérébral, trop dans sa tête, la passion disparaît. Si je m’investis dans quelque chose, il faut que ça vienne me chercher dans les tripes. J’étais comme ça en tant qu’athlète. J’ai pris ma retraite tout de suite après les Jeux parce que je sentais que la flamme n’était plus présente. En retournant sur le bord de la piscine deux semaines après, ce n’était plus là. J’y vais beaucoup à l’intuition. Si je suis retournée faire une maîtrise à 45 ans, c’est parce que ça m’appelait. 

Quelle qualité vous a le plus servie?

Je pense que je suis persévérante, passionnée. En fait, quand on est passionné, la persévérance vient avec. 

Le défaut qui vous a le plus nui? 

Mon mari me dit que parfois je ne réfléchis pas et je fonce. Cette impulsivité va avec ma qualité, mais les gens autour de moi ne comprennent pas toujours. Je ne parviens parfois même pas à l’expliquer, j’y vais, même si rationnellement, ça n’a aucun bon sens! Je sais que j’ai des défauts, mais le bonheur de vieillir, c’est que je travaille continuellement là-dessus. 

Sylvie Bernier a publié Le jour où je n’ai pas pu plonger (Éditions La Presse, 192 p., 25,95 $). Son documentaire du même titre est disponible sur ici.tou.tv. La championne olympique est aussi marraine d’honneur de Nager pour survivre, un programme de la Société de sauvetage du Québec (info à sauvetage.qc.ca).

Photos: Marc-Antoine Charlebois | Stylisme: Claude Laframboise | Maquillage: David Vincent | Coiffure: Dany Cournoyer

Partagez votre opinion

Réagissez à cet article

Ce que la vie m'a appris: entrevue avec Sylvie Bernier

Laissez ce champ vide, il est là pour prévenir contre les soumissions automatisées en spam.

Voir les politique de commentaires