Louis Vigneault: héros au téléphone

Louis Vigneault: héros au téléphone

Retraité de Boucherville, Louis Vigneault est installé à Mansonville depuis peu. Et il découvre l’histoire de son village d’accueil et celle de ses habitants grâce au bénévolat.

Avant que la pandémie frappe au Québec, le Centre d’action bénévole de Missisquoi-Nord (CABMN) avait déjà en place un programme d’appels à sa population vulnérable âgée de 70 ans et plus. Louis Vigneault y participait d’ailleurs comme bénévole depuis l’automne dernier. «J’ai répondu présent parce que ma conjointem’a fait connaître l’endroit. Comme j’ai une habileté à entrer en contact avec les gens et que je n’avais pas du tout envie d’être à la retraite, ça tombait bien!» La crise est venue néanmoins bousculer les choses. 

 

Marathonien de la jasette

Au printemps, il en a fait des coups de fil. «Au total, ce n’était pas moins de 300 par semaine!» Heureusement, cet ancien directeur des opérations dans un centre de conditionnement physique avait assez d’énergie et la langue suffisamment déliée pour accomplir son sprint d’appels hebdomadaire. «Quand je parlais aux gens, je m’informais de leur santé, physique et mentale. Je leur demandais s’ils prenaient toutes les précautions nécessaires, de quelles façons ils occupaient leurs journées, comment ils vivaient ça, la pandémie. Le but était de s’assurer que toute personne isolée allait bien, qu’elle ne manquait de rien, que son moral tenait le coup. On a eu une belle réponse des gens, dont certains attendaient nos appels avec impatience.» Plusieurs ont touché notre homme. «Comme cette dame de 70 ans, qui vit avec sa mère de 94 ans. Elle a fort à faire pour s’occuper de celle-ci. La situation est difficile pour certains.»

 

Vous êtes un Giroux, vous?

Si ça lui faisait grand plaisir d’accomplir chaque semaine sa mission d’appelant bienfaisant - «C’est l’fun de faire une différence dans la vie des autres»-, M. Vigneault a aussi joint l’utile à l’agréable, prenant goût à ces conversations qui parfois s’étiraient plus longuement que de coutume. «Il y en a qui me tenaient longtemps au téléphone! (rires) Ils me parlaient de leur vie, de leur famille, de leurs petits-enfants. De la neige qui a eu ce printemps, des chaleurs élevées qui ont suivi… Tout était sujet de conversation!» Doté d’un caractère sociable - «Je suis volubile, le genre à toujours vouloir égayer les conversations», notre bénévole quinquagénaire est aussi très curieux de nature. «Je m’intéresse aux gens, j’aime discuter avec eux, en apprendre sur eux.» C’est au fil des conversations téléphoniques qu’il s’est d’ailleurs familiarisé avec les gens de Mansonville, où il habite depuis à peine un an seulement. «Maintenant, j’en sais davantage sur l’histoire de village, sur les familles d’origine, les Giroux, les Côté, les Laplume… Celles qui venaient d’Angleterre, de la Pologne. Mon père était maniaque de généalogie. Je tiens peut-être ça de lui?» Désireux d’élargir ses connaissances, il explore ces temps-ci, entre ses visites à sa mère, atteinte d’Alzheimer*, et à sa fille enceinte, les avenues de son village. «Quand je croise une personne âgée et qu’on en vient à jaser, je lui demande son nom de famille. Des fois, je reconnais le nom et je lance: “Eille, on s’est parlé au téléphone! (rires)” Ça crée des liens, mettons.» Parce que pour lui, c’est naturel en cette période difficile de donner, de rester solidaire. «Et ça veut dire d’apprendre à se connaître.» 


*L’équipe de Bel Âge tient à offrir à M. Vigneault, ainsi qu’à toute sa famille, nos plus sincères condoléances pour le décès de sa mère, Mme Rolande Lefebvre Vigneault, survenu le 25 juin (quelques jours après notre entretien téléphonique), à l’âge de 93 ans. 


Ces portraits sont réalisés dans le cadre de notre action On jase-tu? qui vise à briser l’isolement social. Merci à nos partenaires de leur appui: Quebecor | Les Résidences Soleil - Groupe Savoie | Laflamme et Associés | L’Association québécoise des retraité(e)s des secteurs public et parapublic | McCafé