Le cancer du sein: vrai ou faux?

iStockphoto.com

Réponses 9 et 10

9) Faux.

Il n’y a pas si longtemps, on croyait effectivement que tous les cancers du sein se ressemblaient. Par conséquent, on les traitait tous de la même façon. Mais grâce à la recherche, on sait qu’ils se forment et évoluent de façon différente, ce qui a permis aux chercheurs de mettre au point des médicaments de plus en plus ciblés et performants. Chaque cancer du sein est maintenant traité de façon personnalisée.  

10) Vrai.

La Fondation du cancer du sein du Québec encourage les femmes à adopter ces trois pratiques de santé du sein, puisqu’un diagnostic précoce signifie un meilleur taux de survie et des traitements moins invasifs. Outre l’observation régulière des seins, elle recommande de procéder à un examen clinique une fois par an ou tous les deux ans. Cet examen est d’autant plus important que le médecin sait exactement où et quoi chercher. Quant à la mammographie, elle reste encore le moyen le plus fiable pour déceler des tumeurs non palpables et dépister la maladie de façon précoce. À partir de 50 ans et jusqu’à 69 ans, participez au Programme québécois de dépistage du cancer du sein et passez une mammographie tous les deux ans. Si vous avez moins de 50 ans ou plus de 69 ans et présentez un risque élevé, vous devez discuter avec votre médecin de la pertinence de passer une mammographie à intervalles réguliers. 


Vous aimerez aussi:


Le cancer du sein peut-il se prévenir en mangeant mieux? Tout à fait. C’est la réponse claire et nette que donnent les deux spécialistes du cancer que sont les Drs Richard Béliveau et Denis Gingras, auteurs du fameux Cuisiner avec les aliments contre le cancer.

Devant la controverse sur l’hormonothérapie substitutive (HTS), les produits de santé naturels (PSN) apparaissent comme une alternative prometteuse. Mais «naturel» ne signifie pas automatiquement «efficace». Une alternative, oui, mais à prendre au sérieux…

En juillet 2015, le Québec a approuvé le médicament Perjeta dans le traitement du cancer du sein métastatique, une nouveauté qui pourrait prolonger de 16 mois la durée de vie des patientes atteintes de cette forme de cancer.




Pages :