Sous un ciel étoilé

Cet été encore, en juillet, je mettrai le cap sur l’Abitibi pour quelques jours de vacances en compagnie de mon frère Jacques.

Départ vers 9 h. «Pas avant!» dixit frérot. S’il n’en tenait qu’à moi, nous serions à bord dès l’aurore. «Je suis en vacances. Tu ne me bousculeras pas», redixit frérot.

Vers midi, nous nous arrêterons pour manger à Mont-Laurier. Jacques grillera une cigarette en guise de dessert. J’éviterai toute remarque susceptible de le piquer au vif, du genre : «Vas-tu te décider enfin à arrêter de fumer? Pense à ta santé, à ton coeur, au grain de ta peau, aux rides, à ta dentition.» Sa cigarette terminée, nous reprendrons la route. Vers 15 h, nous ferons une halte à L’Étape, au milieu de la réserve faunique La Vérendrye. Jacques grillera une autre cigarette. Et je m’abstiendrai encore de toute remarque susceptible de mettre le feu aux poudres. Nous irons faire un petit tour sur le quai près du restaurant, passerons quelques commentaires sur la clarté de l’eau, le bonheur de se retrouver ainsi au coeur de la nature. Puis nous reprendrons notre route.



Pages :