La vieille dame

C’est maintenant au tour d’une vieille dame de payer. Elle ouvre son sac, lentement, compte son argent. C’est un peu long. À quatre-vingts ans, elle n’a plus la célérité de ses vingt ans.

La caissière, sans doute fatiguée de sa journée et voyant tous ces clients qui attendent, s’impatiente.

-Allez, la vieille ! Vieille lente ! Vieille Indienne !

Il faut préciser que la dame est une Autochtone. Elle ne comprend pas le français, mais devine sûrement, au ton de voix de la caissière, que celle-ci n’est pas de bonne humeur.

La dame finit enfin par payer et s’en va.

Le hasard veut que, parmi les clients qui attendent à la caisse, se trouve un jeune homme dont la mère connaît bien la famille de la vieille dame. De retour à la maison, il raconte à sa mère la scène dont il a été témoin. Celle-ci ne fait ni une ni deux et appelle l’une des filles de la vieille dame pour lui dire ce qui s’est passé. 

Outrée et blessée par la façon dont on a traité sa mère, la jeune femme décide de porter plainte. Le commerçant visionne les images captées par les caméras de sécurité. En effet, tout est là. On entend distinctement les mots de la caissière. « Vieille lente ! Vieille Indienne ! » Le commerçant décide de congédier l’employée malveillante. 



Pages :

1

Commentaires

C'est sur que l'on est moins vite en veillisant

j'essais toujours d'aller aussi vite que je peu surtout au caisse je prépare tout à l'avance l'argent ,les cartes métro ou autre j'aurai 80 ans au mois de mai