La Virginie, entre l’histoire et le patrimoine

iStockphoto.com

Demandez à des Québécois s’ils connaissent la Virginie. La plupart vous parleront de Virginia Beach, qu’ils associent à son fameux slogan Virginia is for lovers. Effectivement, le petit État américain bordé à l’est par l’océan Atlantique plaît beaucoup aux amoureux des plages, des couchers de soleil et du farniente. Mais si nous nous dirigions plutôt vers le nord de l’État? Nous découvririons alors un autre aspect tout aussi intéressant, à savoir le rôle majeur qu’a joué la Virginie dans l’histoire américaine. Au fait, saviez-vous que sept des douze premiers présidents des États-Unis, à commencer par George Washington, étaient originaires de cet État? Que la guerre de l’Indépendance (1775 à 1783) et la guerre de Sécession (1861 à 1865) se sont terminées en Virginie?

La ville d'Alexandria

Débutons d’abord par la ville d’Alexandria. À seulement cinq milles de Washington, sur la rive ouest du fleuve Potomac, Alexandria met son passé en valeur dans l’Old Town. Le quartier est quadrillé de rues bordées de belles résidences des XVIIIe et XIXe siècles, dont la Carlyle House, de style palladien, où se rencontraient les gens qui aimaient discuter de la situation politique du pays. Il est fort agréable d’arpenter les rues Prince, Princess, Duke et Queen et de se tremper dans l’atmosphère de l’époque. La rue commerciale King, quant à elle, traverse toute la ville et débouche sur le Potomac. Le long de cette rue animée se succèdent boutiques, cafés, restos, jolies vitrines… 

«Alexandria se visite en marchant, explique Claire Moledoux, du bureau de tourisme de la ville. Plus de 3 millions de touristes s’y amènent chaque année, attirés par son ambiance, son architecture et son authenticité. Ils viennent magasiner et flâner rue King, puis ils font des croisières sur le Potomac ou, encore, prennent un bateau-taxi de la Potomac River Boat Company pour se rendre à Washington. D’autres voguent jusqu’à Mount Vernon, la demeure de George Washington, à quelques kilomètres de là.» 

Le fleuve apporte un vent d’air frais à la ville. Juste devant, le Market Square, où se tenait un marché d’esclaves à l’époque des grandes plantations, propose aujourd’hui des espaces de détente et des commerces sympathiques. On y vient pour se restaurer et boire une bière locale en regardant les bateaux de plaisance. Les cyclistes, quant à eux, profitent d’une magnifique piste de 18 milles aménagée le long du Potomac. Sur la place Market Square, le Torpedo Factory Art Center est un incontournable. Dans un vieux bâtiment de 1918 qui servait à la fabrication de torpilles (plus de 900 en sont sorties entre les deux guerres) ont été aménagés il y a une trentaine d’années au-delà de 80 studios d’artistes et galeries d’art, un concept plutôt révolutionnaire à l’époque. On peut y voir des artistes à l’oeuvre en peinture, sculpture, photographie, lithographie, art textile, joaillerie… Lisa Schumaier, une artiste audacieuse qui a réalisé La Cène en gomme à mâcher, offre des boules de gomme colorées aux visiteurs afin qu’ils puissent apporter leur contribution à l’oeuvre. Une rencontre amusante. 

Si vous aimez voyager avec votre chien, Alexandria vous enchantera. Cette ville de 150 000 habitants compte 40 000 chiens. On la considère à juste titre comme une dog friendly city. La majorité des hôtels acceptent les chiens. Ainsi, le Monaco Hotel, rue King, leur offre toute une panoplie de services, dont le happy hour pour chiens, des cours de yoga et autres gâteries canines. La ville met à leur disposition 18 parcs publics. En saison estivale, la Potomac River Cruise Company organise des croisières pour eux. Des magasins de la ville rivalisent d’originalité pour vendre petits gâteaux, popsicles et autres friandises préparés à leur intention… Enfin, à l’Halloween et à Noël, on voit défiler dans la ville toute une meute de chiens costumés! Bref… de tout pour plaire aux toutous de tous genres et à leurs propriétaires. 



Pages :