La Havane: séduisante et cultivée

La Havane: séduisante et cultivée

iStockphoto.com

La Havane, son charme et son mystère

Un jour, dans un train entre Bruxelles et Paris, j’ai rencontré un Belge qui avait beaucoup voyagé. «Si vous voulez un bon conseil, évitez les grandes villes, qui se ressemblent toutes, et voyagez dans les campagnes, qui vous laisseront de bien meilleurs souvenirs», m’a-t-il suggéré. Vingt-cinq ans plus tard, je peux dire qu’il avait raison, le bougre. Enfin, presque. Il n’avait probablement jamais vu La Havane! Le jour où j’y ai mis les pieds, j’en suis tombé amoureux. Cette ville latine jusqu’au bout des ongles m’a ébloui. Elle manque de tout, pourtant. Sauf de charme et de mystère. Impossible de s’y promener sans chercher à savoir, à comprendre.

Retour dans les années 50

Ce qui fascine avant tout dans cette ville, c’est l’impression très forte de reculer dans le temps. Se promener à La Havane, c’est comme revenir dans les années 1950. Le mobilier urbain et les vieilles voitures ramènent à cette époque où La Havane s’est arrêtée, dirait-on. Les serveurs du bel hôtel Plaza, au centre de la ville, par exemple, portent complet noir et boucle assortie, le tout un peu élimé, que l’on dirait tout droit sorti des placards de grand-père. La décoration fait vieillotte: photos en noir et blanc dont certaines ont viré au sépia, ascenseurs incertains, peinture défraîchie, fauteuils fatigués…

Facile à comprendre quand on sait qu’après la Révolution, au début des années 1960, l’île s’est mise à manquer de tout, souffrant de l’embargo américain. Elle n’avait pas le choix: il fallait conserver et astiquer ce qu’elle avait déjà. N’empêche, cette frugalité, issue du socialisme et du manque criant de tout, n’altère en rien le plaisir d’être là. Cubaines et Cubains, pour la plupart souriants, sont d’un contact aussi chaleureux que courtois. Si vous baragouinez quelques mots d’espagnol, l’effet est carrément magique!

La nuit, les néons des commerces illuminent la plupart des capitales du monde. Mais pas La Havane. Il y a très peu de publicité dans cette ville, qui se présente plutôt comme une enfilade ininterrompue de maisons et de rares commerces pourvus d’enseignes très sobres. Les piétons prennent leur temps, entre vélos, scooters, vieilles voitures, cyclo et taxis à profusion. Durant la saison chaude, la rue devient très peuplée.



Pages :

Partagez votre opinion

Réagissez à cet article

La Havane: séduisante et cultivée

Laissez ce champ vide, il est là pour prévenir contre les soumissions automatisées en spam.

Voir les politique de commentaires

3

Commentaires

la havane

je suis allé 2 fois et tres beaux a visité pour les gens du bel-age.

Hôtel

Nous aimerions visiter Cuba mais plusieurs commentaires négatifs nous font hésiter pouvez-vous nous conseiller un hôtel 5***** qui serait près de la Havane tout en pouvant profiter d'une belle plage et bonne nourriture.

références

En réponse à Françoise Dorval, j'ai passé trois semaines à La Havane en 2003 et 2004. J'ai visité tous les lieux mentionnés dans l'article, c'est une ville culturelle où l'on ne s'ennuie jamais. Pour les hôtels 5 étoiles, je vous recommande l'Hotel Nacional qui est historique, aussi l'Hôtel Parque central, avec une piscine sur le toit, situé dans le Centro à la limite de la Vieille Havane. Ces deux hôtels ont des piscines, ce qui est intéressant puisque l'on ne peut pas se baigner dans la mer à La Havane, il faut aller à 20 minutes sur les plages de l'Est.