Enjôleuse Anjou

iStockphoto.com

À Montjean-Sur-Loire, petit village de 2650 âmes, en aval d’Angers, dans la Loire, Jean-Patrick Denieul est l’un des derniers pêcheurs d’anguilles sur ce fleuve. Comme la pêche ne fait pas vivre son homme, Jean-Patrick emmène les visiteurs sur son bateau pour leur raconter l’histoire de son village, autrefois deuxième port de Loire, pour leur montrer les anciens fours à chaux et les vieilles gabares... «Voici le dernier fleuve sauvage d’Europe, dit le capitaine. Et il est toujours vivant.»

Vivant, mais protégé car, depuis peu, la partie centrale du fleuve – 280 km entre Sully-sur-Loire et Chalonnes-sur-Loire – est inscrite au Patrimoine mondial de l’Unesco. C’est sur un bateau comme celui que pilote Jean-Patrick Denieul que se laisse découvrir le grand fleuve qui coule paresseusement le long des villages aux maisons de tuffeau blanc, croisant au passage châteaux, forteresses, vignobles...

La région a été dessinée par plusieurs rivières: par la Loire bien sûr, mais il y a aussi la Mayenne, la Sarthe, le Loir, qui toutes se dirigent vers la Maine qui, à son tour, se jette dans la Loire. En Maine-et-Loire, l’eau a transformé l’Anjou en un véritable jardin, riche en vignobles et cultures de toutes sortes. Mais l’Anjou a bien plus à offrir encore.

Angers: le patrimoine

Les trois principales villes de l’Anjou, Angers, Cholet et Saumur, dessinent une sorte de triangle sur le territoire. 

Arrêtons-nous d’abord à Angers, capitale de l’Anjou, plantée devant la Maine avec son château médiéval bariolé de schiste gris et de tuffeau clair. Entouré d’une muraille de 1 km de long et décoré de 17 tours rondes, ce château construit au XIIIe siècle abrite la tenture de l’Apocalypse, à nulle autre pareille, avec ses 76 tableaux totalisant 130 m de long par 5 m de haut. Ce chef-d’œuvre du patrimoine mondial, inspiré d’un texte du manuscrit de saint Jean, aurait été tissé au XIVe siècle, pendant 7 années consécutives, mais a connu un parcours mouvementé à partir du XVIIIe siècle; la tapisserie fut taillée en morceaux pour servir de torchons à toutes sortes de corvées jusqu’à ce qu’elle soit sauvée par un moine qui mit 14 ans à la reconstituer et à la restaurer.

Ville des rois Plantagenêts qui se sont consacrés au développement des arts et des lettres, Angers est une belle ville patrimoniale qu’il est agréable de découvrir à pied. Le quartier de la Doutre sur les rives de la Maine, avec ses rues pavées et ses trésors architecturaux, l’Hôtel des Pénitentes, la cathédrale Saint-Maurice avec ses vitraux datant du XIIe siècle jusqu’au XVe siècle, comptent parmi ses plus beaux lieux.

La Place du Ralliement, qui contraste avec les quartiers médiévaux, est l’endroit animé de la ville avec ses boutiques, cafés, restos, théâtres... sans oublier les nombreux parcs qui enveloppent la ville de fraîcheur. C’est à Angers que la famille Cointreau fabrique, depuis quatre générations, ce réputé nectar à saveur d’orange qui fut un temps boisson des rois. Dans la salle des alambics qui a conservé son lustre cuivré depuis les débuts de l’entreprise il y a un siècle et demi, on fabrique annuellement jusqu’à 15 millions de litres de cet alcool.



Pages :