Allemagne de l'Est: la route des musiciens

iStockphoto.com

Ayant beaucoup souffert de la Seconde Guerre mondiale et des 40 ans de régime communiste qui ont suivi, l’ancienne Allemagne de l’Est se réveille maintenant pleine de vigueur, telle une jolie fleur qui aurait sommeillé longtemps avant d’éclore. Dans cette partie de l’Allemagne, beaucoup moins connue, les visiteurs découvrent avec surprise des villes médiévales étonnamment bien préservées, des châteaux et des églises qui ont été témoins des belles heures du romantisme allemand et, surtout, une tradition musicale qui ne l’a jamais quittée!

En découvrant la quantité de concerts offerts et l’amour inconditionnel des Allemands pour la musique, on comprend à quel point celle-ci fait partie de leur âme et combien de maux elle a pu apaiser, pendant toutes ces années difficiles. Encore aujourd’hui, beaucoup de jeunes, à Weimar, étudient au Conservatoire de musique fondé par Franz Liszt, tandis que les visiteurs affluent à l’opéra de Dresden pour entendre les œuvres de Bach, Strauss, Wagner et Haydn. La musique s’avère donc le prétexte idéal pour découvrir cette région, marquée par les passions des musiciens et de leurs mécènes.

Sur les traces de Bach

Pendant 132 ans, les orgues de l’église d’Eisenach ont vibré sous les doigts enchantés de quatre générations d’organistes de la famille des Bach. Aujourd’hui, ce simple nom suscite l’admiration de tous les musiciens et mélomanes. Dans la région de Thuringe, l’enfant du pays a laissé un héritage bien tangible, qui s’entend partout...

Chaque printemps, le Festival de Bach le prouve avec brio. Dans des églises pleines à craquer, même les plus jeunes enfants écoutent orgues et chœurs dans un silence quasi sacré.

Toute l’année, les visiteurs peuvent découvrir les passions et la vie de Johann Sebastian Bach en visitant l’église de son mariage, celles où il a œuvré comme organiste, ainsi que son lieu de naissance, à Eisenach. Fort heureusement, la société Bach a pu racheter cette maison médiévale où le jeune prodige est né et a grandi. On y découvre les objets de son enfance, on y apprend diverses anecdotes et l’on prend toute la mesure du talent qui lui a permis d’obtenir son premier poste d’organiste, à 18 ans!

À la fin de la visite, les guides nous offrent la chance d’entendre de cours extraits de ses œuvres, joués sur des instruments – clavicorde, orgue de salon, etc. – de l’époque.

Dans la petite église St-Bartholomew, à Dorheim, d’autres guides nous racontent avec une même passion les anecdotes de son mariage avec sa cousine Maria, le 17 octobre 1707. Le cortège d’invités, la cérémonie et l’orgue, bien sûr, grâce auquel l’assemblée avait pu apprécier des airs composés expressément par le cousin de Bach. Aujourd’hui, nombreux sont les mélomanes qui viennent se marier sur ces mêmes airs, dans cette charmante église, six fois centenaire.



Pages :