Destinations internationales

Pourquoi pas le Panama?

Qu’on cherche une formule tout-compris ou un endroit où se poser pour un long séjour, le Panama remplit les conditions idéales. La destination soleil parfaite pour cet hiver, épargnée par les ouragans récents et sécuritaire.

Pourquoi pas le Panama?

iStock Photo

En 2016, le Panama s’est retrouvé en première position du classement annuel «Global Retirement Index» du magazine américain InternationalLiving.com. Outre le climat tropical et le faible coût de la vie, on y offre en effet une foule de prestations sociales aux retraités. Une loi leur accorde d'ailleurs les mêmes droits qu'aux résidents du pays. De plus, le programme Pendionado, mis en place en 1987, offre aux étrangers de 60 ans et plus disposant d’une retraite d’au moins 1 000 $ par mois (montant suffisant pour vivre au Panama) de nombreuses réductions, et ce, même s’ils ne sont pas propriétaires d’un logement. Des exemples? De 30 à 50 % de rabais sur des nuitées à l’hôtel, 30 % sur des trajets en bus, en train ou en bateau, et 50 % sur différentes activités culturelles comme le cinéma et les salles de concert. Même si on ne souhaite pas s’y installer à l’année longue, le pays reste un excellent choix pour fuir l’hiver pendant quelques mois.

Une capitale qui a tout pour elle

Panama City figure sans contredit dans les incontournables du pays. Les gratte-ciel, dont le Tornillo, en forme de spirale, font réaliser qu'on se trouve dans une ville résolument moderne. Mais le passé de la ville est aussi peuplé de conquistadors et de pirates, et son centre historique, Casco Viejo, est inscrit au Patrimoine mondial de l’UNESCO. Souvent comparé à la Vieille Havane, le secteur donne un aperçu de la vie quotidienne. On y croise autant des groupes en pleine visite guidée que des enfants qui jouent sur les trottoirs. Absolument charmant! La capitale a été déplacée à l’emplacement actuel de Casco Viejo en 1673, deux ans après l'attaque de l'ancienne ville par les pirates. Quand on s’arrête pour visiter certains sites archéologiques, le contraste saisit: devant nous, des pierres anciennes, alors qu’à l’horizon se découpe une silhouette similaire à celles de plusieurs grandes villes du continent américain. L’un et l’autre définissent son identité.

Focus sur le canal 

Quiconque se rend au Panama pour la première fois voudra sans doute voir de plus près son légendaire canal, qui traverse l’isthme de Panama et relie les océans Pacifique et Atlantique. Construit par les Français et les Américains, il a été inauguré en 1914. Si l’idée germait déjà au XVIe siècle, il aura fallu attendre 1880 pour que la France se lance dans les travaux. Sa tentative se solde toutefois par un échec, et ce sont les Américains qui en termineront la construction. Considéré comme l’un des projets d’ingénierie les plus complexes réalisés à ce jour, le canal a eu un impact considérable sur le commerce maritime. Avant son ouverture, les navires devaient passer par le cap Horn et le passage de Drake, complètement au sud de l’Amérique. Un sacré détour! 

Une bonne entrée en matière pourrait être la visite du Musée du Canal de Panama, sur la Plaza de la Independencia, à San Felipe, dans le district de la Vieille Ville de Panama City. Et pour observer les opérations du canal, le Centre de visiteurs de Miraflores est une excellente option. De larges balcons permettent d’être aux premières loges et de voir les écluses s’ouvrir et se refermer.

Pour pousser l’expérience plus loin, préférez-vous monter à bord d’une embarcation imposante ou plutôt d’un modeste bateau ayant appartenu à Al Capone? Une traversée complète de 10 à 12 heures ou une excursion plus courte? Les possibilités d’excursions sont nombreuses…

Les tout-inclus, une bonne idée?

Autant Transat que Sunwing et Vacances Air Canada proposent la formule tout-compris au départ du Québec. Plusieurs hôtels offrant cette formule se trouvent du côté de la populaire Playa Blanca, sur la côte ouest. C'est une option intéressante pour un premier séjour, quand on veut surtout se reposer. Par contre, il faut compter, par exemple, deux bonnes heures pour se rendre dans la capitale ou au port d’où partent les croisières sur le canal de Panama. Un bon plan pourrait être de s’installer d’abord du côté de Panama City pendant une ou deux semaines (ou plus!) et de filer ensuite vers Playa Blanca pour une ou deux autres. 

Une des sorties les plus populaires est la visite d’un village Emberá, qui permet d’avoir un aperçu du mode de vie traditionnel de cette tribu originaire de la jungle du Darién, en Colombie. Les Emberá sont venus s’installer dans la région dans les années 1950. En 1984, quand le gouvernement a décidé de créer le parc national Chagres, ces derniers ont perdu plusieurs droits: chasser, cultiver le sol, couper des arbres… Le tourisme est alors apparu comme une solution. Seul hic: ils sont parfois capricieux, les touristes! Ainsi, les femmes Emberá ont dû se mettre à se couvrir la poitrine parce que certains s’offusquaient de les découvrir à demi-nues. Les hommes, pour leur part, ne se baladent plus vêtu d’un seul pagne, ils portent aujourd’hui une jupette.   

San Blas authentiques

Les voyageurs à la recherche d’une destination moins fréquentée, loin des gros resorts, devraient considérer les San Blas. L’archipel de 365 îles est un territoire autonome habité par les Guna, peuple fier qui préserve farouchement sa culture. Appelés «Sahilas», les chefs n’ont jamais accepté que des gens de l’extérieur achètent des îles ou y investissent. Ainsi, aucune chaîne hôtelière n’a pu s’installer dans le secteur. Les Guna administrent eux-mêmes de petits lodges et proposent des excursions, comme la visite d’un village. Découvrir les îles en voilier est une autre option très prisée. On peut s’y rendre en avion depuis l'aéroport national d'Albrook.

Sachez toutefois qu’il se gagne, ce coin de paradis! L’organisation du séjour est plus ardue que pour un forfait tout-compris. Pour se simplifier la vie, mieux vaut passer par une agence de voyages ayant des contacts avec des opérateurs locaux, comme Esprit d’aventure.

En pratique

On y va idéalement de janvier à avril, mais le pays se visite aisément à n’importe quel moment. Le climat se situe entre 24° et 29°C.

• Le Panama est très sécuritaire.

• L’aéroport de Rio Hato se trouve à une quinzaine de minutes de Playa Blanca. Ne comptez pas y faire vos achats avant de rentrer à la maison, car il est tout petit! 

• Pour plus d’info, procurez-vous l’excellent guide Panama des éditions Ulysse et consultez le site de Visit Panama (accessible en français): fr.visitpanama.com.

2

Commentaires

60ans et plus

Où pourrais-je avoir plus d'info, y-a-t-il un groupe existant qui y vont régulièrement?

Panama

Merci de nous faire découvrir ce coin du Sud.

Partagez votre opinion

Réagissez à cet article

Pourquoi pas le Panama?

Laissez ce champ vide, il est là pour prévenir contre les soumissions automatisées en spam.

Voir les politique de commentaires