Voyagez en avion, volez en paix!

iStockphoto.com

La fille de Janette vit à Paris. Alors, bon an mal an, elle prend l’avion pour la visiter. «Je suis en sueur avant même d’embarquer, raconte-t-elle. Pendant le vol, je refuse de me détacher et je m’agrippe aux accoudoirs. Je suis à l’affût de la moindre turbulence. J’arrive à destination complètement épuisée. Et l’idée du retour gâche mon séjour...» 

Une peur fréquente 

Avoir peur en avion est plus répandu qu’on ne le croit. On estime que 1 personne sur 10 est aux prises avec une phobie qui l’empêche de prendre l’avion et qu’au moins 4 passagers sur 10 ressentent une anxiété plus ou moins sévère pendant le vol.

«Bien que dérangeante, la peur constitue une réaction naturelle et vitale, car elle nous empêche de mettre notre vie en danger en mobilisant notre système de défense face à une situation nouvelle ou un possible danger», explique Andrée Letarte, psychologue au département des troubles anxieux et de l’humeur à l’hôpital Louis-H. Lafontaine et co-auteure de La peur d’avoir peur (Éditions Stanké). Si l’on n’avait pas peur, on mettrait notre vie en danger. Il est donc normal d’avoir peur la première fois que l’on prend l’avion, car on se retrouve dans un environnement en mouvement où l’on vit des sensations nouvelles, ce qui est déstabilisant. Mais si, après plusieurs vols, la peur ne diminue pas, ce n’est plus normal. Il faut chercher la cause pour la surmonter. 

«Il ne faut cependant pas confondre peur et phobie, poursuit Andrée Letarte. La phobie est une peur intense, persistante, excessive, irrationnelle face à quelque chose d’objectivement non dangereux. À moins d’un événement exceptionnel – la mort d’un proche par exemple –, les phobiques vont éviter ce mode de transport, alors que les personnes ayant seulement peur vont prendre l’avion même si c’est pénible. La peur est plus facile à contrôler que la phobie.» 



Pages :