La trousse du voyageur averti

iStockphoto.com

Le contenant

Le contenant idéal est léger, malléable et protège le contenu de l’humidité et de la lumière. On doit pouvoir le glisser aisément dans un petit coin exigu de ses bagages. Au fait, pourquoi ne pas avoir plutôt deux petites trousses, une pour les médicaments et une autre pour les premiers soins? Elles seront encore plus faciles à caser.

Les indispensables… pour vous

Si vous prenez habituellement des médicaments d’ordonnance, comme pour le diabète ou l’hypertension, assurez-vous d’en avoir suffisamment pour la durée du voyage, et un peu plus en cas d’imprévu qui prolongerait votre séjour. Ce que vous pourriez également mettre dans votre trousse : médicaments antidouleur sans AAS (Tylenol), anti-inflammatoires, antiacides, antidiarrhéiques, laxatifs, antinauséeux, antiémétiques (contre les vomissements), antihistaminiques, antibiotiques à large spectre, antispasmodiques, antalgiques, antipyrétiques, somnifères légers (Simply Sleep), gouttes antibiotiques pour les yeux, décongestionnant nasal, médicament contre le mal des transports. Pour les voyages en régions isolées, munissez-vous d’un antipaludéen contre la malaria.

Laissez chaque médicament dans son contenant d’origine et apportez la notice descriptive de chacun. Pour faciliter le passage à la douane, rangez séparément dans vos bagages ordonnances (avec reçus de pharmacie) et trousse. Assurez-vous que le nom latin des médicaments apparaît sur les ordonnances. Évitez les flacons, qui risqueraient de couler. Enfin, gardez vos médicaments d’ordonnance dans votre bagage à main, au cas où vos valises seraient égarées.

Les somnifères

Les somnifères légers recommandés pour la trousse ne devraient être utilisés qu’une fois à destination, si nécessaire. Ne prenez jamais de somnifères avant un long vol en avion ou durant un vol, afin d’éviter les risques de phlébite.



Pages :