Traitement et prévention

Nos nouveaux alliés contre la migraine

Les thérapies alternatives peuvent apporter un réel soulagement en cas de maux de tête. Et tout particulièrement après 60 ans, quand les médicaments classiques ne sont pas recommandés ou qu’ils demeurent insuffisants. 

Nos nouveaux alliés contre la migraine

iStock Photo

L’objectif

Se débarrasser des crises trop douloureuses et invalidantes, ou au moins les espacer, diminuer leur durée et leur intensité. Éviter également la prise anarchique de médicaments antidouleur, qui n’est pas sans danger, et qui peut être à l’origine de maux de tête chroniques.

Les symptômes 

Sans traitement, le mal de tête dure entre 4 et 72 heures. Il s’accompagne d’au moins deux des signes suivants : la douleur commence d’un seul côté du crâne, elle est pulsatile (elle tape comme un marteau-piqueur) et renforcée par l’activité. Souvent, des nausées et une intolérance au bruit et à la lumière s’y ajoutent.

La solution 

On allie plantes, acupuncture et vitamine B2. 

Deux plantes obtiennent de bons résultats en prévention:

• le grand pétasite: cette vivace qui pousse au bord des ruisseaux a des propriétés antispasmodiques, anti-inflammatoires et sédatives. Des extraits de son rhizome sont prescrits depuis plus de 30 ans en Allemagne pour traiter les migraines. La prise quotidienne de 150 mg d’extraits normalisés pendant trois mois, à raison de 75 mg deux fois par jour, diminue quasiment de moitié la fréquence des crises. «La plante sauvage contenant des alcaloïdes toxiques, il est impératif de la prendre sous forme de gélules prêtes à l’emploi. Et il faut s’en méfier en cas de problèmes hépatiques», alerte cependant le Dr Kurt Hostettmann, auteur des Plantes antidouleur (disponible à editionsfavre.com).

Pas toujours faciles à trouver en pharmacie et dans les magasins de produits naturels, ces capsules sont aussi vendues sur internet, sous le nom de Petadolex ou Butterbur. 

• la grande camomille: ses feuilles séchées contiennent du parthénolide, une substance active sur les neurotransmetteurs (petits messagers chimiques produits dans le cerveau). L’Organisation mondiale de la santé (OMS) reconnaît l’efficacité de ces tisanes pour prévenir les crises. Elle est également disponible sous la forme de complément alimentaire dans certains magasins de produits naturels et pharmacies.

L’acupuncture est aussi reconnue par l’OMS pour faire passer une crise avec succès. La recherche a montré qu’elle bloque la sécrétion de la substance provoquant la douleur et libère dans le cerveau une morphine naturelle, les endorphines. Outre soulager les symptômes, les petites aiguilles peuvent aussi aider à espacer les crises, à condition que les séances soient répétées régulièrement.

La vitamine B2 (ou ribloflavine) est préconisée par l’Académie américaine de neurologie. Dans une étude contrôlée de 1994, une supplémentation pendant trois mois (400 mg/jour) a permis de diviser par deux la fréquence des crises. Une complémentation en magnésium lui est souvent ajoutée, à la même dose journalière (en deux prises, associées aux repas).

Ça marche aussi!

L’homéopathie Certains médicaments sont fréquemment prescrits: Gelsemium 5CH quand des troubles visuels précèdent la crise ; Ignatia amara 7CH si elle survient après un stress; Nux vomica 7CH quand elle a une origine digestive ; Iris versicolor 7CH pour les crises matinales, et Sanguinaria canadensis 7CH si elles se produisent le week-end (1 dose hebdomadaire ou 5 granules matin et soir). Mieux vaut consulter en cas de maladie chronique, l’homéopathe adaptera la prescription selon que la douleur se manifeste du côté droit (Sanguinaria ou Iris versicolor) ou gauche (Spigelia anthelmia ou Ginkgo biloba en 5CH) et pourra ajouter un traitement de fond.

La relaxation Le stress est souvent mis en cause dans le déclenchement des crises. Toutes les techniques qui apprennent à le contrôler sont intéressantes. Sophrologie, réflexologie, bio-feedback, cohérence cardiaque, méditation, yoga, à chacun de choisir celle qui lui convient le mieux. Une étude a suivi des adultes sujets aux migraines ayant participé à des ateliers mêlant méditation et yoga pendant huit semaines. Résultat: les épisodes de migraine étaient plus courts et moins intenses que ceux traités par médicaments. Certaines formes de migraine semblent aussi soulagées par l’hypnose avec, selon des études menées à l’hôpital, des périodes de répit de plusieurs mois.

4 atouts en plus 

1 On boit de l’eau. Les maux de tête peuvent traduire un manque d’hydratation.

2 On respire amplement. Retenir son souffle entraîne une accumulation de gaz carbonique favorisant les crises. Respirer profondément et calmement quand la tempête s’annonce suffirait à la repousser une fois sur deux. 

3 On applique du froid sur les tempes et la nuque avec une poche de glace ou un stick de menthol rafraîchissant. On peut aussi utiliser des sticks d’huile essentielle de menthe poivrée, ou encore le fameux «baume du tigre» (sauf allergie). 

4 On teste l’alimentation cétogène. Ses menus très pauvres en glucides et riches en graisse diminueraient la fréquence des crises chez neuf patients sur dix selon une étude italienne.

3

Commentaires

Science ?.

Juste un petit commentaire. Il serait bon de bien valider les affirmations dans le texte. L’homéopathie n’a pas grand chose de scientifique... Assurez-vous que les résultats sont validés avec une approche scientifique rigoureuse. Je vous suggère la base de données Cochrane utilisée en médecine.

Il en va de la crédibilité de votre publication.

B. Lalonde

"Nouveaux" alliés contre la migraine - Commentaire

Après avoir lu cet article "Nos nouveaux alliés contre la migraine", je n'ai pas trouvé de "nouveauté" pour contrer la migraine, malheureusement.

Migraines

Il y a aussi le CBD OIL qui est très efficace pour soulager les migraine et autre types de maux de tête.

Partagez votre opinion

Réagissez à cet article

Nos nouveaux alliés contre la migraine

Laissez ce champ vide, il est là pour prévenir contre les soumissions automatisées en spam.

Voir les politique de commentaires