Pages :

Traitement et prévention

La dépression en vieillissant, normal?

Normal d’être déprimé en vieillissant? Non, répondent les experts. Contrairement à la croyance populaire, dépression et vieillissement ne vont pas de pair. Quel que soit notre âge, la dépression est une maladie, et il faut la traiter.

La dépression en vieillissant, normal?

iStockphoto.com

Il a fallu quelques mois à Isabelle L. pour comprendre que sa mère, Carmen, âgée de 75 ans, souffrait de dépression. «Elle me téléphonait moins souvent et elle sortait moins aussi. Elle m’assurait qu’elle allait bien, que le médecin ne lui avait rien trouvé, mais je sentais qu’elle changeait. Elle me disait parfois: “Je ne suis plus bonne à rien.” Elle mettait cela sur le compte de la fatigue, moi sur le compte du vieillissement. Puis elle a commencé à perdre du poids. Aux repas, elle grignotait à peine. Un jour, alors qu’elle portait un pantalon dans lequel elle flottait littéralement, je l’ai convaincue d’aller voir son médecin. Et cette fois-là, je l’ai accompagnée. Il a diagnostiqué une dépression. Elle a eu du mal à accepter ce diagnostic qui m’a aussi étonnée. Dans notre famille, je crois qu’on considérait la dépression comme une faiblesse plutôt qu’une maladie. On a dû revoir notre vision.» 

La réaction de Carmen et de sa fille n’a rien d’unique. Méconnue, souvent en proie aux préjugés qui entourent les troubles mentaux, la dépression reste toujours un sujet tabou. Ceux qui en souffrent hésitent à en parler et même à consulter. La dépression est pourtant une maladie fort répandue puisque, selon les experts, 10 à 15% des Québécois en seront atteints au moins une fois au cours de leur vie. Et la dépression n’a pas d’âge. Elle frappe des adolescents, des adultes, particulièrement les 40 à 59 ans, et aussi des personnes âgées. 

Selon une étude de 2006 sur la santé des aînés, 13,8% des Québécois francophones de plus de 65 ans vivant à domicile souffriraient de dépression (dépression majeure: 8,6%, dépression mineure: 4,1%, dépression atypique: 1,1%). Ces taux sont plus élevés chez les aînés ayant récemment perdu leur conjoint (15 à 20%). Ils grimpent également (20 à 30%) chez ceux qui vivent en CHSLD ou qui sont aux prises avec certaines maladies dégénératives. 

Contrairement à la croyance populaire, dépression et vieillissement ne vont pas de pair. «Les gens ont tendance à croire que c’est normal d’être plus triste ou plus irritable en vieillissant, mais c’est faux. Si votre mère, qui avait l’habitude d’être coquette ou de rire, semble négligée ou aigrie depuis quelque temps, c’est peut-être un signe de dépression», explique Ginette Henri, infirmière clinicienne, détentrice d’une maîtrise en gérontologie et spécialisée en soins de santé mentale auprès des personnes âgées. 

Bien sûr, franchir le cap des 65 ou des 75 ans ou plus peut susciter une crise existentielle. Il est normal de s’interroger sur le sens de sa vie, de faire un bilan et de se poser certaines questions.

«À cette étape de son parcours, l’aîné peut se questionner sur son utilité, sa place dans la société, confirme Mme Henri. Il peut s’attrister de la perte de proches et craindre ou déplorer de se retrouver seul. Mais lorsque ces questions ou le fait de vieillir se transforment en souffrance, les risques de détresse psychologique et de dépression sont plus élevés, et il faut savoir en reconnaître les signes.» 

Pas facile de déceler la dépression chez les aînés. Souvent masquée par d’autres problèmes de santé, camouflée par les aînés eux-mêmes, elle serait de plus sous-diagnostiquée et sous-traitée. C’est du moins ce qui ressort d’une analyse publiée par l’Association canadienne pour la santé mentale, section de Montréal (ACSM). Reprenant les chiffres publiés par la revue Médecin de famille, l’ACSM révèle que les troubles de santé mentale, principalement la dépression, ne sont pas diagnostiqués chez plus de 30% des personnes de plus de 65 ans. D’autres études soutiennent que 40% des dépressions parmi les personnes de ce groupe d’âge échappent à tout diagnostic. 

Selon les experts cités par l’ACSM, la dépression peut, dans certains cas, être mal diagnostiquée parce que plusieurs de ses symptômes peuvent être confondus avec ceux d’autres maladies ou liés, à tort, à certaines situations.

Par exemple, des médicaments pour traiter l’hypertension ou des maladies cardiaques peuvent provoquer des sautes d’humeur. Des ennuis de santé, comme les douleurs chroniques, peuvent causer de l’irritabilité. Une profonde tristesse, de l’insomnie ou une perte d’appétit peuvent être associées par erreur à un deuil récent ou à une autre maladie. 

Autre chose: certains symptômes dépressifs des aînés diffèrent de ceux des plus jeunes. Selon l’ACSM, chez un aîné la dépression se caractérise plus souvent par de l’anxiété, de l’agitation et des plaintes au sujet de douleurs ou de pertes de mémoire. «La somatisation est un symptôme typique, souligne Ginette Henri. La personne se plaint de maux de ventre, de tête, de jambes, ou encore allègue des troubles de mémoire. Elle ressent vraiment ces symptômes, mais ils n’ont pas de cause physiologique. Ce sont, en fait, des symptômes dépressifs.» 

Les proches et le médecin sont alors mis sur de fausses pistes. La personne âgée consulte pour des symptômes physiques, mais ne parle pas de ses états d’âme ou de ses peurs.

«Les aînés ont tendance à cacher leur tristesse ou leur angoisse, par pudeur ou par crainte d’être jugés, explique Mme Henri. Certains associent les problèmes psychologiques à la folie, d’autres ont peur de déranger ou perçoivent leur détresse comme une faiblesse. Ils évitent d’en parler à leur entourage et à leur médecin. D’où l’importance de sensibiliser et de former les omnipraticiens et les infirmières de première ligne au dépistage de la dépression, explique Ginette Henri. Mais ces professionnels ne peuvent pas à eux seuls dépister tous les cas. C’est pourquoi il est important de sensibiliser aussi le public, afin que les proches puissent reconnaître les symptômes et les facteurs de risques de la dépression.» 

Les déséquilibres chimiques cérébraux, comme un taux anormal de sérotonine, sont une des causes de la dépression, mais il en existe de nombreuses autres. Voici quelques-uns des principaux facteurs de risques de dépression chez la personne âgée, ainsi que des sources de stress pouvant conduire à une détresse psychologique. Si un proche âgé présente un ou plusieurs de ces facteurs, mieux vaut aborder la question avec lui. Vous pourrez alors déceler s’il semble déprimé ou angoissé. C’est le premier pas à faire en vue de l’aider à trouver des ressources et des stratégies qui l’aideront à affronter la situation et à éviter que ses inquiétudes se transforment en détresse.

Facteurs de risques

  • Antécédents de dépression
  • Maladie grave
  • Douleurs chroniques
  • Perte fonctionnelle (difficulté grandissante à marcher, monter des escaliers, etc.)
  • Veuvage récent
  • Placement du conjoint en CHSLD
  • Mort récente d’un enfant ou d’un petit-enfant (entraînant un sentiment du genre: «Pourquoi n’est-ce pas plutôt moi?»)
  • Isolement social (en raison d’une perte de capacités fonctionnelles)
  • Deuils multiples et perte du réseau social et émotif (décès des frères, soeurs, amis proches)
  • Baisse subite de revenus ou difficultés financières
  • Perte d’autonomie
  • Situation d’abus (physique, psychologique, financier)
  • Rôle de proche aidant (épuisement, inquiétude, angoisse face à la mort)

Veuvage: un risque élevé pour les hommes

Le veuvage est un important facteur de risques de dépression chez les hommes de plus de 65 ans, selon plusieurs études. Ils présentent même un risque élevé de suicide durant la première année de veuvage, et un risque modéré les années suivantes. Une aide professionnelle ou celle d’un groupe de soutien peut être salutaire.

Sources de stress pouvant conduire à une détresse psychologique

  • Angoisse générée par le vieillissement
  • Inquiétudes face aux changements et à l’avenir («Vais-je avoir assez d’argent?… Où vais-je habiter?»)
  • Hospitalisation récente ou hospitalisation du conjoint
  • Déménagement
  • Perte du permis de conduire

Si l’un de vos proches aînés présente un ou plusieurs de ces symptômes, incitez- le à consulter un médecin et proposez- lui de l’accompagner. Vous serez ainsi en mesure de faire part de vos inquiétudes au médecin et de compléter l’information. S’il refuse de voir un médecin, contactez l’accueil psychosocial du CLSC pour obtenir de l’aide et des informations.

Principaux symptômes

  • Instabilité, agitation
  • Agressivité, colère
  • Somatisation (plainte au sujet de douleurs réellement ressenties mais qui ne semblent pas avoir de causes)
  • Troubles allégués de mémoire (sans cause physiologique)
  • Démotivation (perte d’intérêt dans les habitudes quotidiennes)
  • Ennui et tristesse soutenue
  • Perte d’appétit et de poids
  • Sensation douloureuse de vide intérieur («Je ne sers plus à rien... Je n’ai plus de raison d’être ici... Je ne sais pas à quoi ça me sert de vivre.»)
  • Perte du sentiment que la vie a un sens
  • Repli sur soi, isolement (refus des situations sociales, tendance à s’éloigner des proches)
  • Désintéressement soudain et accru envers les activités quotidiennes (ne fait plus son ménage ou ses courses, s’alimente moins bien)
  • Négligence inhabituelle quant à son apparence et à son hygiène
  • Indices de suicide annoncé (donne des effets personnels, fait euthanasier son animal… «Je vais partir en voyage bientôt... Ce sera mon dernier anniversaire... Vous seriez mieux sans moi.»)

Dépister, diagnostiquer et traiter la dépression, c’est aussi prévenir le suicide. Une récente étude québécoise révèle que 40 % des personnes âgées s’étant suicidées avaient consulté un médecin le mois précédent, mais leur dépression n’avait pas été diagnostiquée. 

«Il a été scientifiquement démontré que la dépression est la première cause de suicide chez les aînés et qu’en la traitant adéquatement on pourrait réduire les risques de suicide de 75%», peut-on y lire. Entre 2006 et 2011, on dénombrait une moyenne annuelle de 137 suicides – 31 femmes et 106 hommes. Cela dit, à l’opposé de ce que laissent entendre certaines manchettes, le taux de suicide chez les aînés du Québec est à la baisse. Mais plus étonnant encore, le taux de suicide des aînés québécois est l’un des plus bas au monde. 

«Depuis 30 ans, nos données indiquent que, contrairement à ce qui se passe dans d’autres pays comme les États-Unis ou la Chine, où le taux de suicide augmente à partir de 50 ans et atteint un sommet à 75 ans, ce taux diminue au Québec de façon significative à partir de 50 ans et progressivement jusqu’à 75 ans», explique Bruno Marchand, directeur général de l’Association québécoise de prévention du suicide (AQPS). Comment expliquer cette diminution? La question reste sans réponse, mais constitue sans aucun doute une bonne nouvelle.

Ressources

Association canadienne pour la santé mentale - Division du Québec

514 849-3291, www.acsm.qc.ca

Association québécoise de prévention du suicide

1 866 277-3553, www.aqps.info 


Vous aimerez aussi:


La recette magique du bonheur n’existe pas, mais on peut augmenter sensiblement notre part de bonheur. Voici 10 stratégies gagnantes pour être heureux.

Saviez-vous qu’en changeant de comportement, on peut augmenter son niveau de bonheur, et ce, quelles que soient les circonstances de notre vie, bonnes ou mauvaises? Explication.

Pour Amélie Poulain, le plaisir c’est de plonger la main dans un sac de grains. Et vous, quels petits plaisirs cultivez-vous?

3

Commentaires

Depression et vieillesse

Je ne crois pas que ce soit une bonne idée d'aller se plaindre chez un médecin d'une possible dépression car 1- Ce que vous oubliez de dire aux lecteurs est que votre état, prescriptions..... seront déclaré au Gouvernement et cela affecte votre dossier pour un très long moment ( Assurance-vie, voyages projeté, etc. ) 2- Et qu'importe vos difficultés financières ..... personne ne vous donnera des sous !!!!! Alors, pensez- plus que 2 fois avant " d'entacher " votre dossier .....

dépression

j'ai fait une dépression en avril 2015 mais cependant les assurances et aussi la csst n'ont pas reconnu ma maladie ils ont eu toutes les preuves mais hélas j'ai été 2 mois sans salaire, pas été facile à vivre, obligé d'emprunter de l'argent à un copain pour payer mon loyer. Apres ces 2 mois-là fût le refus mon doct était découragé de cela il m'a dit voici pour avoir droit au chômage normal j'ai donné ma démission au travail après presque 9 ans au même endroit. Je remonte la pente très lentement.

Mon mari décédé

Mon mari est décédé depuis 1 an je pleure souvent lorsque je pense à lui. situation tres très DIFFICILE, je m'ennuie beaucoup

Partagez votre opinion

Réagissez à cet article

La dépression en vieillissant, normal?

Laissez ce champ vide, il est là pour prévenir contre les soumissions automatisées en spam.

Voir les politique de commentaires