Pages :

Psycho

La vie sans l'autre

Perdre son conjoint est l’une des épreuves les plus terribles. Comment survivre au choc, au manque, à l’absence?

istockphoto.com

Le 20 septembre 2005, Nicole Guy revient chez elle après avoir passé l’après-midi avec des amies. Devant son logement, une ambulance, une voiture de police, un petit attroupement... Persuadée qu’il est arrivé quelque chose à ses voisins, deux personnes âgées qui habitent le même immeuble qu’elle, elle s’empresse d’aller se renseigner. Mais l’air consterné des badauds qui l’accueillent la cloue sur place.

Dans l’ambulance, il y a Roger, son mari, 61 ans, foudroyé par un infarctus aigu du myocarde. L’homme de sa vie, son premier amour d’adolescence, le père de ses deux grands enfants, celui avec qui elle a passé les dernières 35 années, n’a pu être réanimé. Pour Nicole, ça n’est pas un choc : c’est un séisme. Elle est dévastée. Pendant un an, cette femme de 53 ans active et énergique, préposée aux bénéficiaires d’un centre qui accueille les personnes âgées atteintes de maladies chroniques, est incapable de retourner au travail. Les choses les plus simples – s’habiller, sortir, marcher… – lui demandent un effort surhumain. «J’avais l’impression d’être dans un autre monde, dit-elle. J’étais entourée de gens, mais, mon Dieu que je me sentais seule! J’avais perdu la moitié de moi.»

Jusqu’à ce que la mort nous sépare…

Que ce soit son conjoint, sa mère, un grand-parent, un frère, une sœur, le deuil est toujours une épreuve. Il n’y a pas de hiérarchie dans la douleur. Mais perdre son époux, sa femme, la personne avec qui l’on partageait ses jours et ses nuits, s’avère un violent traumatisme. «Que les mots "pour le meilleur ou pour le pire" aient, ou non, été prononcés un jour, écrit le Dr Christophe Fauré, psychiatre, dans son essai Vivre le deuil au jour le jour (Albin Michel), on avait accueilli avec joie le meilleur et on avait tenté de s’accommoder du pire, mais on avait vite oublié ce "jusqu’à ce que la mort nous sépare"…»

Quand le conjoint disparaît, le quotidien du survivant est brutalement désorganisé. Les repères sautent les uns après les autres. On perd le compagnon ou la compagne d’une vie, son amour et son amitié, sa complicité, son affection, sa chaleur, son soutien dans l’épreuve. On perd, quand c’est le cas, le père ou la mère de ses enfants, que l’on souffre de voir souffrir aussi.

Et comme si ça n’était pas suffisant, cette perte nous oblige à conjuguer le deuil non seulement au présent, mais aussi au passé et au futur. En effet, «le deuil du présent impose le deuil de ce qui a été et le renoncement à ce qui aurait pu être…», écrit le Dr Fauré. La personne qui a partagé notre passé, nos souvenirs, qui nous a connu dans l’éclat de notre jeunesse, qui nous a vu changer, grandir, donner la vie, vieillir, rire et pleurer, n’est plus là pour en témoigner. Avec qui pourra-t-on, désormais, évoquer ces images du passé?

Quant au futur, aux rêves que nous avions élaborés et caressés à deux, aux voyages que nous aurions, un jour, le temps de faire, aux petits-enfants que nous verrions grandir ensemble, il faut, aussi, en faire le deuil.

66

Commentaires

perte de mon conjoint 24 juin 2015

L e plus dur cest labsence , le vide ,la solitude apres 55années de vie ensemble cest comme si je recommencait a zero.Heureusement que jai cinq bons enfants car .pour moi je naurait plus de courage de continuer .a la retraite depuis quelques année on était deux deux pour parler de nos petits enfants et arrierre petits enfant.maintenant je suis seul a la maisons ou tant de souvenirs sy trouve .

Mon mari est décédé brutalement

Il n'avait que 60 ans, nous ne faisions qu'un, jamais l'un sans l'autre.Jje n'ai que 53 ans, je suis complètement larguée, qui peut m'aider?

Deuil

allo Christine je partage ta peine xxx

Deuil

J'ai perdu mon conjoint le 23 septembre 2015 subitement ( déchirure de l'aorte abdominale) après 37 ans de vie commune. Nous avions 17 ans de différence il avait 75 ans et il était une force de la nature personne n'y croyait à cette mort et moi non plus malgré notre différence d'âge. Il me manque tellement. La vie me semble si injuste. Les premiers mois la famille et les amies sont présents, mais après.. La réalité me frappe... Les gens ne veulent pas entendre notre peine, ils veulent entendre que nous allons mieux .... Mais ce n'est pas vrai... Quoi faire . J'ai besoin d'aide !

A Renée

Sympathies à toi, il faut te confier, pleurer ta peine, trouver une oreille attentive xxx

tu sais, la vie est ainsi faite, il faut l'accepter. moi aussi j'ai une grosse peine dans le coeur

deuil

J'ai perdu mon mari le 30/07/2015 après un cancer du poumon et métastases osseuses qui a duré trois mois. c'est vrai les gens sont présents au début et de plus pas forcément les amis proches. à les entendre nous avons l'impression qu'ils souffrent plus que nous. la réflexion de ma meilleure amie quelques jours après le décès de mon mari m'a paru bien déplacée (la vie pour nous ne sera plus la meme et tu sais que tu ne pourras pas toujours etre avec nous). Bien sûr, elle n'avait pas de soucis à se faire, je ne suis pas du genre à m'incruster et de plus j'ai bien compris le message. Alors je préfère continuer seule avec les quelques personnes de mon voisinage qui sont plus sensibles à mon malheur. Mais comme il est difficile de continuer sans l'amour de notre vie! j'ai 56 ans, j'ai rencontré mon mari à 18 ans et eu trois enfants.

deuil apres un amour de 15 ans

Bonjour,
j ai la même situation que Jocelyne, mon compagnon avait un cancer des poumons avec des metastases osseuses, il a beaucoup souffert. Il est parti en 6 mois... le vide qu'il laisse est immense. Il avait 51 ans. J en ai 40. On a vécu 15 années de bonheur. Jusqu'à la découverte de son cancer. Je ne sais pas comment je vais arriver à survivre. Tout est un manque, sa voix, ses mains, ses mots doux... j ai de la chance d avoir une amie proche qui m aide mais j ai besoin aussi d un autre soutien.

Un séisme

Bonjour,
Mon époux, Hervé, s'est effondré devant moi, foudroyé par un infarctus massif, le 28 juillet 2015. Depuis je survis. Mes enfants ont aujourd'hui 12 et 14 ans. Ils m'aident à tenir... mais son absence est insupportable. Nous ne sommes pas préparés à ce séisme!
La violence de ce choc est telle que notre corps et notre esprit ne parviennent plus à gérer la moindre chose du quotidien. Une partie de nous s'est éteinte. La vie passe de la couleur au noir et blanc, elle n'est et ne sera plus jamais comme avant. Les soutiens sont très nombreux les premiers mois, mais avec le temps les personnes reprennent leur quotidien sauf que le nôtre n'est plus! Le déni, les cauchemars, la colère, la solitude nous envahissent! Et nous sommes seuls à devoir faire notre propre deuil et à devoir supporter la douleur de nos enfants, condamnés à vivre orphelins de leur papa.
Seuls les vrais amis restent... ils ne sont pas nombreux car tous n'ont pas la capacité de supporter l'image que nous dégageons. C'est plus facile de voir ces gens qui vont bien en apparence, cela demande moins d'efforts à faire, moins à donner.
La vie n'est pas toujours belle et facile. Il faut trouver en nous une force et s'aider de tout ce que l'autre nous a apporté pour essayer d'avancer petit à petit et se dire que jamais au grand jamais notre moitié ne veut nous voir aussi malheureuse ou malheureux. Il est vrai que la compréhension et le réconfort se retrouvent auprès des personnes qui vivent les mêmes douleurs...
Je nous souhaite à tous de trouver un jour la paix intérieure, même s'il faudra beaucoup de temps et que la cicatrice sera toujours là.

Décès de ma conjointe le 09/06/2015 après 50 ans de mariage

Les mots "dévasté" et "solitude" sont bien présents dans ma vie. Pas d'enfant mais une sœur très proche de moi me permet d'avancer un jour a la fois. Pour me sortir de ce deuil, je suis allé voir des copains de travail et des amis d'enfance veufs depuis des années. À partir de leurs informations, j'essaie d'appliquer leurs moyens, comment ils ont fait pour s'en sortir et comment après tant d'années, ils refont leur vie. Je traverse cette épreuve péniblement, mais avec la force de m'en sortir le mieux que je peux.

Décès de mon conjoint d'un cancer de l'estomac

Il n'avait que 50 ans, il est décédé le 4 fevrier 2016, nous étions ensemble depuis 22 ans, nous avons une fille de 15 ans, je ne sais pas comment je vais pouvoir faire sans lui, je l'aime tellement...

Décès accidentel de mon conjoint

Mon conjoint est décédé dans un accident le 6 juin 2015 à 62 ans. Il adorait la vie et disait que nous étions pour faire de beaux petits vieux ensemble, nous avions tant de projets tout s'est écroulé.... Il me manque énormément et j'ai encore de la difficulté àa croire qu'il ne reviendra pas, je l'attend toujours ...

Décès de mon conjoint après 27 ans de vie commune

Mon conjoint est décédé en moins d'un mois d'une hémorragie du tronc cérébral. Le vide laissé est immense la peine et la douleur sont toujours présents et me font souffrir. Tout me rappelle son souvenir ... Ma vie sans lui ne sera plus jamais pareil.

Deuil

J ai perdu mon amour cheri apres 28 ans de vie commune et nous n avons pas d enfants cela m a aneanti il s est envole apres 1mois d espoir

Décès de mon mari

Nous nous sommes connus à 16 ans, mariés à 21 ans il y a 49 ans, il est décédé le 17 décembre 2015.
Les 4 derniers mois ont été très traumatiques. Suite à un envahissement péritonéal de son cancer, il est mort en 4 mois dans un délabrement physique épouvantable. Depuis je survis, je suis passée par la colère, la culpabilité, la tristesse... Plus le temps passe, plus je pleure, il était tout pour moi.

Deuil de mon conjoint

Mon conjoint de 33 ans est décédé subitement en mars 2013. Aucun antécédent, très en forme, c'était aussi mon rocher car rien ne pouvait lui arriver. J'étais convaincue que je mourrais avant lui et c'était ainsi. En 2016, je ressens encore trop souvent un gouffre intérieur, comme un volcan prêt à faire éruption. Je fais du sport, vois mes filles, je ne suis pas encore grand-mère, j'ai des ami(es) mais dès que je rentre chez moi, (nouveau condo) je ressens le vide intérieur. J'ai beau faire de la méditation tous les jours, je ne sais plus quoi faire, je croyais qu'après 3 ans, la douleur serait moindre, mais non... Je ne veux pas prendre de pilules, je m'alimente passablement bien mais il n'y a pas de mots pour panser cette peine.

Toujours aussi difficile...

Cela fait maintenant 9 mois que mon mari est décédé la vie sans lui est toujours aussi difficile malgré les visites chez la psy. Il me manque tellement, sa joie de vivre, sa gentillesse, sa tendresse, moi blottie
contre lui... Nous avions encore tellement de choses à vivre, tant d'amour à partager... Retrouverai-je un jour
la sérénité? Une moitié de moi est partie avec lui, mais il faut bien continuer pour les enfants et petits-enfants.

Deces de l'Amour de ma vie

46 ans de vie commune Deces de mon mari apres 15 ans de lutte contre une leucemie j'ai heureusement 2 enfants et des petits enfants mais le vide est immense Nous etions tres fusionnels et avons traverse toutes les epreuves (et les joies bien sur) ENSEMBLE Nous nous etions dit que si nous nous etions vus mal vieillir nous aurions fait en sorte de "partir" ensemble. Le destin en a decide autrement. Et le 27 juillet 2015 une septicemie l'emportait me laissant seule et desemparee. Depuis je vis je ne sais pas trop comment. 1 an deja le mois prochain. Mon Dieu que c'est dur! Mais je le sens pres de moi, j'ai eu des signes, et je crois en une vie apres la mort. Ca m'aide et je sais que je le retrouverai un jour.

deces de mon epouse

j 'ai perdu mon épouse en mars dernier .j'ai beaucoup de mal a supporter son absence. on se connaissait depuis 30 ans.

Vivre sans??

Mon fils est ma force. J'ai perdu son papa quand il avait 10 mois. C'est arrivé l'année dernière. C'est injuste, on s'aimait depuis 10 ans. Ma famille me déçoit. Ils ne voient pas que la douleur est là et elle sera toujours là. Même si je ne serai plus jamais heureuse, avec mon petit et ma mère, j'ai une partie de moi encore en vie. Mon conjoint avait le rôle d'un frère, un ami... Bref, il faut continuer la vie, mais je trouve ça très dur de voir des couples avec leur bébé.

Mon mari est décédé le 28

Mon mari est décédé le 28 juin dernier d'un cancer d'origine inconnue. Il s'est battu pendant 1 an et tout allait bien. Je l'ai fait hospitaliser à domicile. Ils ont abandonné la chimio le 20 mai.

Celle-ci faisant effet pendant 3 semaines, la déchéance après ces trois semaines à été fulgurante: entré à la maison le 6 juin pour ainsi dire en forme, mort le 28 dans d'atroces souffrances. Il est décédé avant que la sédation ne fasse effet.

Je revois sa mort, son dernier souffle et l'apaisement sur son visage à la fin.

40 ans, c'est jeune et j'ai une petite fille de 6 ans et une souffrance que je suis incapable d'expliquer autour de moi.
Il me reste tant d'années à vivre mais comment les imaginer sans lui...

Le manque

J'ai perdu mon mari depuis bientôt 10 mois après 33 ans de vie commune. C'était mon amour de jeunesse. Les premiers mois, je me trouvais plus forte que maintenant. Je pense que je faisais un déni. Je tenais bon pour mes filles et petites-filles. Chez moi, il y a des photos de lui partout, on parle tout le temps de lui avec mes filles.
Aujourd'hui hui, tout est difficile. Il me manque terriblement. On se téléphonait plusieurs fois dans la journée ...on faisait plein de projets pour notre retraite, car il n'avait que 55 ans. Il est parti brutalement. Je ne veux rien changer dans mon appartement. Tout est comme avant mis à part les photos en plus...
Je pense que chacun fais comme il peut, bon courage à tous!

Décès d'un septis et choc septique

Notre médecin est venu le matin car mon mari avait des frissons, des tremblements, 39,7 de fièvre et des douleurs musculaires. On m'a dit qu'il avait la grippe. À 16 heures il fait un malaise en se levant. Direction l'hôpital. Personne ne s'inquiète plus que ça aux urgences. Enfin une prise de tension effectuée à 20h. Direction salle de chocage à 22h et réanimation à 1 heure du matin décès le lendemain à 10h30. En fait, il faisait une septicémie qui est allée jusqu'à un choc septique. Mon médecin s'en veut, car mon mari n'avait plus de rate il aurai dû être plus réactif au fait que chez un splenectomisé il faut des antibiotiques dès les premières heures pour augmenter les chances de survie, car chaque heure compte pour pouvoir guérir.

Partage de mon expérience

Moi j'ai perdu mon mari l'année dernière.........nous nous connaissions que depuis 5 ans........j'ai l'impression que le temps importe peu........j'ai attendu 43 ans pour trouver cet amour véritable............,j'ai autant de chagrin que vous tous....j'espère que vous me comprendrez................

déces de mon conjoint 9 juillet 2016

mon conjoint a eu le diagontic le 17 mai cancer en phase 4 une grande perte apres 43 ans de vie bien d amour je me sens perdu et la tritesse est tres forte et le manque de sa presence cest insurportable commet faire pour reussir a survivre a cette grande peine .

décès de mon conjoint

J'ai perdu mon ami. J'ai trouvé une réelle aide en écoutant les vidéos de Patricia Darré, journaliste et médium. Ma conception des choses a radicalement changé. Ils sont partis pour nous permettre d'évoluer.
Bon courage à tous...

Je n'y parviens pas

Mon mari, en déplacement, est décédé d'une ambolie le 29 Octobre 2015. Un coup de fil à mon lieu de travail pour m'annoncer l'épouvantable nouvelle.C'est tout. Je ne l'ai pas revu. Son cors a été rapatrié dans le cercueil. Celà fait 10 mois ; je suis seule et je n'arrive pas à avancer. Toutes les premières fois sont terribles. Je pense toujours qu'il va arriver. J'ai l'impression d'être là avec plus rien autour de moi, ni objet, ni vie, rien de m'interesse, je reste enfermée chez moi. Pourquoi continuer puisque ma moitié est partie ; je souffre tellement. Les personnes que je vois me dise de sortir, d'essayer de rencontrer du monde. Je n'y arrive pas et puis pour quoi faire. C'est absolument affreux à vivre

Trop dur de supporter de vivre!

Il y a 1an et demi et après 1 an avec un cancer du pancreas mon mari est parti pour toujours!
Jusqu'a ses jours je ne peux pas accepter son absence et je crois même que je ne crois pas encore que je ne pourrais jamais le revoir il tellement present dans ma vie que rien pourrais effacer sa presence et pourtant je ne laisse jamais mes enfants me voir pleurer .J'ai 77 ans et j'espere le moment de partir de ce monde.Il a été tout pour moi,père ,amant ,mari il est partout ou j'y va ,tout dans la maison a été fait avec nous deux.Malgré cela je voyage et je fait comme tout etait normal ,mais je vis sur calmant et anti depresseur.Je ne pense pas que mon dueil finira un jour!

toujours aussi difficile.

Cela fait 14 mois que mon mari est parti j'ai encore beaucoup de mal à accepter, il me manque tellement,..chaque jour qui passe me parait de plus en plus difficile pourrais_je un jour retrouver un peu de joie de vivre cela me semble insurmontable , je me demande encore comment j'arrive à avancer .je ne pense pas que l'on puisse faire notre deuil un jour nous continuons de vivre pour nos enfants et petits enfants en pensant à toutes les choses qui nous ont été volées.

Mort de mon mari d'un cancer de la vessie

Il est décédé le 12 août 2016 a 66 ans et je ne m'en remets pas c'est affreux ..

Toujours aussi difficile par balland

Je suis dans le même cas que vous madame balland mon mari est décédé il y a sept mois d,un choc septique. malheureusement et je m,en veut je ne réagi pas comme vous.j,ai également 2 enfants et deux petits enfants mais ils ne combleront jamais le manque immense que je ressent et qui me ronge un peu plus chaque jour ,je programme tout doucement mon départ pour le rejoindre même si je sais que je ne le reverrai sûrement pas la souffrance est t,elle que je veux qu,elle s,arrête le plus vite possible je suis au fond du trou et je sais que jamais je n,en sortirai la vie à deux était tout pour moi,je me sentais protéger et maintenant j, ai peur de tout ce qui m,environné.

décès de mon compagnon

voilà 12 jours que mon compagnon m'a quitté après 10 mois de maladie: un cancer des poumons découvert en février déjà métastasé . 10 mois de galère sans rémission. Je l'ai accompagné avec tout mon amour et mon énergie jusqu'à son dernier souffle.Maintenant c'est le vide, la fatigue accumulée commence à se faire sentir , j'ai beaucoup de peine à sortir mes émotions, j'ai froid, je tremble et pourtant, je suis très bien entourée. je sais que je vais devoir repenser ma vie autrement, moi qui rêvait tant de liberté me voilà libre mais bien désemparée.Je n'ai même pas envie de mettre la télévision, pourtant, ça ferait un peu de bruit dans la maison. Je vais devoir apprivoiser cette solitude, heureusement, il me reste mon chat!

décès de mon conjoint après 41 ans de mariage

j'ai perdu mon conjoint le 30 août à la suite d'un 2e cancer depuis 2012 quatre années très difficiles à vivre, mais le temps pour bien comprendre et de réaliser ce que la vie me réservait pour le futur, la perte de mon homme, mais je n'en pouvais plus de le voir souffrir alors je me suis résignée et je l'ai accompagné pour son départ avec une grande sérénité. Maintenant il est dans un monde sans souffrance et il est heureux avec notre fils décédé à l'âge de 6 ans accidentellement il y a 30 ans maintenant. C'est sûr que la période des fêtes est très difficile et un deuil ne se fait pas en 4 mois je sais que c'est beaucoup plus long que ça mais je lui parle tout les jours et je lui demande de me donner la santé, la force et le courage pour continuer sans lui à mes côtés. J'ai repris le travail depuis le 1er novembre et ça m'aide beaucoup à occuper mon esprit, je vois une spsy. J'ai deux chiens un chat et je m'accroche à la vie j'ai fait le choix d'être heureuse quand même seul avec mon homme dans mon cœur maintenant parce que c'est ça la vie. Ça fait mal vivre un deuil mais c'est normal tout le monde passe part là un jour où l'autre.

la vie n'est plus la meme

j'ai perdu mon compagnon après presque 3ans de galère,40chimios pour un cancer de l'oesophage avec métastasses,il avait 50ans et on se connaissait depuis nos 20ans mais la vie nous a rapproché en 2002 et le temps de me faire un magnifique bébé,c'était un homme exceptionnel tout nous unissait,il est décédé chez moi le 3aout 2014,encore aujourdhui je pleure......!et fin décembre 2014 j'ai perdu ma soeur et mon père.j'ai du faire face à ses 3décès avec 2enfants à charge,ca été l'horreur et aujourdhui je vie mais encore toujours dans tous mes souvenirs......ils me manquent tellement.....!

Combien de temps

Cela fait 7 mois que mon conjoint est décédé ..... je n'ai pas d'enfant .....;et encore beaucoup d'amour à donner. Sa maladie a duré à peine 2 mois et il a fait preuve d'un grand courage .Je ne conçois pas la vie sans lui ; pourtant j'ai des amis . Je sais qu'il faudra trouver le courage de refaire une vie sans lui.....mais en aurais je le courage !!!! pour l'instant j'en doute .

Vivre sans mon epouse

Ma femme est décédée le 22 sept 2015 et depuis ce temp c'est dur. J'ose pas déranger mes enfants pour leur parler de la peine ou la solitude car je veux pas leur faire de la peine c'est pas facile et je pense qu'il y a pas de recette miracle pour passer à travers, mais la solitude, un manque de présence, de dialoque.... Et la télé ne me parle pas. Quelle souffrance, quelle tristesse.

Pour maurice

Oui maurice le décès de l,être cher est un séisme et vient ensuite le tsunami que vous décrivez la solitude, l,absence,et le silence qui sont insupportables, en ce qui me concerne je les ressent du matin au soir.
Je dors le plus possible pour etre un peu appaiser pour le moment je n,ai que cette solution.
Je ne veux pas mourir je voudrai juste ne plus souffrir.
Il est décédé le 8 mars 2016 c,est encore plus dur pour moi le temps n,atténue pas ma douleur ,bien au contraire. Il me manque tellement,il était en retraite depuis le mois d,octobre,on avait plein de projets.
Pour moi se sera un enterrement civil car dieu n,existe pas et aujourd,hui j,en suis sûre à 100 pour 100

Un an à la St-Valentin

Mon mari est décédé le 14 février 2016 d'un cancer de la plèvre causé par l'amiante. Nous étions ensemble depuis 20 ans et c'était l'homme de ma vie. Nous étions retraités et toujours ensemble. J'ai été bien entourée par la famille et les amis les premières semaines et après j'ai vécu ma peine toute seule laissant croire à mon entourage que j'allais bien, je n'ai rien à leur reprocher.
Je sais qu'il veille sur moi, je le sens, j'ai le cœur déchiré quand je regarde sa photo, j'ai l'impression qu'il voudrait me parler et me dire que je suis sur la voie de la guérison et que je suis courageuse.
Quelle tristesse que de vivre cette immense perte.

ça fait mal

Je m'appelle Laurence et j'ai 36ans, Je sais ce que ça fait de perdre quelqu'un de cher, car j'ai perdu mes parents ainsi que mon copain et j'avoue que ça fait très mal c'est difficile à surmonter pour moi, soyons juste forte et regardons le ciel quand on va mal, ils sont là haut et nous observe nous devons continuer d'etre heureux.
J'aimerais beaucoup me refaire des amis avec qui communiquer souvent et peut etre organiser des petits trucs ensemble.

décès de l'amour de ma vie

il y aura 4 ans que mon amour m'a laissée après 4 mois de maladie.
il a fallu presque un an pour trouver son cancer et l'oncologue nous avait annoncé quelques bonnes années moyennant la chimio... Il en aura subi 2 car dès la fin de la 2ème la chute s'est amorcée. après 3 semaines de réa et 3 mois d'hôpital, la maladie a gagné.Je culpabilise car lorsqu'il s'en est allé je n'étais pas là. il est parti le matin sans bruit, discret comme il l'avait toujours été.son absence m'est toujours très difficile à supporter et le cimetière est mon lieu de rendez-vous avec lui . je l'aime tant et nous avions encore tant de belles choses à vivre encore

la douleur d'un cœur déchiré

Cela fait maintenant 2mois que mon Amour, ma moitié a quittée ce monde après 1e semaine de fortes douleurs abdominales duent à une LMC. Je ne peux passer une 1heure sans que je ne pense à elle car c'était une vraie personne remplie d'amour et de grands projets malheureusement elle s'en est allé ci tôt et très jeune, elle n'avait que 27ans, aujourd'hui je suis resté seul avec cette joilie petite fille qui vient d'avoir 2ans à peine 7jours, très très difficile à supporter ce vide qui me fatigue énormément, ça été brusque son départ puisqu'elle ne s'arrêtait pas de faire rire les membres de la Clinique la veille de son départ. De là où tu te trouve j'espère que tu es heureuse ma joilie femme Mina bb. Je t'aime et t'aimerai toujours.

lorsqu il nous quitte

C tres douleureux de vivre une separation auquelle on s en remettre jamais.seulema la mort ne se prevoit pas cet abscence se remue de facon continue peut importe le trmps car un etre cher est iremplacable.mais que faire il n y a pas de chemin retour

deces

Mon conjoint est décédé le 24 novembre 2106 et je suis en pleine dépression et je ne sais pas comment m'en sortir

je suis abasourdi par son silence

J'ai perdu mon épouse depuis le 11 décembre 2016 et mon coeur est profondément meurtri voire brisé. Extèrieurement auprès des amis ou dans mon milieu professionnel, je ne veux pas exprimer mes angoisses, ma douleur mais intérieurement j'ai de la colère, voire de la haine envers ce dieu qui se dit si juste. Mais s'il est si bon et juste alors pourquoi laisse t-il les gens souffrir comme ce fut le cas pour mon épouse pendant 3 mois et 3 semaines. Où est sa "soi disant bonté". Que l'on ne me dise pas que c'etait sa destinée alors que fait il pour tous ces actes de barbarie dans le monde !!!.
En attendant, je souffre silencieusement et ne sais comment remonter.
Enfin, LAMARTINE résume bien la situation dans ces circonstances : "Un être vous manque et tout est dépeuplé".

Décès de mon époux, de ma moitié

J'ai perdu mon mari le 15 octobre 2015. Il venait d'avoir 71 ans après 45 ans de mariage. J'en souffre encore tous les jours malgré les 19 mois depuis son décès. Il était tout pour moi. Nous n'avons pas eu d'enfant. Ma douleur est immense. Je suis passée par toutes les phases : déni, colère, abattement, culpabilité, regrets (j'aurais dû faire, dire, le surveiller plus, etc.) souffrance intolérable. J'en pleure encore tous les jours. Malheureusement, il est décédé après une chute. Fracture des cervicales. Il a été opéré, mais il était quadraplégique. Les médecins m'ont demandé de le laisser partir. Il était maintenu artificiellement en vie. C'était de l'acharnement, d'après eux. Avant sa chute, cela faisait déjà 10 ans qu'il était malade : diabète, problèmes cardiaque, pulmonaire et rénaux. Même si santé s'était détériorée la dernière année, il était vivant. Il pouvait se nourrir, marcher, parfois sortir, même si avec le temps tout devenait de plus en plus difficile. Mes ami(e)s et ma famille me disent que c'est mieux pour lui et pour moi, je n'arrive pas à l'accepter. Je n'ai pas pu lui dire au revoir. Il était branché de partout que je n'ai pas pu le prendre dans mes bras comme je l'aurais voulu. Depuis son décès, je lui écris presque tous les jours. Je lui demande de m'aider à m'en sortir. Je continue à lui dire bonjour et bonne nuit depuis 19 mois. Je trouve injuste qu'il soit parti, qu'on ait pas pu vivre notre rêve de retraite. J'ai été dans un groupe de deuil pendant quelques mois. Je fais du bénévolat et du sport, mais le plus difficile est de rentrer à la maison et de me retrouver seule. Je garde l'espoir de m'en sortir un jour. Sinon, j'attendrai de le rejoindre.

Décès de ma mère et décès de mon conjoint en moins de 3 mois

Un premier cancer de mon amour en 2012 lymphome splenique, il sen sort avec plusieurs traitements de chiomio. 4 ans plus tard une Leucémie LMA secondaire a son premier cancer effets secondaire de la chimio, Il accepte malgré tous les risques, il veut vivre à tout pris mon grand gaillard costaud et fort... Il répond bien à la chimio et peut recevoir la greffe de son frère qui devrait le sauver et lui redonner une nouvelle vie. En avril 2017 il reçoit sa greffe et ma mère décédé 4 jours plus tard dune insuffisance cardiaque qui l'avait hospitalisé pendant 3 mois. Difficile de faire mon deuil de ma mère en m'occupant de mon amour et la greffe est très difficile. Bactérie virus ne le lâches pas c'est tout un combat qui se passe en lui mais malheureusement une bactérie au poumon a fait quil na pas survécu... Il était sensé vivre plus longtemps et non mourir 4 mois plus tard le 4 juillet 2017. Ma vie vient se m'arracher une partie se moi. Mon coeur ne comprend plus, et ma tête s'embrouille et je rage je crie à l'injustice... Maman n'est plus là pour me consoler Réjean est parti beaucoup trop tôt 59 ans. Je suis comme dans une tornade d'émotions qui me chavire et me fait mal. Il me manque tellement, tout l'amour, l'affection, le bonheur de vivre avec cet homme si généreux, joyeux, chaleureux m'affecte tellement que je ne me reconnais plus, je suis perdue incapable de fonctionner normalement, je pleure sans cesse. Une partie de ma vie ma été arraché mon âme soeur n'est plus là pour me consoler et ma mère non plus. La vie a été cruelle avec moi. Heureusement mes enfants s'occupe bien moi et son présent dans ma vie. Je sais que le temps va arranger les choses, ça ne fait même pas deux mois qu'il est parti. Là il faut que j'apprivoise le départ de maman la perte énorme de ma moitié, mon amour de toujours et le futur retour au travail... Ce sera difficile mais je sais quil veillent déjà sur moi.

Il me manque tant

Bonjour à tous
Je viens de lire tous vos témoignages,il reflète toute ma douleur.
Mon mari est décédé le 2 mai 2017 le lendemain de son anniversaire après 10 mois de souffrance cancer du poumon.On était très loin d'imaginer que cela lui arriverais il avait 68 ans et souffrait depuis l' âge de 36 ans de maladie cardiaque .Quand le diagnostic est tombé c'est toute notre vie qui s'est écroulée. Il me manque tant certains jours je voudrais être morte avec lui pour en pas connaître cette souffrance.
Cela faisait 48 ans que nous étions ensemble,nos 3 enfants et 3 petit enfants sont à 250 km donc je ne les vois pas souvent mais ils me téléphone. Il sont malheureux et aimerait que je me rapproche d' eux mais je ne me sent pas prête à partir je le sent près de moi nous avions fait de cette maison notre petit paradis.
Il ne souffre plus mais moi je souffre .On dit qu'il y a une autre vie après la mort une vie pleine de lumière je l'espère de tout cœur qu'il soit heureux il l'a mérité.

Solitude

Après 07ans avec mon conjoint. Nous nous sommes separres. Je ne peut vous dire avec des mots mon immense chagrin et douleur. Peut-être. Un deuil d une personne que j aime profondément. À ce jour. Je vie très mal cette séparation. Pour des raisons. Futiles. À dire le comportement de ma fille envers mon conjoint. Je suis terriblement seule. N ayant aucune famille. Tout j ai tout donner dans cette relation. Qui m'as dévaster. Je suis peut être hors sujet. J ai mal je soufre. J ai perdu goût à tout. J'ai 60ans très active. Mais La La. Je suis en plein désespoir.

Mon chéri et mon amour

je viens de perdre mon compagnon , cela va faire un mois dans quelques jours. nous nous aimons depuis 15 ans. nous étions tous les deux divorcés avec chacun de grands enfants. bien que vivant pratiquement chez lui depuis dix ans, je me suis officiellement installée chez lui depuis moins de deux ans en concubinage avec le projet de nous pacser en fin d'année. Malheureusement il est décédé, je suis effondrée, c'est un cataclysme, nous nous aimions tant, je n'ai jamais éprouvé quelque chose d'aussi fort, meme avec mon ex-mari, qui m'a rendue malheureuse dès le début de notre mariage.
En plus de la douleur , je suis confrontée avec les problèmes de succession, je dois me reloger , quitter le nid douillet que nous avions reconstruit. C'est trop pour moi, qui a dèja beaucoup de mal à m'alimenter, etc..malgré la gentillesse de nos enfants , les miens et les siens. les soucis de la vie , me bousculent. Je ne l'entendrais plus me dire je t'aime ma puce. Et moi l'appeler Chéri à tous propos. c'est vraiment très dur

Bonsoir,

Bonsoir,
J ai perdu mon mari ,il y a 5 mois et 3 jours.Je suis dans le même état d esprit que vous tous .J ai 34 ans et une petite fille de 6 ans .La seule chose qui me permets de tenir le coup ,c est ma fille. Et le fait est que 2mois 1/2 après son décès, j ai appris qu' il me restait des embryons à mon mari et moi même alors que l on pensait qu' ils étaient détruis depuis janvier 2015 comme cela aurait dû être fait par l hôpital. Donc je vais essayer d avoir un autre enfant de mon mari et depuis je m'accroche à ce miracle et je le prends comme un signe du destin qui pourrait me rendre ma joie de vivre.

temoingager

bonjour
je souhaite beaucoup des courage aux personnes qui son dans mon cas,ce très dure'
j'ai perdu mon tendre cher mari a 7 ans de mariage et sa fait maintenant 1 Anne et demi on aime beaucoup,il était tous pour moi,le papa aimable de nos 3 enfants.je pleure chaque jour nuit et jour
je me demande pourquoi moi seulement,pourquoi mes enfants a leur âgée ils peuvent être appel les orphelins. Quel mal chance
Mais je dois prendre ma revanche sur la vie qui m'a frappe durement. Ce vraiment très dure

Pages

Partagez votre opinion

Réagissez à cet article

La vie sans l'autre

Laissez ce champ vide, il est là pour prévenir contre les soumissions automatisées en spam.

Voir les politique de commentaires