Pages :

Psycho

Accro à Internet et aux médias sociaux?

On n’a jamais autant communiqué qu’aujourd’hui. Malheureusement, les heures passées sur Internet et les réseaux sociaux pourraient bien affecter la qualité de nos relations. Êtes-vous accro?

Accro à Internet et aux médias sociaux?

shutterstock.com

Quand Christiane mange au resto, elle pose son téléphone intelligent sur la table afin de pouvoir le consulter et répondre à ses textos. Au grand dam de son amie France: «Si elle reçoit un message, elle peut s’arrêter en plein milieu d’une phrase pour pitonner sur son téléphone. Elle n’arrête pas de dire: “J’en ai juste pour une minute” et quand elle a terminé, elle me demande: “De quoi on parlait, déjà?” Ça me frustre! On perd le fil de la conversation, et j’ai l’impression d’être moins importante que ses contacts virtuels. Mince consolation, je sais qu’elle agit de la même façon avec tout le monde, pas juste avec moi et pas seulement au resto.»

À l’instar de Christiane, les accros aux courriels, Facebook, Twitter et autres réseaux sont de plus en plus nombreux, incapables de se passer de ces avancées technologiques. Selon une enquête NETendances réalisée par le centre de recherches CEFRIO, plus de 8 internautes québécois sur 10 (85 %) utilisent les médias sociaux. Et plus question de se déplacer sans son cellulaire! On l’emploie partout et en tout temps. Les plus mordus vérifient même leurs courriels en pleine nuit!

1

Commentaires

Commentaire

L’équilibre face à notre usage de l’électronique donne matière à réflexion. On en oublie parfois le premier but – mais quel est-il ? Mieux communiquer les uns et unes avec les autres ? Enrichir nos relations humaines ? Gagner notre pain quotidien ?
On ne possède que le moment présent. Lorsque je me trouve avec une personne, soit face à face, soit au téléphone, surtout s’il s’agit d’une personne avec qui je développe une relation plus soutenue, cette personne retient pour moi toute mon attention sur elle-même, et sur moi-même, un échange se fait à un degré de superficialité ou de profondeur. Même les silences ont leur importance dans nos conversations, comme en musique où les sons augmentent de valeur selon leur espacement et leur vigueur.
Personnellement, j’apprécie donner de l’attention et en recevoir ; conséquemment, la plupart du temps, je ne réponds pas à mon cellulaire si je suis en présence de quelqu’un. Mais…il y a des exceptions. Le tout donne à réfléchir, et, comme ma sœur dirait, prendre conscience de nos agissements, de nos états d’âme…J’aime m’offrir la joie d’en discuter avec mes interlocuteurs.

Partagez votre opinion

Réagissez à cet article

Accro à Internet et aux médias sociaux?

Laissez ce champ vide, il est là pour prévenir contre les soumissions automatisées en spam.

Voir les politique de commentaires