Billet

Au coin du feu

Chaque matin, 364 jours par an, il prenait place sur son tabouret à l’entrée de son restaurant, entre les cuisines et les tables dressées, pour s’assurer que ses clients étaient bien traités et que ce qu’on leur servait ne perdait pas en qualité. 

Au coin du feu

Laurence Labat; maquillage-coiffure: Sylvy Plourde.

Hymie, 96 ans, n’a jamais quitté son poste, toujours au Beautys, cette institution montréalaise qu’il avait fondée. Né sur le Plateau, travaillant depuis ses 11 ans pour aider ses parents, il avait acheté cet emplacement au coin de Mont-Royal et Saint-Urbain avec sa femme, Freda, pour 500 $ pendant la Seconde Guerre mondiale. De la papeterie d’origine, ils eurent l’idée de génie de faire un restaurant, petit à petit, à une époque où c’était tout sauf normal d’y aller aux yeux des ouvriers des manufactures alentour.

Pendant plus de 70 ans, aidé par son fils, puis sa petite-fille et maintenant ses arrière-petits-enfants, même après le décès de sa femme et bien après l’âge d’être retraité, Hymie a travaillé avec acharnement pour combler sa clientèle, célébrités du monde entier comme gens du quartier, refusant toutes les offres de transformer sa marque en grosse chaîne sans ce supplément d’âme qui régnait dans son petit royaume.

C’est là que mes fils sont allés au restaurant pour la première fois de leur existence, crayonnant avec ardeur les sets à colorier que la serveuse leur avait donnés en attendant leurs crêpes bleuets et chocolat. Là aussi qu’ils ont renoué avec le Québec après huit années passées à l’étranger, le premier matin de leur nouvelle vie, toujours sous le regard bienveillant du «vieux monsieur dans l’entrée».

En fait-on encore, des humains comme ça? Il était si passionné par son métier qu’il passait encore ses commandes aux fournisseurs de son lit d’hôpital en pleine séance de dialyse ces dernières années, sans jamais oublier non plus de servir de la soupe et du café aux sans-abri du voisinage quand il faisait froid. «Ça ne coûte rien d’être gentil» était l’une de ses phrases fétiches, «On n’a rien sans rien» l’autre.

Aimer ce que l’on fait, s’y adonner du mieux qu’on peut, ne jamais laisser les braises s’éteindre... Dans un numéro de février, avec un couple en couverture en plus, je m’attendais à vous parler d’amour. Mais Hymie s’en est allé il y a quelques jours. Le feu s’est éteint.

Certaines personnes ont une sorte d’aura, une chaleur qu’elles communiquent aux autres juste par leur présence, leur investissement, leur détermination, leur vision. C’est contagieux, cette passion-là! Ça réveille, ça donne envie d’en être aussi. Trouver ses étincelles, ce qu’on aime, ce qui nous allume, au travail ou à la retraite, en couple et en solo, et l’utiliser pour réchauffer sa vie, l’habiter davantage, c’est parler d’amour aussi. À chacun sa flamme!

Voir le sommaire

Aline Pinxteren, rédactrice en chef

aline.pinxteren@lebelage.ca

5

Commentaires

Hymie

Merci pour cet article si touchant sur le fondateur de Beauty's.
Quel bel exemple d'humanité jusqu'au bout. paix à son âme.

Au coin du feu

Quelle belle leçon de vie. Je me retrouve seule avec un gros projet commence à deux et cela me donne le courage de continuer au meilleur de ma connaissance.

Hymie

Merci du fond de mon coeur endeuillé de près depuis une semaine. Vous y avez appliqué un baume apaisant et je vous en remercie.

Appréciation

Vraiment très touchant

Au coin du feu

Quel bel article ! Très touchant. Il y a des gens qu'il est impossible de ne pas aimer. Quelle résilience.
Il a eu beaucoup de courage. Espérons que ses arrière-petits-enfants continueront d'opérer ce restaurant.
Merci d'avoir partagé cette belle histoire !

Partagez votre opinion

Réagissez à cet article

Au coin du feu

Laissez ce champ vide, il est là pour prévenir contre les soumissions automatisées en spam.

Voir les politique de commentaires