MADA

Saint-Charles Borromée. Livraison à domicile.

Lire à volonté sans même devoir se déplacer? À Joliette et à Saint-Charles-Borromée, les mordus de romans en tous genres vivent ce rêve de beaucoup de lecteurs grâce à une bibliothèque ambulante.
En 2011, Marie-Josée Blais, une bibliothécaire au coeur d’or, s’inspire du projet Le livre et l’aîné, inauguré 10 ans auparavant par Marjolaine Leblanc, une infirmière à la retraite de Saint- Charles-Borromée, pour lancer à son tour la Biblio Troubadour. L’histoire se poursuit donc avec quelques rebondissements inattendus puisque cette bibliothèque sur quatre roues apporte non seulement bouquins et bonne humeur dans les résidences pour personnes âgées, mais aussi de l’animation... et de l’inspiration. «Son nom est un clin d’oeil aux conteurs du Moyen Âge qui se déplaçaient de village en village pour divertir les spectateurs, explique Mme Blais, conseillère au développement de la bibliothèque Rina-Lasnier, qui dessert Saint-Charles-Borromée et Joliette. Ce service hors des murs permet de rejoindre des gens qui, autrement, ne pourraient profiter des ouvrages et des bienfaits de la lecture.»

Passion commune

Gérée par un organisme sans but lucratif, la très belle bibliothèque, aménagée à même une église en 2007, met à la disposition des lecteurs à mobilité réduite une quarantaine de joyeux troubadours bénévoles. À bord d’une Dodge  Caravan achetée pour l’occasion et en compagnie d’un commis de la bibliothèque, ces retraités de tous les âges – dont certains anciens enseignants – rendent visite une fois par mois (sauf l’été) à 12 résidences pour personnes âgées à Joliette et à Saint-Charles-Borromée, ainsi qu’au CHSLD Saint-Eusèbe et à un HLM réservé aux 50 ans et plus. Pour le plaisir des lecteurs enthousiastes, pas moins de 300 titres (livres, mais aussi CD et audiocassettes) – constamment renouvelés – sont apportés et installés sur des tables, prêts à être feuilletés ou dévorés. «Pendant deux heures, tandis que des bénévoles aident à la gestion des prêts et des retours, d’autres font des suggestions de lecture et notent les demandes spéciales, rapporte Mme Blais. Ce sont des moments privilégiés pour tous, autant les lecteurs assidus qui apprécient ces visites que les bénévoles. Des liens de grande complicité se sont d’ailleurs développés entre eux et chaque fois, c’est un plaisir de se retrouver.» Aux yeux de Lise Bleau-Boucher, la très dynamique présidente du comité des loisirs d’une résidence et adepte des romans de Danielle Steel, la visite mensuelle des troubadours apporte un vent de fraîcheur: «Les filles [il s’agit dans son cas de bénévoles féminines] sont drôles et gentilles. En plus, elles nous évitent d’avoir à nous rendre dans une bibliothèque par nos propres moyens, ce qui n’est pas toujours évident.» Afin que les bibliophiles avec des difficultés de déplacement qui n’habitent pas dans une résidence puissent eux aussi mettre la main sur le dernier ouvrage de Kim Thuy ou de Chrystine Brouillet, les troubadours assurent également un service de prêt à domicile. L’abonné désigne alors son bénévole (la Biblio peut aussi lui en attribuer un), qui deviendra ses jambes. «Il va chercher les livres, s’occupe des réservations, rapporte les documents et gère sa carte d’abonnement», précise Mme Blais.

Pour tous les goûts

Les bénévoles font aussi la lecture à voix haute aux résidents malades ou en perte d’autonomie du CHSLD Saint-Eusèbe. Ils passent des moments souvent chargés d’émotion à les bercer avec une histoire d’amour ou un roman policier, selon les envies du lecteur immobilisé. Quant à l’animation, elle a lieu toutes les deux semaines dans la résidence Marie- Clothilde, à Joliette. «On choisit une thématique, un extrait de roman, une chanson ou un éditorial dans un journal, on en fait la lecture, puis on lance la discussion sur ce qui vient d’être lu», explique Mme Blais. C’est l’occasion idéale pour les participants de faire connaître leur opinion sur tel ou tel sujet et «ça donne lieu à un bel échange entre nous et les résidents». Qu’est-ce qui pique leur curiosité littéraire? «Oh là là! Ça va dans toutes les directions, s’exclame la bibliothécaire. Romans d’amour, sagas historiques québécoises, biographies, documentaires... Certains sont aussi de fervents amateurs du genre policier. Du sanglant, ils en redemandent! D’autres aiment s’évader. Je pense par exemple à une dame qui réclamait des magazines National Geographic. Ça la faisait voyager, disait-elle.» Aux yeux des dirigeants de nos municipalités vedettes, la
Biblio Troubadour jette un pont entre les générations et permet aux plus âgés d’avoir voix au chapitre. «Il s’agit là d’une belle intégration à la fois culturelle et communautaire, souligne Normand Guy Lépine, vice-président du CA de la bibliothèque Rina-Lasnier et conseiller municipal à la Ville de Joliette. Ces initiatives favorisent la participation des aînés dans la communauté.» Afin de poursuivre ces efforts, la Ville de Joliette a entrepris des démarches pour devenir une municipalité amie des aînés (Saint-Charles-Borromée l’est déjà) et développe actuellement sa politique en ce sens. Une histoire à suivre, donc!