MADA

Richard Lavallée: «La coopération, c’est la meilleure solution!»

Se résoudre à aller en résidence se fait rarement de gaieté de cœur, d’autant que cela signifie généralement se retrouver loin des siens et du milieu que l’on connaît… Secrétaire MADA de Lac-aux-Sables, une petite municipalité de quelque 1300 âmes dans la MRC de Mékinac, en Mauricie, Richard Lavallée a été l’un des instigateurs de la Coopérative de solidarité Villa des Sablois pour aînés en perte d’autonomie. «Ce qu’on voulait le plus, c’est garder nos gens chez nous, qu’ils demeurent près de leur famille, entre eux, avec leurs connaissances», témoigne Richard Lavallée, lui-même natif de l’endroit.
Richard Lavallée: «La coopération, c’est la meilleure solution!»

La MADA (Municipalité amie des aînés) du mois racontée par un de ses élus ou bénévoles.

Au cœur de la communauté

Très impliqué dans sa communauté, ce retraité se dévoue dans mille et une activités bénévoles après avoir travaillé 35 ans pour la Réserve faunique de Portneuf comme gérant de secteur. En plus d’être secrétaire de la Villa des Sablois, il est secrétaire de la Société d’histoire de Lac-aux-Sables, président du comité consultatif de la municipalité, membre de son comité consultatif de l’environnement et membre du comité culturel régional de la MRC de Mékinac. Depuis 2010, il préside également une autre coopérative (Hébergement de Saint-Rémi) pour personnes âgées autonomes. L’objectif était d’ailleurs d’agrandir cette dernière pour accueillir des aînés en perte d’autonomie. Le projet n’ayant pas reçu l’aval de la Société d’habitation du Québec, Richard Lavallée et son équipe ont mis en œuvre leur plan B: acquérir la résidence située à quelques mètres de la coop Saint-Rémi, devenue Villa des Sablois, «Ainsi, quand les gens partent d’une résidence pour aller dans l’autre, ils ne sont pas dépaysés, ils demeurent près des personnes qu’ils connaissent et proches de leur famille. Les enfants de certains locataires viennent les voir tous les jours!»

Soutenus par tous

La coop Villa des Sablois, qui accueille des résidents depuis mai 2017, est innovatrice à plus d’un titre: elle est la seule de la région à offrir de l’hébergement pour aînés en perte d’autonomie, et elle a innové dans la recherche de fonds pour rendre son acquisition possible. Richard Lavallée loue d’ailleurs le travail acharné du trésorier des deux coopératives, Jean-Louis Soulard. «Il est allé chercher des dons un peu partout, un prêt auprès de la caisse Desjardins, des contributions de la MRC de Mékinac, de la municipalité, mais aussi de la population.» Quelque 60 citoyens ont formé une coopérative, dont ils sont copropriétaires à parts égales en tant que membres de soutien ou membres locataires!

Autre particularité, la coop n’a pas d’employés. L’entretien ménager, les repas et tous les services à la carte, y compris les soins personnels, l’aide pour le lever, le coucher ou les injections, sont fournis par une entreprise d’économie sociale bien implantée dans la région, Les Aides familiales de Mékinac, présente sur les lieux 24 heures sur 24. «Gérer des employés, c'est la partie la plus difficile. Cette entente avec Julie Béland, la directrice de cette société, facilite beaucoup les choses.» En plus de leur permettre de rester dans leur milieu, ce partenariat fait profiter les aînés d’avantages financiers, de plusieurs services qu’ils ne pourraient s’offrir autrement et de subventions gouvernementales pour les services qu’ils reçoivent. La plupart des membres de soutien aident aussi bénévolement, au besoin! «La coopération, c’est ce qu’il y a de mieux. On peut davantage se prendre en main, tous ensemble.» En collaboration avec le Carrefour action municipale et famille.