Top 5 des priorités fiscales de fin d'année

En compagnie d'Angela Iermieri, planificatrice financière et conseillère en commercialisation, gestion du patrimoine et assurances de personnes au Mouvement Desjardins, voyons les cinq priorités fiscales de fin d’année pour ne pas être pris de court lorsqu’arrivera la saison des impôts.

1. Les pertes et les gains en capital


Dans vos comptes non enregistrés, il pourrait être avisé de liquider, d’ici la fin de l’année, vos placements déficitaires. En effet, les pertes en capital peuvent réduire, voire annuler, l’impôt potentiel sur les gains en capital réalisés par ailleurs sur d’autres investissements profitables. «Tous les gains et les pertes en capital sont admissibles. Ceux issus de la vente de produits financiers, bien sûr, mais aussi ceux résultant de la vente d’un immeuble, d’un terrain ou d’un chalet», dit Mme Iermieri.

Les pertes en capital de 2012 peuvent être appliquées à l’encontre des gains encaissés en 2012 ou au cours des trois années précédentes. Elles peuvent également être reportées indéfiniment dans le futur.

Attention! Si vous avez l’intention de vendre des titres boursiers, n’oubliez pas que la date limite de transaction est de trois jours ouvrables avant le 31 décembre. Si vous ratez cette échéance, l’opération sera conclue au début de 2013, retardant d’un an l’application des pertes en capital. Toujours dans vos comptes non enregistrés, vous désirez acheter des parts de fonds communs de placement? Soyez vigilant. Les sociétés de fonds communs sont tenues d’attribuer à leurs détenteurs, en fin d’année, les revenus qu’elles ont distribués durant toute l’année. Si vous acquérez vos parts en décembre, vous serez imposé sur l’ensemble de ces revenus (2012 au complet), même si vous n’en avez touché qu’une petite partie. Au contraire, si vous patientez au début de janvier 2013 pour effectuer vos placements, vous éviterez ce désagrément.




Pages :