Sauver sa propriété

iStockphoto.com

Gilbert Taillon est très inquiet. Autrefois gérant d’un magasin, il voit fondre rapidement ses économies depuis qu’il est à la retraite. Père de 3 enfants et plusieurs fois grand-père, cet homme de 65 ans n’a aucune dette et toutes ses économies – environ 225 000$ – sont placées dans un FERR. Ni lui ni sa femme Murielle, âgée de 62 ans, n’avaient de «fonds de pension» au moment de leur départ à la retraite. Les revenus annuels du couple sont d’environ 35 800$. Ils proviennent:

  • du Régime de rentes du Québec (RRQ). Total annuel: 7 200$;
  • de la Pension de la sécurité de la vieillesse (PSV). Gilbert touche chaque année 6 070$; Murielle y sera admissible dans 3 ans;
  • des retraits de leur FERR: 22 500$ par année, soit 10% du capital initial.

Sachant calculer, Gilbert estime qu’il aura épuisé son épargne-retraite d’ici 12 à 15 ans, selon les rendements qu’il obtiendra sur les placements. Qu’arrivera-t-il ensuite? Les Taillon croient qu’ils seront forcés de vendre leur maison. Cette perspective leur déplaît au plus haut point, mais c’est peut-être la seule solution pour pouvoir vivre sereinement durant les 30 prochaines années. Soucieux, ils ont demandé leur avis à Lise Laberge, planificatrice financière, et Eric Gaudreau, analyste financier agréé au Groupe Option Retraite, à Québec.



Pages :