Planifiez dès maintenant votre retraite

iStockphoto.com

«Sans notre conseiller financier, nous n’aurions pas pu prendre notre retraite dans les conditions que nous souhaitions.» Léandre Rousseau et sa femme savourent maintenant leur nouveau mode de vie en toute quiétude, sur leur propriété de l’île d’Orléans. Pour y parvenir, ils ont dû s’y prendre d’avance: la planification de leur retraite s’est échelonnée sur cinq ans. «Nous avons commencé par calculer de combien d’argent nous aurions besoin pour vivre. Ensuite, nous avons évalué la valeur future de nos REER et de mon fonds de pension», explique Léandre Rousseau. Pour sa femme, ça a été différent. Sa caisse de retraite, c’était l’entreprise de services électriques qu’elle possédait: il fallait déterminer le meilleur moment pour vendre. Le couple a pu ainsi voir l’effort d’épargne à déployer pour se bâtir un capital-retraite confortable. Ils ont eu le temps de s’ajuster.

Pas des vacances perpétuelles

Le secret d’une retraite réussie réside dans le sérieux que l’on met à la planifier. Comme le cas des Rousseau l’illustre, il y a beaucoup d’éléments à considérer. Avant même de parler d’argent, il faut se demander ce que l’on fera de sa retraite. Il est important d’avoir des projets à long terme, car la retraite n’est pas une période de vacances perpétuelles! À l’euphorie des premiers mois peut suivre une détresse psychologique et financière lorsqu’on est mal préparé.

Cela soulève plusieurs questions cruciales. La première semble évidente, mais elle ne l’est pas forcément : vais-je prendre ma retraite seul ou avec mon conjoint? Je vis seul actuellement, mais vais-je le demeurer pour toujours? Devrai-je éventuellement m’occuper de mes vieux parents? Les héberger? Si oui, cela va me coûter combien? De plus, vous devrez faire le point sur les questions suivantes.

  •  Quels projets est-ce que je veux réaliser? Jouer au golf en Floride tous les hivers? Me lancer en affaires? Rénover le chalet?
  • Quand vais-je les réaliser? Vous devez avoir une idée assez précise du nombre de mois ou d’années qui doivent s’écouler d’ici là, car cela détermine le niveau d’épargne à effectuer.
  •  Mes projets s’opposent-ils à ceux de mon conjoint? Cette question n’a pas réellement d’impact sur le budget, mais elle est capitale. Vous voulez voyager, mais votre douce moitié a peur de l’avion? Il y a un os! Vous aimeriez vendre le chalet familial alors que votre conjoint désire le rénover? Pépin à l’horizon. Commencez tôt à en discuter, car vous risquez d’être pris de court lorsqu’il faudra prendre des décisions.

Une fois que vous aurez une idée plus claire de ce que vous réserve l’avenir, vous serez plus à l’aise pour examiner les chiffres.



Pages :