Évitez de payer deux fois!

Évitez de payer deux fois!

iStock Photo

On peut être surassuré sans même s'en rendre compte! Vous avez souscrit une assurance voyage pour partir à l'étranger? En achetant votre séjour par carte de crédit, vous bénéficiez souvent déjà d'une assurance. Vos assurances collectives vous couvrent peut-être aussi. Sans compter votre assurance habitation, qui comprend parfois le remboursement d'un vol de bagages! Qui n’a jamais ressenti aussi ce doute face à l'employé d'une firme de location automobile de courte durée, quand on se demande si nos assurances nous couvriront correctement en cas de sinistre? On finit par débourser quelques dizaines de dollars supplémentaires pour en être certain… Et on se retrouve avec une dépense inutile.

Repérer l'avenant 27 

En matière de location automobile, on commence par vérifier si le contrat d'assurance de notre véhicule personnel comprend l'avenant 27, qui prévoit la protection Dommages aux véhicules n'appartenant pas à l'assuré. Il remplacera la couverture Pertes et dommages, proposée par le locateur. Si on ne bénéficie pas de cet avenant, on pourrait y souscrire, pour un coût probablement inférieur à 100 $, selon le Bureau d'assurance du Canada (BAC). Certains assurés en bénéficient gratuitement quand ils prennent leur assurance auto et habitation auprès du même assureur. On dispose alors des mêmes protections pour notre automobile dans l'ensemble du Canada et des États-Unis. «Cette couverture est généralement plus avantageuse que celle offerte par le locateur», indique le BAC. Hors d'Amérique du Nord, par contre, l'assurance du locateur est souvent un bon choix.

On vérifie aussi le montant maximal de notre assurance responsabilité civile. Pour moins de 30 $ par an, il est possible porter cette couverture à deux millions de dollars… Non négligeable, surtout si on part aux États-Unis, où le coût d’une poursuite judiciaire peut rapidement dépasser le million de dollars.

Attention aux limitations

Notre carte de crédit inclut probablement une assurance couvrant la location de véhicules à court terme, si elle a été payée avec cette carte. Les dommages causés au véhicule loué sont habituellement couverts, mais la responsabilité civile se retrouve souvent exclue. Pour le reste, chaque type de carte possède ses propres caractéristiques. On vérifie les niveaux de protection, mais aussi les restrictions. Et on veille à refuser les assurances du locateur afin que notre assurance de carte de crédit soit activée en cas de sinistre.

Au moment de prévoir un voyage ou une location automobile, mieux vaut donc prendre le temps de contacter notre assureur ainsi que l'émetteur de notre carte de crédit (Mastercard, Visa, etc.). Ceux-ci nous éclaireront sur les risques déjà couverts. On prend des notes et on les relit au moment de finaliser nos achats de billets d'avion, de séjours et de locations. D’ailleurs, même si aucun voyage n’est prévu à court terme, il est sage de profiter de l'échéance annuelle de nos contrats d'assurance pour faire un bilan: chaque année, des services peuvent s'ajouter à nos contrats, mais aussi être modifiés ou carrément supprimés sans qu’on en soit clairement avisé.

Assurance invalidité: à surveiller

Ces conseils valent aussi pour les avantages sociaux. «Les assurances collectives sont une base que les individus complètent avec des assurances individuelles», explique Francis Frappier, président du cabinet de services financiers Finexia. Il est possible de cumuler les deux sur certains points… Mais dans le cas d'une assurance invalidité, mieux vaut bien regarder les clauses avant de souscrire une assurance personnelle quand on est déjà couvert par une assurance collective, recommande M. Frappier. En effet, le jour où l'invalidité nous frappe, l’assurance personnelle pourrait être inutile, le manque à gagner étant comblé par l’assurance collective. On se retrouverait alors à avoir payé durant des années pour rien! On commence donc par vérifier les couvertures dans le guide fourni par notre assurance collective.

Utile, la garantie prolongée?

«On est souvent surassurés», observe Charles Tanguay, le porte-parole de l'Office de la protection du consommateur (OPC), qui cite l'exemple des garanties prolongées. Chaque fois qu'on achète ou qu'on loue un produit, la loi nous offre une protection. «La garantie légale s'applique automatiquement à tout ce qu'on achète. Le produit doit pouvoir servir à un usage normal pendant une durée raisonnable.» Si on achète la garantie prolongée proposée par certains commerçants, on se retrouve alors avec une double garantie. Et on vient de débourser un montant représentant jusqu'à 30 % du prix de vente! De plus, la garantie légale est facile à mettre en œuvre, confirme M. Tanguay. «Souvent, quand le consommateur envoie une lettre de mise en demeure au fabricant ou au commerçant, celui-ci règle le litige rapidement.» Et une garantie ne s’ajoute pas à l'autre. «Par un principe de droit général, on ne peut pas se faire dédommager deux fois pour le même préjudice», prévient l’expert.

Si la mémoire fait défaut

Outre les assurances et les garanties, le porte-parole de l'OPC relève également le risque de payer en double les arrangements funéraires. Une personne victime de pertes de mémoire pourrait oublier qu'elle a déjà prévu et payé ses funérailles. Elle pourrait alors débourser ces montants à nouveau. Ou encore, si sa famille n'est pas informée des arrangements funéraires, elle pourrait tout organiser à nouveau à son décès sans se renseigner davantage, vu l’émotion et l’urgence… «Les affaires funéraires se règlent en quelques jours seulement, pointe Charles Tanguay. Il est donc important d'aviser plusieurs personnes que tout est déjà prévu et payé.»

Dans un autre domaine, la vente itinérante devrait aussi susciter la prudence, affirme Charles Tanguay. «Certaines personnes peu scrupuleuses ciblent des aînés à leur domicile pour leur vendre des produits qu'ils possèdent déjà, comme un système de chauffage ou une climatisation, ou d’autres dont ils n'ont pas du tout besoin.»

Doublés gagnants -> L'assurance-dépôt

Une possible faillite du système bancaire canadien vous inquiète? La Société d'assurance-dépôts du Canada garantit les dépôts bancaires jusqu'à 100 000 $ par établissement. Mieux vaut dès lors répartir ses liquidités et ses placements à court terme (inférieurs à cinq ans) auprès de différentes institutions financières. En revanche, on déboursera davantage en frais bancaires mensuels.

-> L'assurance vie

En matière d’assurance vie, on peut également s’assurer auprès de plusieurs assureurs si on le désire, sans qu’une des couvertures annule les effets des autres. Au décès, les bénéficiaires reçoivent alors plusieurs indemnités, précise l'Autorité des marchés financiers.

-> La carte de crédit

Il peut être intéressant d'avoir deux cartes de crédit: une pour les achats au quotidien et une réservée aux achats sur Internet, cette dernière comportant une limite peu élevée. Cela évite bien des soucis si un cyberfraudeur en vole un jour le numéro!



2

Commentaires

Tout les sujets

Très intéressant, j ai appris bien des choses en lisant et je vais partager l info

Pré-arrangement

Notre mère nous disait à peu près une fois par année, à Noel, (avant qu'elle ait ses premiers signes d'Alzheimer) de ne pas oublier qu'elle avait fait ses pré-arrangements funéraires, probablement après 1998 (décès de notre père). Lorsqu'elle est décédée après peut-être 7-8 ans de la maladie, nous avons vérifier dans notre petite ville dans laquelle des deux salons funéraires (2 frères...) où elle les avait payés. Aucun d'eux n'a retrouvé de trace de ses pré-arrangements. Nous n'avons pas trouvé non plus aucun reçu ou facture le prouvant. Y a-t-il un endroit où nous pouvons avoir ces renseignements ?