Assurance habitation : faire face aux intempéries à l'étranger

Assurance habitation : faire face aux intempéries à l'étranger

iStock Photo

Au printemps dernier, des milliers de Québécois à travers la province ont goûté aux conséquences dévastatrices des intempéries. Beaucoup se sont retrouvé le bec dans l’eau, en plus des pieds, en constatant à quel point leur assurance habitation était inadéquate. Avec l’ouragan Irma qui fait rage en Floride - où quelque 500 000 Canadiens possèdent une résidence - c’est au tour de ceux qui pensaient trouver un peu de répit sous le soleil d’être touchés par les méfaits de Dame Nature.

«Pour l’instant, il est difficile d’évaluer l’ampleur des dégâts, car plein de gens ne sont pas encore rentrés chez eux, mais on a évité le pire, et peu ont appelé. Tant mieux, car beaucoup ne s’assurent pas suffisamment», explique Sophie Jamet, agente d’assurance à Miami, responsable de la filiale floridienne d’Intergroupe. Plus de peur que de mal, donc, pour la plupart des Snowbirds qui ont fait leur nid en Floride (les dégâts semblent surtout extérieurs à cause des nombreux arbres tombés).

N’empêche, que ce soit pour une résidence principale ou secondaire, l’assurance de base ne couvre pas les dommages causés par des catastrophes naturelles. «Des couvertures supplémentaires sont toujours proposées pour être assurés contre les inondations [bon marché] et les ouragans [assez dispendieux]», explique Bonnie Martin, représentante au développement des affaires d’Intergroupe. «C’est cher, mais en cas de sinistre, on ne le regrette pas». En fin de compte, chacun décide de l’étendue de sa couverture en fonction des risques et de son budget. Quelqu’un qui a un condo de luxe va généralement prendre la protection maximale.

Quant à ceux, qui, comme des escargots, se déplacent avec leur maison, leur motorisé va être assuré comme une automobile, en valeur actuelle, et ceux dont la caravane est rivée au sol, comme une habitation, en valeur à neuf, et les protections seront alors très similaires. «Les mobil-homes sont les maisons les plus fragiles et celles qui mériteraient d’être le mieux assurées», estime Mme Jamet. «Il peut y avoir des limitations dans les protections en fonction de l’état ou l’année de fabrication de la roulotte», précise cependant Mme Martin.

Comment éviter les factures salées: 

- Souscrire à une assurance, ajouter au minimum la garantie inondation, même en zone non inondable.

- Bien évaluer les risques avec son assureur/courtier pour choisir la couverture adéquate.

- Ne pas se prendre au dernier moment pour ajouter une protection: plus aucun assureur n’accepte de modifications des garanties une fois qu’une alerte est émise.