Argent: que faire en temps de récession?

iStockphoto.com

En entrevue, Stephen Jarislowsky, le réputé financier montréalais, a dit craindre une récession à l’échelle de la planète. «La situation aux États-Unis est pire que celle des crises de 1929 et de 1932. Et c’est une illusion de croire que ça va s’arrêter.»

Bref, rien ne semble plus aller dans le merveilleux monde de la finance. Le drame, c’est que la tourmente touche de plein fouet les retraités et les travailleurs qui préparent activement leur nouvelle vie. «Deux journées de mauvaise Bourse ont effacé 12 000$ de mon REER. Moi qui comptais prendre ma retraite l’an prochain, je devrai rester au travail au moins une année de plus», se désole Jacques, 59 ans, travailleur autonome à Verdun. Que faire quand les marchés déraillent à la suite de menaces de récession?

Quelques conseils

Résistez à la tentation de bazarder vos fonds communs. Quand les Bourses plantent, de nombreux épargnants effrayés se débarrassent de leurs portefeuilles REER et hors REER afin de limiter leurs pertes. «Double erreur, soutient Andy MacLean, premier directeur, placement pour les particuliers, à la firme Partenaires Financiers Richardson. Au cours des journées noires, vous êtes pratiquement assuré d’obtenir le plus mauvais prix pour vos actifs. Et lorsque les cours se mettront inévitablement à remonter, vous ne serez plus dans le marché pour en profiter.»

Remontée inévitable? «Les dégringolades de prix chassent les investisseurs nerveux et craintifs. Ne restent que ceux qui désirent réellement y demeurer», explique Andy MacLean. Ils profitent des aubaines pour faire le plein de titres, et ce magasinage intensif a pour effet de pousser les cours à la hausse. Le lundi 29 septembre 2008, la Bourse de Toronto a reculé de 7%. Le lendemain, elle récupérait presque tout le terrain perdu, avec une progression de 5%. Les investisseurs qui auront eu le courage d’attendre le rebond avant de vendre n’auront perdu «que» 2%.

Mais au-delà de ces stratégies ponctuelles, la débâcle boursière de septembre et d’octobre 2008 renforce cette loi d’airain en investissement: si votre horizon de placement est de moins de cinq ans, tenez-vous loin des fonds communs de croissance et du marché des actions lorsque vous cotiserez à votre REER. Optez pour les placements sécuritaires.



Pages :