La planification de fin de vie

istockphoto.com

Robert L. savait exactement ce qu’il voulait, qui seraient ses héritiers et son liquidateur, les traitements qu’il accepterait en cas d’urgence médicale et même le genre de funérailles qu’il souhaitait. Cependant, lorsqu’il a été victime d’un anévrisme, tout a dérapé: même si ses volontés étaient claires, il n’en avait malheureusement informé aucun de ses proches, si bien que sa famille a fait face à quantité de problèmes, à la fois émotionnels et financiers, qui auraient pu être facilement évités.

La maladie et la mort sont des choses auxquelles personne n’a envie de penser. Or, quand nos affaires sont en ordre, on évite à ceux qui nous survivent quantité d’ennuis. Voici donc quelques conseils élémentaires pour une bonne planification de fin de vie.

Questions financières

  • Assurez-vous que votre testament et votre mandat en cas d’inaptitude soient à jour.
  • Assurez-vous que votre famille sache où se trouvent vos documents financiers et ceux relatifs à la planification successorale. 
  • Prévoyez une procuration pour vos soins de santé dans laquelle vous désignerez la personne qui prendra les décisions relatives à vos traitements futurs en votre nom ou exprimerez vos volontés à cet égard, ou les deux. On appelle souvent «testament biologique» la partie de cette procuration portant sur les décisions d’ordre médical. 
  • Planifiez vos funérailles. Vous pouvez faire vos arrangements funéraires préalables en laissant des directives précises à la maison de services funéraires de votre choix. Vos arrangements devraient être faits en fonction de vos souhaits et de vos moyens financiers. Consignez-les sur papier et donnez-en des copies aux membres de votre famille et à votre notaire ou avocat.


Pages :