RDI recherche des témoignages de retraités

RDI recherche des témoignages de retraités

Ils recherchent particulièrement des retraités qui ont dû abaisser leur niveau de vie après avoir cessé de travailler, de travailleurs qui ont perdu leur emploi dans la cinquantaine et qui ont dû se trouver un autre boulot pour payer leurs factures, de retraités qui ont volontairement réintégré le marché du travail, de retraités épanouis, occupés, qui voyagent et qui s'impliquent, et de retraités qui ont adopté la simplicité volontaire.

En fait, tout le monde a une retraite à raconter.

Si vous avez des choses à dire, des expériences à partager, des conseils à donner ou juste envie de dire ce que vous en pensez, cliquez ici. Vous avez jusqu'au 30 janvier pour vous démontrer votre intérêt. 



8

Commentaires

Retraite.

Pour ma part, je suis à la retraite de l'enseignement depuis 9 ans et je viens tout juste de me rembarquer dans un projet de recherche et d'écriture. Avant ça, je profitais du temps qui passe en me demandant chaque jours à quoi j'allais occuper mon temps. L'année dernière, j'ai senti le besoin de me replonger dans mes anciennes habitudes de travail, mais sans la pression ni l'urgence de produire quelque chose. Aussi, l'histoire de paroisse sur laquelle je travaille depuis quelques mois, verra le jour où j'aurai terminé mes recherches et l'écriture du volume; si ça tombe sur un anniversaire de la paroisse, tant mieux; sinon, tant pis!!! Pas de stress... uniquement du plaisir! Retraite heureuse.

Expérience de retraite...

J'ai pris ma retraite en mars 2003 à l'âge de 60 ans après 26 ans et quelques mois de travail dans la Fonction Publique Fédérale; une allocation de départ de 26 semaines et une pension réduite corres-pondant à un peu plus de 52% au lieu du 70% que j'aurais eu après 35 ans de service. J'avais 34 ans lorsque je suis entré à l'emploi du Gouvernement Fédéral et j'ai presqu'aussitôt commencé à contribuer à un REÉR auprès d'une maison de courtage, disparue depuis. Après avoir subi une perte de 5000$ avec un conseiller financier qui transigeait sur les options d'achat et de vente, j'ai décidé que je ne pouvais faire pire et j'ai donc pris nos affaires en main en ouvrant des comptes "REÉR" autogérés pour mon épouse et moi auprès de la même maison de courtage et j'y investissais tout ce que nous pouvions nous permettre compte tenu que mon salaire a toujours été plus faible que celui de mon épouse. Je dois dire que la décision d'investir dans des "REÉR" autogérés s'est manifesté très tôt après mon entré au gouvernement puisque, avec quelques collègues de travail, j'ai participé à la formation d'un Club de placements dans lequel je participais très activement au point où nous avons rassemblé, à un certain moment, jusqu'à 25 membres qui déboursaient 50$ par mois. Je dirais que c'est surtout mon implication à différents postes dans ce Club et les connaissances acquises qui m'ont finalement incités à gérer nos propres investissements.

Mon épouse par contre, s'est retirée en 1994 à l'âge de 51 ans, comme si elle en avait 55, après presque 29 ans de service suite à une offre de retraire de son employeur, Bell Canada; donc sans aucune pénalité, une allocation de départ de 104 semaines et une pleine pension. Naturellement, comme mon épouse participait au plan d'achat d'actions de la compagnie jusqu'à un maximum de 9% et que ces dernières étaient livrées à la fin janvier de chaque année j'ai toujours priorisé d'abord on "REÉR" et le mien par la suite si nous le pouvions. Le gros avantage que nous avions était que nous pouvions transférer ses actions dans son "REÉR et à l'occasion un peu dans le mien si elle ne pouvait utiliser le plein montant dans l'année. Il faut dire que nous n'avons pas débuté cette stratégie immédiatement après mon entré au gouvernement ou après la formation du Club de placements puisque, avec trois enfant à la maison et le père en cours du soir pour de nombreuses années, nos besoins financiers étaient importants et l'épargne systématique plutôt inexistant.

Aujourd'hui en 2015, nous habitons une maison bi-générationnelle avec une de nos filles et sa famille, possédons un condo en Floride depuis janvier 2013 et y passons maintenant 6 mois pas année. Nous apprécions les douceurs de la vie et côtoyons de belles personnes sur les magnifiques terrains de golf de la région.

Au plaisir !

Resté à l'emploi au lieu de retraite.

Un mot qui pourrait dire que je continue à travailler parce que premièrement j'aime travailler et que de plus quand je ne pourrai que me bercer, je prendrai ma retraite. Rien faire ça coûte cher. Payer pour faire faire, par manque de mobilité ça coute cher également. En campagne, c'est l'auto et en ville c'est vivre comme des œufs dans une douzaine. Il y a toujours les endroits pour les gens plus fortunés qui seraient intéressant, mais le hasard de la vie ne peut donner tout ce qu'on désire et l'équilibre dans tout comme travailleur et/ou retraité est toujours à remettre sur le tapis presque journalièrement tout dépendant de la mémoire qui nous reste. (Je termine, je ne peux poursuivre... je suis au travail)

Mes souvenirs dans LÉdition de ma vie

J'ai fait la plus belle vie du monde J'ai voyagé à travers la planète "M',interviewer c'est apprendre a vivre avec une passion et détermination ""Je suis auteur de deux livres ...une vie de travail et pleine d'ambitions réalisées Un travail avec Air Canada qui m'a donné des ailes et la vie de mon fils ..mort du Sida une expérience incontournable en plus de ce désir de vivre qui m’habite font de moi une femme extraordinaire qu'il faut rencontrer absolument ..À vous de décider Auteur Du Carmel au Bord'aile et Une femme qui a du chien édité en 2012 et 2015

La retraite ce n'est pas se retirer de la vie

Bonjour à vous, J'anime depuis plus de 15 ans des sessions de préparation à la retraite et comme je le dis souvent "Prendre sa retraite, ce n'est pas se retirer de la vie, mais se retirer d'une vie organisée par le travail pour la réaménager autour de ses intérêts et de ses passions." Ça peut sembler idyllique, mais ce n'est pas toujours évident quand les derniers 20, 25, 35 ans tournaient, pour bien des gens, autour des responsabilités et des obligations liées au travail. Faire une pause, réfléchir à ses besoins et ses priorités est un "must" pour bien orienter la suite. On vit de plus en plus vieux et de plus en plus longtemps en santé; ça vaut la peine de réorganiser sa vie en fonction de qui on est vraiment et de ce qui nous rend heureux.

témoignage de retraitée

J'ai pris ma retraite à l'âge de 65 ans afin de recevoir toutes les pensions auxquelles j'avais droit.C'était une question d'argent. Je suis divorcée vivant seule. Sachant qu'avec une espérance de vie d'environ 20 ans je me devais de réorganiser ma vie.J'avais toujours dit qu'à ce moment venu, je réaliserais mon rêve d'aller en Californie pour faire cet exercice. Ce que j'ai fait...mais...trop long à expliquer ici. Si vous souhaitez que j'élabore sur mon expérience assez particulière, vous pourrez me contacter. Merci.

Retraite

Bonjour, moi j'ai pris ma retraite en avril 2016 après 23 ans et quelques mois de service dans la dernière compagnie que j'ai travaillé, et je vous dirais que nous avons aucune information de la façon de procéder pour faire valoir nos droits, moi j'ai passé des heures au téléphone pour tout ce qui a trait à la pension et au supplément ainsi qu'au régime des rentes, et ensuite encore des appels pour les médicaments et ainsi de suite, Il devrait avoir un guide pour les nouveaux retraités l'art de se simplifier la vie à la retraite et dans ce même guide avoir des idées pour des objectifs de retraite car moi je voudrais que ça s'adresse à des personnes qui n'ont pour revenu que leur pension et le régime des rentes. Merci de m'avoir lu ceci est mon opinion.

retraité depuis 14 ans ,en 2005

Retraité a 59 ans en 2004 , j'avais planifié ma retraite depuis le début des années 90.Tout s'est passé comme prévu et même mieux au point de vu financier.Les vêtements ,surtout les habits , cravates et souliers me coûtait une petite fortune .La coût de la vie prévu a 3% annuellement s'est plutôt maintenu entre 1.5 et 2 % .Ayant toujours gérer mon portefeuille de placement , j'ai continué et les marchés m'ont été favorable .Je gardé mon profil d'investisseur audacieux jusqu'en 2016 .puis voyant que j'étais en avance sur mes prévisions j'ai adopté un profil beaucoup plus conservateur , prévoyant un important ajustement et craignant une perte sèche qui m'était désormais inutile de risquer.Nous avions voyager lors des 25 dernières années et nous nous sommes amouraché du soleil de la Floride ou nous passons 3 mois a chaque hiver depuis 2005.. J'ai vendu ma propriété il y a 6 ans et acheté un condominium qui bien qu'un peu restreignant pour moi au début est devenue un endroit ou il fait bon vivre a la condition de changer quelques habitudes de propriétaire .Je crois que si vous êtes le moindrement préparés financièrement , vous n'aurez pas de grosse surprises. Sans être alarmiste il faut quand même se dire que nous ne pouvons se refaire en cas de pertes financières , donc la prudence est de mise .