L’assurance télématique, c’est pour moi?

L’assurance télématique, c’est pour moi?

iStock Photo

De plus en plus d’assureurs proposent des produits qui récompensent les bons comportements. L’assurance télématique, comme on l’appelle, combine à la fois des outils informatiques et de télécommunications. Deux programmes de ce genre ont été lancés récemment au Québec: Vitalité et Ajusto. Valent-ils le coup?

Le programme Vitalité

Afin d’obtenir des rabais sur leur assurance-vie, Manuvie invite ses clients à porter un moniteur connecté. Ce dernier leur permet d’amasser des points en pratiquant des activités liées à de saines habitudes de vie. Passer un examen médical annuel, visiter le dentiste, lire des articles sur la santé en ligne ou se faire vacciner contre la grippe donne également des points. Il faut cependant enregistrer ses preuves de paiement ou de visites sur le site Internet de la compagnie.

Chaque adhérent au programme Vitalité reçoit gratuitement un bracelet Garmin. «Mais il faut préalablement faire l’acquisition d’une police d’assurance-vie avec nous», explique Guy Couture, vice-président régional, ventes assurances individuelles chez Manuvie. Il s’agit d’une assurance-vie temporaire de 20 ans avec une échéance maximale de 80 ans. Petit bémol: on ne peut souscrire à ce type d’assurance si on a plus de 60 ans. Les trentenaires ont également accès à une solution d’assurance temporaire avec une couverture qui se termine à 65 ans (renouvelable jusqu’à 45 ans). «Notre programme canadien en est à ses débuts. Nous songeons à ajouter un produit d’assurance permanent, comme c’est déjà le cas aux États-Unis, ce qui permettra d’émettre une police bien au-delà de cet âge», souligne M. Couture. L’âge moyen d’émission chez notre voisin du Sud excède les 50 ans. «Les gens de plus de 50 ans ou ceux qui prennent une retraite précoce ou progressive ont du temps pour prendre soin de leur santé. Ce programme s’adresse donc à eux. Tant les gens en forme que ceux qui paient des surprimes, comme les personnes diabétiques, peuvent accumuler des points et bénéficier de rabais.»

Par ailleurs, le moniteur Garmin va comptabiliser les pas et les calories brûlées selon le type d’activité physique exercée. Il est également possible d’utiliser un autre outil connecté tel qu’un Fitbit ou une Apple Watch. «Les données sont enregistrées automatiquement, une fois le bracelet synchronisé avec l’application mobile Manuvie Vitalité. Les points accumulés permettent d’atteindre quatre niveaux de récompense: bronze, argent, or et platine. Le niveau platine permet d’obtenir un escompte de 15 %», indique Guy Couture. Tout le monde commence au niveau or et obtient ainsi 10 % de rabais sur le produit d’assurance courant. L’année suivante, on ajuste les primes selon les points accumulés, l’escompte pouvant dès lors augmenter ou diminuer. «Dans le pire des cas, si on accède à la catégorie bronze la deuxième année et pour le reste du terme, cela nous coûtera seulement le frais du programme, soit 2 $ par mois. Sur une période de 20 ans, cela représente 480 $ de plus par rapport à un produit d’assurance courant. Et vous aurez obtenu gratuitement un bracelet Garmin. C’est la première fois qu’un produit d’assurance ne traite pas du risque de mourir trop tôt, mais incite plutôt les gens à se maintenir en santé grâce à des encouragements.»

Le programme Ajusto

Certains programmes d’assurance automobile, dont Mobiliz (Industrielle Alliance), Ajusto (Desjardins Assurance), Ma conduite (Intact) et Automérite (Bélairdirect) mesurent aussi la qualité de notre conduite afin de favoriser les bons comportements au volant. Le principe: pour enregistrer nos données de conduite, on installe dans notre véhicule un lecteur qui permet d’évaluer notamment les excès de vitesse, les accélérations forcées, les freinages brusques et le kilométrage parcouru.

Le programme Ajusto a simplifié cette démarche en lançant la première application mobile au Canada qui jauge la conduite sans qu'on doive installer un boîtier dans la voiture. «Il suffit d’avoir un téléphone intelligent et d’activer l’application mobile via l’App Store ou Google Play, explique Alex Veilleux, vice-président innovations chez Desjardins Assurances. Avec cette application, nul besoin non plus de manipuler le téléphone entre le début et la fin d’un trajet. Grâce à ses senseurs qui détectent les déplacements et les autres paramètres, elle comprend même si l’usager est en voiture ou à vélo, par exemple. Et distingue le conducteur de son passager.» Ce programme permet d’obtenir jusqu’à 25 % de rabais sur la prime d’assurance auto de base au moment du renouvellement. «Cela ne se veut pas punitif: on n’utilisera jamais les données de conduite pour augmenter la prime future d’un conducteur», indique M. Veilleux. Le score réalisé en conduisant déterminera si vous avez droit à l’escompte maximum. Après chaque trajet, vous pourrez analyser votre résultat, qui repose sur quatre critères précis: l’intensité de conduite (accélérations, freinages et virages brusques), le respect des limites de vitesse, les heures de déplacement et la distance parcourue. 

Un conducteur à la retraite qui roule peu fréquemment, rarement le soir et très occasionnellement aux heures de pointe présente des critères de risque moins élevés pour un assureur. «Le programme Ajusto permet d’être plus équitable envers cette clientèle, en lui accordant un rabais», souligne Alex Veilleux. Le rabais moyen accordé depuis le lancement du programme oscille entre 10 % et 12 %, et un utilisateur sur trois a 50 ans et plus.

Données protégées

Qu’en est-il de la protection des données personnelles recueillies par ces programmes? Dans le cas de Manuvie, c'est la compagnie Vitalité, un partenaire d’affaires, qui gère la confidentialité des renseignements. «La seule information que l’entreprise partage avec nous est le statut du client à la fin de l’année, soit bronze, argent, or ou platine. Nous ne saurons rien de son genre d’activité ni de sa fréquence de pratique», précise Guy Couture. Chez Desjardins Assurances, les informations traitées par le programme Ajusto ne peuvent être utilisées pour annuler une police d’assurance, refuser de la renouveler ou augmenter une prime. L’assureur s’engage également à ne pas se servir des données au détriment de ses assurés advenant une réclamation. «Les données du conducteur sont cryptées, et nous ne conservons que le score. On ne peut pas savoir où sont allés les clients, ni identifier qui a effectué quel déplacement, par exemple», précise Alex Veilleux.

Bien sûr, tous ces programmes d’assurances peuvent être intéressants si on adopte le comportement souhaité. Mais il importe de souligner que ces rabais réduiront la prime de base qui, elle, a été fixée à l’émission de l’assurance. Mieux vaut donc magasiner cette prime. Dans le cas d’une assurance automobile, on peut même le faire chaque année. L’Autorité des marchés financiers (AMF) rappelle aussi qu’avant d’adhérer à un programme d’assurance télématique, il faut questionner son assureur sur les baisses et les hausses de primes auxquelles on s’expose. On s’informe également du traitement et de la protection de nos renseignements personnels.

La domotique a la cote!

Tout comme la télématique, la domotique gagne en popularité, notamment dans le domaine des assurances dommages et habitation. Elle permet d’automatiser certaines tâches liées à la sécurité (prévention des vols, incendies ou dégâts d’eau), à la gestion de l’énergie et aux communications dans notre domicile, ce qui peut réduire le coût de nos assurances. On n’hésite donc pas à se renseigner auprès de notre assureur.

Quelques exemples:

• système d’alarme relié à un centre de surveillance;

• détecteur de mouvements, de bris ou d’ouverture des fenêtres en l’absence des propriétaires;

• détecteur des fuites d’eau et fermeture automatisée de la valve d’entrée d’eau;

• système de blocage automatique en cas de refoulement d’égout;

• détecteur de fumée et de chaleur afin de prévenir un feu;

• détecteur de monoxyde de carbone si on possède un appareil à combustion ou un garage intérieur.

La domotique facilite aussi la vie. On entre dans une pièce, les lumières s’allument! On en sort, elles s’éteignent! Et les systèmes de chauffage et de climatisation peuvent aussi s’adapter à la température extérieure. Plutôt commode…