Investir dans l’art

Investir dans l'art

iStockphoto.com

Le marché de l'art. un secteur dynamique

Un grand nombre de personnes hésitent à investir dans l’art, car elles considèrent que c’est trop risqué. Pourtant, les vrais bons tableaux sont des actifs «dont la possibilité de dépréciation est très faible», avance M. Maréchal. Puis ils recèlent du potentiel. «Un tableau de 4 pi x 6 pi de Marc Séguin se vendait 2 000$ il y a 10 ans. Aujourd’hui, c’est 15 000$», dit Simon Blais, propriétaire de la galerie qui porte son nom. Pour sa part, Madeleine Forcier aborde cette question sous un autre angle. «Prenez l’artiste montréalaise Raphaëlle de Groot. Elle a remporté le prestigieux prix Sobey 2012 et représenté le Québec à la Biennale de Venise en mai dernier. Cela lui donne une grande visibilité. La demande pour ses oeuvres ne peut qu’augmenter. Si vous avez acheté un de Groot il y a deux ans, vous avez certainement réalisé un bon placement», explique la propriétaire de la galerie Graff. 

Le marché de l’art contemporain est particulièrement dynamique, soutenu par des investisseurs qui en ont assez des pauvres rendements boursiers et obligataires, explique Artprice. «On note toutefois un ralentissement au Canada en art moderne», précise M. Blais. 

Investir dans ses coups de foudre

Contrairement à la façon de procéder avec les produits financiers, l’investissement dans l’art doit commencer par un coup de foudre, «un signe qui ne trompe pas», dit Julie Lacroix, directrice générale de l’Association des galeries d’art contemporain (AGAC). Première question fondamentale: l’oeuvre me plaît-elle? Si la réponse est oui, débute alors un travail d’investigation sur l’oeuvre et son créateur. Vous devrez vérifier notamment si la toile que vous convoitez fait partie de la «bonne période» de l’artiste. Par exemple, celle de Jean Paul Riopelle va de 1948 au début des années 1960, dit Louise Vigneault, professeure au département d’histoire de l’art de l’Université de Montréal. La période la plus marquante de Jean Paul Lemieux, durant laquelle il a créé le très connu 1910 Remembered, se situe entre le milieu des années 1950 et le début des années 1970. Pourtant, il a peint pendant plus de 50 ans. 

La lecture des catalogues raisonnés est fortement recommandée, la tournée des galeries, un must. À l’instar de Raphaëlle de Groot, un artiste invité à une rencontre internationale et dont les tableaux font l’objet d’une rétrospective dans les musées devrait être prometteur. 

Mais si l’oeuvre ne vous émeut pas, ne l’achetez pas, peu importe la réputation de l’artiste. «Vous vivrez avec quelque chose qui vous laisse froid. Au bout d’un certain temps, vous vous en lasserez et finirez pas vous en débarrasser», signale le collectionneur Franck Henot. 

Pages :

Partagez votre opinion

Réagissez à cet article

Investir dans l’art

Laissez ce champ vide, il est là pour prévenir contre les soumissions automatisées en spam.

Voir les politique de commentaires

4

Commentaires

oeuvres d'art

Bonjour, merci pour vos conseils mais permettez moi d'exprimer une opinion concernant la valeur des oeuvres d'art. Personnellement je suis collectionneur depuis plus de 40 ans, et comme vous dites un tableau payé 400.00 en 1970 vaut maintenant plus de 2000.00 Je pense en particulier à une oeuvre de Paul Soulikias. Dernièrement j'ai répondu à une annonce dans mon quartier "nous achetons l'or et tableaux" Je me suis présenté là avec un très beau Soulikias valant plus de 2000.00 et on m'en offrait 400.00 . Quelle déception alors j'aImerais bien savoir ou aller pour obtenir un juste prix . Je dois graduellement me départir de beaucoup de tableaux , MA Fortin, Adrien Hébert, Alfred Laliberté, Jeanne Rhéaume Soulikias et beaucoup d'autres

Vente d'un tableau de Gingras le titre brume

Conseils pour la vente de ce tableau?

Bonjour M. Rivest,

Bonjour M. Rivest,
Avez-vous toujours des MA Fortin à vendre?

Achat et vente

@Marc Non, j'ai vendu tout mes MA Fortin pour acheter des Michel Vermeulen.