Pour être un consommateur averti

iStockphoto.com

Précisons d’abord que la Loi sur la protection du consommateur, qui vous protège toujours quand vous faites affaires avec un commerçant, ne s’applique pas quand vous transigez avec un particulier.

Mise de côté

Tel article vous tente mais le marchand doit le commander et il vous demande un acompte. Négociez d’abord pour donner l’acompte le plus bas possible. Règle générale, ne dépassez pas 10% de la valeur du produit. Faites inscrire sur la facture que, si vous changez d’idée ou si le produit n’est pas arrivé à telle date, ou encore si le produit n’est pas exactement celui que vous aviez commandé, le marchand vous remboursera votre acompte et annulera la transaction.

Si vous ne le faites pas inscrire, le marchand a le droit de garder votre acompte et de vous obliger à acheter le produit. Une entente verbale se perd dans le vent tandis qu’un écrit sert de preuve. «Idéalement, ne laissez jamais d’acompte puisqu’un acompte constitue une promesse d’achat», précise Marie-Hélène Beaulieu, avocate chez Option consommateurs.

Pouvez-vous changer d’idée?

Échanger ou se faire rembourser un produit ne sont pas automatiques, surtout si c’est parce que vous avez changé d’idée… frivolement ! Chaque marchand établit sa politique en la matière. Avant d’acheter, informez-vous de sa politique et faites-la inscrire sur la facture. Attention: certains marchands demandent l’emballage original pour rembourser un produit… mais omettent d’en parler à l’achat. Renseignez-vous sur toutes les conditions.

Essayez de ne pas acheter à la hâte. Comparez d’abord les prix et examinez bien la marchandise. Plusieurs marchands vous pressent d’acheter en prétextant qu’il ne reste qu’un exemplaire du produit en magasin, qu’il faut faire vite. Méfiez-vous; c’est une technique de vente.



Pages :