L’assurance-vie: pour qui, pourquoi? Explications!

L’assurance-vie: pour qui, pourquoi? Explications!

iStockphoto.com

Si l'assurance-vie peut parfois vous être utile à vous, à titre d’assuré, elle l’est aussi à ceux qui vous entourent. Pour qu’ils puissent, par exemple, payer à votre décès vos frais funéraires, l’impôt que vous devrez ou même vos dettes. Elle peut également servir à maintenir le niveau de vie de votre bénéficiaire ou encore à laisser un héritage à un proche. 

Plusieurs personnes dans la cinquantaine ou la soixantaine contractent une nouvelle hypothèque afin de s’acheter un appartement ou même un bateau. Bien souvent, leur résidence principale est déjà entièrement payée. «Prendre un tel engagement, c’est une tendance qu’on observe sur le marché», remarque Kim Oliphant, vice-présidente aux ventes du réseau de courtage de l’assurance individuelle La Capitale Assurance et gestion du patrimoine. Si une personne contracte ainsi une nouvelle dette, elle doit aussi se demander si, à son décès, la succession va devoir rembourser un tel emprunt. Voilà une situation où une assurance-vie pourrait se révéler utile. Il en existe d’autres. 

L’impôt au décès 

Si vous détenez un chalet et que vous êtes seul, votre succession pourrait, après votre décès, avoir des impôts à payer. L’Autorité des marchés financiers (AMF) rappelle sur son site que «la majorité des avoirs du défunt sont présumés vendus et de l’impôt peut alors être payable. À l’inverse, le montant d’assurance-vie versé par l’assureur est toujours libre d’impôt.» Pour éviter les mauvaises surprises, mieux vaut donc consulter un conseiller en sécurité financière spécialisé en assurance de personnes. Il pourra établir tous les cas où de l’impôt pourrait être exigible au décès. Il analysera votre situation personnelle et vous aidera à déterminer le montant d’assurance qu’il vous faut. 



Pages :

3

Commentaires

Assurance

J ai. apprécier les lectures que je viens de faire j’ai vu ds un programme à canal vie la dame faisait du cancer elle a retiré son assurance vie pcq elle était malade j’aimerais savoir si on a droit de retirer notre assurance vie si c’est notre droit

L'assurance temporaire

Faire la différence entre invertir pour l'avenir et protéger les siens pendant qu'ils sont les plus vulnérable du coté financier .Je n'ai jamais investis dans un produits d'assurance avec valeur de rachat .
J'ai cependant contracté a 29 ans une police d'assurance temporaire de $500,000. avec option de doubler a 1$ millions avec ajustement de la prime , a 40 ans pour me rendre a 50 ans . J'ai donc pendant les vingt années ou j'avais le plus de responsabilités familiales assuré ma famille de façon adéquate a un prix correct .A 51 ans ne n'avait plus d'assurance -vie , mes enfants étaient adultes et instruits.
Mes investissements avaient été diriger vers un portefeuille de valeur mobilières et des possessions immobilières .
Si j'avais concentré mes investissements dans mon portefeuille de valeur mobilières ,j'airais fait beaucoup plus avec beaucoup moins de temps et de troubles reliés a la gestion d'appartements locatifs .

Le temporaire

Ma conception de l'assurance-vie a été axé sur la protection des miens pendant qu'ils ont dépendants de moi .Ainsi de la naissance jusqu’à 25 ans je préférais avoir un maximum , mon départ auraient été dramatique pour l'avenir des miens en terme d'étude,
En 1967 âgé de 23 ans , je contactais une assurance temporaire de $100,000. au coût annuel de $700.avec option de majorer ma prime 3 fois tous les 5 ans soit jusqu’à 38 ans . J'ai excentré mes options deux fois dont la dernière a 35 ans pour 15 ans pour $750,000. se terminant a 50 ans. La prime était de $3,600. annuellement .et se terminais a 50 ans , sans aucune valeur . J'avais donc protégé ma famille ce qui me permit d'investir en bourses et en immobilier tout en augmentant ma résistance aux risques.Je me payaient une liberté d'action sans hypothéquer pour autant l'avenir de mes deux enfants , ma conjointe ayant une profession assez lucrative pour pourvoir aux besoins vitaux de la famille .A minuit aujourd'hui ,j'ai eu 75 ans et je ne regrette rien. dans ma tète l'assurance était de la protection , car dans les années 70 le rendement des police avec valeur de rachat des compagnies d'assurance était plus que médiocre .