Du nouveau pour les travailleurs d’expérience

iStock

Depuis 2012, Revenu Québec a compris que ces contribuables peuvent se révéler une manne économique intéressante et l’a fait savoir par son crédit d’impôt non remboursable aux travailleurs d’expérience. Ce dernier permet de ne pas payer d’impôt sur une certaine tranche de revenus gagnés, à partir d’un certain montant de revenus admissibles (les avantages imposables au Québec d’un ancien employeur ne sont pas inclus dans les revenus admissibles).

À son instauration, ce crédit offrait aux personnes âgées de 65 ans et plus qui payaient de l’impôt sur une première tranche de 5 000 $ de revenus admissibles un «congé fiscal» sur les 3 000 $ suivants. Le contribuable voyait ainsi sa facture d’impôt réduite d’un montant maximal de 451 $.

Au fil des moutures de cette mesure fiscale, l’âge d’admissibilité a été progressivement révisé afin d’inclure les contribuables plus jeunes, et les montants en franchise d’impôt bonifiés. Pour 2018, l’âge d’admissibilité est fixé à 62 ans, et le montant qu’on peut gagner sans être imposé (après une première tranche de 5 000 $) augmente dorénavant selon l’âge, passant de 4 000 $ à 10 000 $. En clair, cela signifie qu’un travailleur admissible au crédit paiera, selon son âge, jusqu’à 1 500 $ d’impôt en moins. Et le dernier budget du gouvernement du Québec prévoit déjà une bonification de 1 000 $ de ces montants, ainsi qu’un seuil d’admissibilité établi à 61 ans (voir notre tableau).

Ces bonifications du crédit s’accompagnent toutefois de restrictions: Revenu Québec tient compte du revenu total de travail dans son calcul. Si vous êtes né avant le 1er janvier 1951, votre crédit minimum accordé en 2015 sera préservé, selon votre présente admissibilité. Ainsi, si vos revenus de travail admissibles dépassent les 33 755 $ (pour l’année 2017), votre crédit sera réduit de 5 % des revenus qui excèdent ce seuil de réduction. Autrement dit, de façon générale, un travailleur d’expérience sur un régime temps plein est pénalisé par rapport à un semi-retraité.

Une autre contrainte s’est ajoutée en 2016: si vous avez des liens de dépendance avec votre employeur, votre revenu ne sera pas admissible au crédit d’impôt. À titre d’exemple, si vous travaillez pour votre frère, aucun crédit ne sera calculé sur ces revenus. Enfin, ce crédit ne peut être ni reporté à une année suivante ni transféré à votre conjoint. Mieux vaut donc éviter de «trop» travailler aux yeux du gouvernement, pour pouvoir l’utiliser en totalité dans vos impôts de l’année visée!