Votre maison est-elle saine?

Votre maison est-elle saine?

iStockphoto.com

L’air   

Fait étonnant: l’air intérieur d’une maison conventionnelle est trois à quatre fois plus pollué que l’air extérieur ! Bien qu’invisibles, les polluants sont en effet omniprésents dans notre milieu de vie. 

La fumée du tabac 

Plus de 3 000 substances chimiques, dont plusieurs toxiques, ont été identifiées dans le tabac. Conséquence: selon Santé Canada, le tabagisme est associé à plus de 24 maladies et affections, telles la bronchite chronique, le cancer du poumon, les maladies cardiovasculaires et le cancer de la bouche. Vous ne fumez pas? Sachez que la fumée secondaire peut être aussi nocive que celle qui est inhalée. Il n’existe qu’une solution pour ne pas être exposé à tous ces contaminants: que personne ne fume dans la maison. 

Le monoxyde de carbone (CO) 

Ce gaz inodore et incolore provient notamment des appareils de combustion (chaudières, foyers ouverts, générateurs de chaleur, chauffe-eau à gaz ou à mazout, four à gaz, etc.) en mauvais état ou mal entretenus, mais aussi du gaz d’échappement des autos dans le garage. Une exposition légère peut provoquer des maux de tête, des nausées, de la fatigue, voire de la confusion mentale. Et une exposition importante peut être fatale. Donc, maintenez vos appareils et conduits en bon état, et installez des détecteurs de CO à chaque étage de la maison et dans le garage. 

Les moisissures 

Les atmosphères humides et les infiltrations d’eau contribuent au développement des moisissures, dont les particules se répandent ensuite dans l’air. En plus de causer des dommages aux matériaux, une présence importante peut entraîner des problèmes de santé, comme des allergies, des maux de tête et des maladies respiratoires. Mesurez le taux d’humidité de votre résidence à l’aide d’un hygromètre. Règle générale, le degré d’humidité doit être inférieur à 50% l’été et autour de 30% l’hiver. 

Si l’humidité est trop élevée, essayez de l’abaisser avec des mesures simples:

  • détectez les infiltrations d’eau; 
  • colmatez les fissures; 
  • aérez les pièces été comme hiver;
  • ne gardez pas de bois de chauffage dans la maison; 
  • évitez de faire sécher le linge à l’air libre à l’intérieur;
  • vérifiez et nettoyez tous les systèmes de ventilation; 
  • faites fonctionner régulièrement la hotte de la cuisine et le ventilateur de la salle de bains, tout particulièrement lorsque vous utilisez ces pièces; 
  • nettoyez et désinfectez régulièrement les humidificateurs, déshumidificateurs et climatiseurs. 

Et si vous trouvez des moisissures, éliminez-les rapidement. 

Les particules volatiles 

Elles représentent l’un des principaux allergènes de la maison et l’une des premières causes d’affections respiratoires, dont l’asthme. Les particules les plus courantes : les excréments des acariens. Ces micro-insectes prolifèrent dans les endroits chauds, humides et poussiéreux. Ils se nichent, entre autres, dans les matelas, les meubles rembourrés, les tapis, les couvertures et édredons, les oreillers, les coussins et les vêtements. 

Quelques gestes pour réduire leur nombre: 

  • remplacez les canapés en tissu par des meubles en cuir; 
  • limitez l’usage des tapis, rideaux lourds et coussins; 
  • ne surchauffez pas les pièces; maintenez un taux d’humidité au-dessous de 50%; 
  • recouvrez d’une housse antiacariens avec fermeture éclair tous les sommiers, matelas et oreillers pour éviter d’être en contact direct avec eux; 
  • à votre réveil, aérez les lits pendant 30 minutes; 
  • lavez toujours votre literie à l’eau chaude et séchez-la à haute température; gardez votre maison propre. 

Les composés organiques volatils (COV

Les COV sont des substances chimiques qui se transforment en gaz à la température ambiante. Ils sont ensuite libérés dans l’air intérieur. Selon l’Environmental Protection Agency (EPA), les concentrations de COV présents à l’intérieur des habitations atteindraient parfois des taux 1000 fois supérieurs à ceux de l’extérieur! On les trouve notamment dans la fumée de cigarette, les assainisseurs d’air, le mobilier, les matériaux de construction, les colles et vernis, les bois agglomérés et les peintures. À forte dose, ils peuvent occasionner, entre autres malaises, des irritations, des nausées, des maux de tête, de la fatigue, des allergies et des troubles respiratoires. 

Que faire? 

  • Sélectionnez des revêtements, des matériaux et des peintures sans COV ou à faible teneur en COV (recherchez le label EcoLogo); 
  • optez pour des colles, vernis, teintures et apprêts à base d’eau; 
  • aérez régulièrement la maison, et plus encore lors de gros travaux; 
  • choisissez des armoires sans formaldéhyde et des meubles en bois plein; bannissez les produits à pulvériser, les mèches, les cristaux et les poudres servant à masquer les odeurs ou à rafraîchir, purifier, parfumer ou désodoriser l’air ambiant. 


Pages :