Vins: douze bons rosés pour l'été

Vins: douze bons rosés pour l'été

Le parcours de Carl, 30 ans tout ronds et sommelier du réputé restaurant Toqué! (restaurant-toque.com), a de quoi impressionner! Ayant découvert à 16 ans le monde mystérieux du vin quand il occupait un emploi d’étudiant au golf de Beloeil, il décide d’en faire son métier, décrochant dans la foulée ses diplômes de l’Université du Vin de Suze-la-Rousse, en France, et de l’Institut de tourisme et d’hôtellerie du Québec (ITHQ). Encouragé et guidé dans le métier par la célèbre sommelière Élyse Lambert, Carl, aussi violoniste à ses heures, est fiancé à Mylène Poisson... sommelière à la Maison Boulud! 

Pour ce récipiendaire du titre de Meilleur sommelier du Québec en 2014, un rosé devrait être consommé à une température de 8°C et pas moins, et à 10-12°C pour les plus corsés. L’idéal? Sortir la bouteille du frigo un peu avant de la servir et la laisser atteindre la bonne température sur le comptoir de la cuisine plutôt que dans un seau à glace. Selon notre expert, pour garder le côté rafraîchissant du rosé, on le sert plutôt en apéritif ou en entrée, avec, par exemple, un cocktail de crevettes et crème fraîche, des concombres ou des croustilles de maïs pour le craquant.

Les Vents d’Ange Marie-Rose
Saint-Joseph-du-Lac, Laurentides, 2015
«Je voulais présenter des vins du Québec pour encourager ces crus du terroir, peu onéreux en plus. Les producteurs se débrouillent très bien, et leurs projets viticoles à long terme sont positifs. Ce rosé au goût riche provient d’un cépage 100% Montreal Blue, parfait pour un climat comme le nôtre, aux températures parfois très basses.»
13,90$

Rosé de St-Jacques
Saint-Jacques-le-Mineur, Montérégie, 2015
16,85$
«Pour son goût très frais aux effluves de petits fruits rouges. Ce rosé québécois vient d’une combinaison d’un cépage peu connu, le Lucie Kuhlmann, avec du Maréchal Foch, plus commun. Les textiles géothermiques, maintenant répandus au Québec, recouvrent ces vignes, aidant à les garder à une température qui ne descend jamais en dessous de - 17°C.»

Reméage Rosé de Syrah
Domaine des Vins de Vienne, 2014
18,35$
«Je me base rarement sur le rosé d’un producteur pour définir sa réputation; je fais plutôt d’abord confiance à ses vins rouges et blancs. Dans ce rosé français, j’aime le côté poivré, floral et fruits bleus du cépage syrah.»

Jean-Luc Colombo Cape Bleue
Bouches-du-Rhône IGP, 2014
17$
«Comme on est davantage dans le sud de la France, aux environs de Marseille, ce cru aux cépages syrah et mourvèdre est plutôt costaud.»

Domaine Yannick Amirault Rosé d’Équinoxe
Bourgueil, Vallée de la Loire, 2013
24,60$
«Je conseille ce rosé produit avec le cabernet franc pour son goût à l’esprit herbacé, avec des notes de canneberge et de griotte. La fraîcheur laissée en bouche rappelle celle du climat de la Loire, considérée comme au nord, en viticulture. Son prix est élevé, mais sa qualité fait qu’il mérite d’être goûté: ce producteur agrobiologique est vraiment respectueux de son travail.»

Tenuta Guado al Tasso Scalabrone 
Bolgheri, Toscane, 2015
21,15$
«Il s’agit d’un vin proche de la Méditerranée, d’où des notes herbacées de garrigue. L’attaque en bouche est plus ronde, et les cépages, cabernet-sauvignon essentiellement mais, aussi merlot et shiraz. Ce vin puissant et riche, lié au producteur Antinori, dont la réputation n’est plus à faire, se marie entre autres très bien à une entrée de poisson à chair rosée ou à des accompagnements axés sur l’huile d’olive et les câpres.»<


Pages :

1

Commentaires

J'apprécie...

Très bon contenu...