Siège d’auto pour enfants: les choix sécurité

Siège d’auto pour enfants: les choix sécurité

iStockphoto.com

Ce que dit la loi 

Au Québec, comme partout au Canada, la loi exige qu’en automobile, un jeune enfant soit attaché dans un siège jusqu’à ce qu’il puisse correctement utiliser la ceinture de sécurité. Ainsi, un enfant qui ne mesure pas 63 cm (2 pi) en position assise (du siège au sommet de sa tête) doit être sanglé dans un dispositif de retenue adapté à son poids et à sa taille. Il pourra s’en passer uniquement lorsque, le dos bien appuyé à la banquette, il pourra plier les genoux au bout de l’assise. Tant que ce n’est pas le cas, la traditionnelle ceinture de sécurité ne suffit pas: l’enfant glisserait dessous pour trouver son confort, risquant alors que d’autres organes moins solides que ses hanches (le ventre, par exemple) encaissent le coup si un accident se produisait.

Jusqu’à l’âge de 8 ans, parfois plus selon leur taille, les jeunes passagers doivent donc être bien attachés, d’abord dans un siège de bébé tourné vers l’arrière du véhicule, puis dans un siège d’enfant jusqu’à 10 kg (22 lb), et enfin, dans un siège d’appoint jusqu’à 18 kg (40 lb). Outre le danger que présenterait l’absence d’un siège adapté en cas de collision, le conducteur de la voiture risque de se voir assigner, au Québec, une contravention de 80$ à 100$ , en plus de trois points d’inaptitude. Attention: le siège doit être homologué par Transports Canada selon les normes de sécurité des véhicules automobiles du Canada; utiliser un siège acheté dans un autre pays est illégal.

La Société de l’assurance automobile du Québec (SAAQ), dont le site est une mine d’informations sur le sujet (saaq.gouv. qc.ca), déconseille l’achat de sièges usagés. D’ailleurs, si un siège, même vide, a déjà été impliqué dans une collision routière, il ne peut plus servir, ce qui limite le magasinage d’occasion dans les petites annonces... De plus, Santé Canada interdit la revente et même le prêt ou le don de tout siège d’enfant fabriqué avant le 1er janvier 2012. En effet, à cause de la détérioration graduelle des matériaux (exposition au soleil, écarts de température, aliments accidentellement renversés), les sièges d’auto ont une durée de vie limitée dont il faut tenir compte.

Le plus sécuritaire, donc, si les parents ne nous prêtent pas le siège habituel de l’enfant ou si on prévoit le transporter souvent, serait de magasiner un siège neuf. Pour choisir un bon modèle, on consulte, par exemple, les tests de l’Insurance Institute for Highway Safety. Des tests de collision déterminent le classement des modèles en leur assignant une cote: «bon», «meilleur» ou «non recommandé». On cherche ensuite le siège choisi dans un magasin chez nous (avec étiquette de conformité Transports Canada).

Déchiffrer le guide d’installation et comprendre le SAU (système d’ancrage universel ou Latch en anglais) n’est pas toujours des plus simple. Peut-être est-ce une des raisons pour lesquelles, selon les statistiques de la SAAQ, un enfant de moins de 5 ans sur deux n’est pas bien protégé dans son siège d’auto... 

Heureusement, le Réseau de vérification de sièges d’auto, un service permanent et gratuit de contrôle proposé conjointement par la SAAQ et CAA-Québec, met la science exacte de la bonne installation à la portée de tous par le biais de près de 500 points de service à travers le Québec. Une simple recherche sur le site caaquebec.com permet de trouver à proximité de chez soi un poste de police, un garage, un magasin ou un CSSS où des spécialistes formés en la matière guident et... rassurent!

Pour que nos jeunes passagers voyagent en toute sécurité, d’autres mesures sont aussi conseillées:
  • Sur la banquette arrière Avant 12 ans, un enfant doit nécessairement être assis à l’arrière. À l’avant, le siège du passager représente un trop grand danger en raison des coussins frontaux gonflables, qui se déploient à plus de 300 km/h en cas d’accident.
  • Pas d’objets lourds, tranchants ni pointus En cas de collision, ceux-ci décupleraient leur poids et se transformeraient en projectiles susceptibles de blesser les occupants.
  • Stores de protection aux fenêtres On en installe pour prévenir les coups de soleil et de chaleur. Du coup, on aura moins besoin d’utiliser la climatisation, économisant ainsi quelques sous d’essence.
  • Jamais seul On le sait, un enfant laissé seul dans un véhicule peut être gravement incommodé par la chaleur, voire en mourir. Même dans une voiture stationnée à l’ombre, avec toutes les vitres baissées!

Vous aimerez aussi:

Ces vacances avec vos petits-enfants, vous en rêvez depuis longtemps. Ne reste plus qu’à prendre certaines dispositions pour assurer à tous un voyage sécuritaire et sans tracas. Suivez le guide!

Vous gardez régulièrement vos petits-enfants? Super! Mais savez-vous quelles sont vos responsabilités en tant que grands-parents gardiens? S’ils causaient des dommages ou s’ils étaient blessés, seriez-vous tenus responsables?

Soleil, pluie, brouillard, la route en été recèle quelques dangers qu'il faut savoir éviter. Voici comment réagir dans certaines situations à risque.


Pages :

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • Lire sur une page