Réussir sa vente de garage

iStockphoto.com

Un ou deux mois avant

Vérifiez auprès de votre municipalité si vous avez le droit de faire une vente de garage à n’importe quel moment. Certaines municipalités exigent que vous demandiez un permis ou prévoient un moment durant lequel les citoyens peuvent faire une vente de garage sans permis.

Vous pouvez choisir une date à votre convenance? Optez pour un samedi ou un dimanche. Mais, à moins d’être situé dans un endroit de villégiature, évitez les festivals et les longs week-ends; si la moitié de la ville est partie à la campagne, vous risquez d’avoir moins de visiteurs… Prévoyez une deuxième date en cas de mauvais temps. Et déterminez à quelle heure vous voulez commencer.

Vous devez vous installer sur votre terrain, pas sur celui de la ville. Vous êtes locataire ou vivez dans un immeuble en copropriété? Peut-être devriez-vous demander à votre propriétaire ou à votre syndicat l’autorisation de tenir votre vente de garage. Cela ne cause aucun problème? Pourquoi ne pas inviter vos voisins à y participer? Elle n’en sera que plus attrayante, sans compter que vous aurez de l’aide durant la journée.
Enfin, de manière à ne pas être pris au dépourvu, commencez tout de suite à ramasser sacs et boîtes. Ils vous seront utiles le jour venu.

Durant les semaines qui précèdent

Déterminez quels sont les biens dont vous désirez vous défaire. Vous pouvez vendre à peu près n’importe quoi – les toutous abandonnés par vos enfants comme votre vieille table de billard. Mais par respect pour vos acheteurs potentiels, choisissez des biens en bon état, ou indiquez précisément quelle est leur défaillance.

Vous vendez le lit de bébé ou le siège d’auto pour enfants que votre fille a entreposé dans votre sous-sol? Par mesure de sécurité, assurez-vous qu’il correspond aux normes actuelles. Pour ce faire, consultez le site Internet de Santé Canada.

Vous avez quelques biens particulièrement intéressants, meubles ou articles de sport, par exemple: peut-être vaut-il la peine d’annoncer votre vente dans votre journal de quartier, au babillard de l’épicerie ou de la bibliothèque ou encore sur Internet; ce faisant, mentionnez ces articles.



Pages :