L’histoire des marmites de Noël de l’Armée du Salut

Publireportage

En effet, Joseph McFee, capitaine de l’Armée du Salut, voulait venir en aide aux démunis de San Francisco, en particulier à Noël, mais il était sans le sou. Il se souvint du temps où il était marin, à Liverpool, en Angleterre, et de la grande marmite en fonte dans laquelle les passagers des bateaux arrivés à quai versaient de l’argent destiné à aider les pauvres. Le capitaine McFee suspendit donc un chaudron à un trépied sur le quai d’embarquement du traversier d’Oakland, et encouragea le public à « faire bouillir la marmite ». Il recueillit suffisamment d’argent pour offrir un repas de Noël aux pauvres.

Au Canada, la première marmite de Noël a été mise en place en 1903, à Toronto. Aujourd’hui, on peut apercevoir ces fameuses marmites et leurs préposés dans plus de 2000 emplacements, partout au pays.

Depuis plus de cent ans, la campagne annuelle des marmites de Noël constitue un moyen formidable pour les donateurs d’aider les personnes démunies de leur collectivité. Mais les choses ont bien évolué, puisque, en plus des marmites traditionnelles, l’Armée du Salut dispose maintenant de marmites virtuelles qui ne demandent qu’à être remplies.

La campagne des marmites, qui bat actuellement son plein, prendra fin le 24 décembre. Le soutien du public permettra encore cette année de recréer pour tous la magie de Noël.



Partagez votre opinion

Réagissez à cet article

L’histoire des marmites de Noël de l’Armée du Salut

Laissez ce champ vide, il est là pour prévenir contre les soumissions automatisées en spam.

Voir les politique de commentaires