La vie en CHSLD

iStockphoto.com

Il ne faut pas confondre les CHSLD et les résidences privées. Si plusieurs de ces dernières offrent des soins, elles ne disposent pas du personnel et des équipements requis pour héberger des personnes dont l’état de santé est grave. C’est pourquoi, si votre parent souffre d’une perte d’autonomie et doit quitter son domicile de façon temporaire ou permanente, il vous faudra orienter vos recherches vers des établissements de soins de longue durée. On distingue trois types de CHSLD : publics, privés conventionnés et privés non conventionnés.

Bien qu’ils appartiennent à deux catégories distinctes, les CHSLD publics et les CHSLD privés conventionnés sont semblables. Financés par le ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec, ils ont des modalités d’admission similaires et des frais d’hébergement identiques. En réalité, les seules différences sont d’ordre administratif et touchent la propriété et la gestion des immeubles. De leur côté, les centres privés non conventionnés peuvent fixer leurs propres règles et critères. Ils doivent cependant détenir un permis du ministère de la Santé et des Services sociaux les autorisant à accueillir des personnes en perte d’autonomie.

Les prix

L’hébergement en CHSLD est loin d‘être gratuit… Dans le cas des centres publics et privés conventionnés, c’est la Régie de l’assurance maladie du Québec (RAMQ) qui, chaque année, établit la contribution exigée. En 2009, les frais mensuels maximaux sont de 1013,10$ pour une chambre à trois lits ou plus et de 1630,80$ pour une chambre individuelle. Les revenus du pensionnaire – biens, placements, pension de Sécurité de vieillesse et autres sources – seront évalués pour le calcul de sa contribution. Sachez cependant que, si la situation financière d’une personne est précaire, la loi prévoit qu’elle doit disposer d’un minimum de 188 $ par mois pour ses dépenses personnelles. Comme il est parfois compliqué d’évaluer la somme que votre parent devra débourser, la RAMQ met à votre disposition un outil pratique pour déterminer, en quelques clics, le loyer mensuel qu’il se devra d’assumer pour l’hébergement en CHSLD public ou privé conventionné.

Dans le cas des centres privés non conventionnés, c’est le propriétaire de chaque établissement qui établit le loyer mensuel. En fonction des besoins du pensionnaire et des services offerts, les frais peuvent atteindre 5 000$. Une chose est certaine: plus la perte d’autonomie de la personne est grande, plus la facture est salée…



Pages :