Port Hope: doux échos du passé

Nathalie De Grandmont

Nichée entre Kingston et Toronto, en plein comté de Northumberland, Port Hope conjugue son présent au passé composé. Cette petite ville abrite un superbe centre historique à l’allure typique du XIXe siècle. Un coin à découvrir! 

Dès qu’on quitte l’autoroute et qu’on entre dans le centre de Port Hope, le temps semble avoir marqué un temps d’arrêt. Immeubles, ambiances et même les personnages semblent d’une autre époque, comme en plein voyage dans le temps. La rue Walton (nommée d’après l’un des deux fondateurs) déploie un bel ensemble de bâtiments de briques, presque tous du XIXe siècle. Au coin de la rue Queen, on remarque la marquise du Capitol, magnifique théâtre des années 1930, l’un des premiers construits au Canada pour diffuser des films parlants. Et lorsqu’on entre dans l’hôtel Waddell, adossé à la rivière, l’écran du bar diffuse justement un vieux classique, tellement assorti au décor rétro de cette ancienne banque et étrangement réconfortant… Tout comme les vieilles chansons françaises qui jouent au café Dreamers, dont le propriétaire acadien ne manque jamais une occasion de parler français avec les Québécois de passage. 

Le passé comme allié

Cette douce nostalgie est devenue la signature de cette ville à taille humaine (16 000 habitants), encerclée par la campagne, le lac Ontario et la rivière Ganaraska. Alors que la mégapole de Toronto se trouve à moins d’une heure à l’ouest, Port Hope, elle, joue la carte de la lenteur et de la simplicité. «Et c’est ce qui attire les gens, explique Martha Ciana, une jeune guide qui a grandi à Port Hope. Première ville fondée au nord du lac Ontario (en 1793), Port Hope possède plus de 200 bâtiments classés. Donc, les résidents et les commerçants d’ici chérissent leur patrimoine, se battent pour restaurer les bâtiments et conserver l’allure de la ville. D’ailleurs, Port Hope a longtemps été connue pour ses antiquaires. Et même si leur nombre a un peu diminué ces dernières années, ils portent encore le flambeau haut et fort.» 

La boutique Antiques on Queen regroupe par exemple une trentaine de collectionneurs et antiquaires. On y déniche des vêtements, livres, objets et bijoux qui ont traversé bien des époques. Chez Smith’s Creek Antiques, on replonge au cœur de l’Ontario et du Québec ruraux, en déambulant parmi les armoires de nos grands-mères, les vieilles radios à transistor et les pupitres des anciennes écoles de rang. Un peu plus haut sur la rue Walton, à la Lord Russborough’s Annex, Darrell Leeson dévoile avec enthousiasme toutes ses vieilles cartes et affiches en racontant comment Port Hope et sa région se sont enrichies au XIXe siècle grâce au commerce du bois et aux distilleries de whisky. On sent qu’il connaît et qu’il aime cette ville où il tient boutique depuis des années… Sa voisine d’en face est une autre irréductible à sa façon: elle possède une librairie indépendante, une rareté de nos jours!

Soirée magique

Après avoir flâné avec beaucoup de plaisir dans les différentes boutiques, où les commerçants sont souvent eux-mêmes de véritables personnages, on peut continuer la découverte avec un guide (des visites sont proposées par l’office de tourisme les samedis d’été) ou par nous-mêmes. Chose certaine, il ne faut pas manquer la rue King, perchée en haut de l’escalier de Jacob, de l’autre côté de la rivière. «Comme dans la majorité des colonies britanniques, King a été la première rue de la ville», explique Martha. Encore aujourd’hui, elle mène vers le lac Ontario, bordée par les premières résidences somptueuses (quels détails!) et par l’église St. Mark's, la plus vieille de la ville, derrière laquelle se trouve le caveau d’Elias Smith, l’un des deux fondateurs de Port Hope. Cette belle église anglicane a notamment accueilli la reine Elizabeth II en 1959. L’endroit précis de son passage est même encore protégé par des câbles.

En soirée, impossible de passer outre le superbe théâtre Capitol! On y propose régulièrement des concerts et des comédies musicales, à des prix nettement inférieurs à ceux de Toronto ou de New York… Comme le souligne Antonio Sarmiento, son directeur artistique, c’est l’un des rares théâtres atmosphériques encore en opération, c’est-à-dire que la salle recrée un environnement extérieur (la cour d’un palais médiéval), avec son acoustique exceptionnelle et son plafond couvert d’étoiles et de constellations. «Aujourd’hui, ce théâtre est lui-même l’étoile de Port Hope! Classé au patrimoine, il a conservé son entrée d’origine et la salle a été minutieusement restaurée. Comme sa programmation variée attire des gens de partout, il contribue grandement à la vitalité des restaurants et des commerces indépendants du centre-ville.»  

À temps pour le festival   

Port Hope est également très fière de sa rivière Ganaraska, même si cette dernière est sortie de son lit avec fracas en 1980, causant d’immenses dégâts à plusieurs édifices patrimoniaux. Après avoir restauré une partie du centre et élargi la rivière pour la rendre plus sécuritaire, les résidants de Port Hope ont décidé de s’en faire une alliée: ils ont même créé un festival printanier en son honneur: Float your fanny down the Ganny (littéralement Lancez vos fesses sur la Ganny), qui se déroulera le 14 avril prochain (floatyourfanny.ca). «C’est un festival aussi farfelu que son nom, explique Barry Adamson, le président du comité organisateur. Il célèbre la rivière et l’arrivée du printemps, tout en conviant la population à une fête rassembleuse, pleine d’imagination et de fantaisie. Le premier volet implique une course de canots et de kayaks, alors que le second invite les gens à se costumer et à fabriquer toutes sortes d’embarcations pour participer à une course loufoque sur la rivière, ponctuée de surprises et d’embûches. Les participants et les visiteurs se retrouvent tous au fil d’arrivée, où les attendent des musiciens, des jeux pour les enfants, une foule de kiosques et beaucoup d’ambiance!»  

Au printemps et en été, la rivière fait aussi le bonheur de nombreux pêcheurs, qui viennent y taquiner les milliers de truites arc-en-ciel et de saumons transitant via la passe migratoire. Le passage acrobatique de ces poissons devient un spectacle en soi, facile à observer aux abords du barrage Corbett, situé au cœur du centre-ville… Aux beaux jours, on peut également marcher ou pédaler le long de la rivière, d’autant plus que la piste (The River Trail) s’étire sur plusieurs kilomètres, rejoignant aussi la campagne toute proche. 

Port Hope possède d’ailleurs un patrimoine agricole considérable, que l’on peut découvrir en se procurant l’itinéraire «Barn Quilt Trail», qui conduit notamment le long de la route 2. Cette route et les chemins de traverse s’étirent au milieu des vallons du comté de Northumberland, où l'on croise des fermes anciennes, des ranchs équestres, des maraîchers et de charmantes églises anglicanes en pierres, derrière lesquelles se profile le lac Ontario, tout au fond. 

Un peu de repos

Après avoir parcouru la campagne, puis fait quelques emplettes chez les producteurs ou au marché fermier de Port Hope (le samedi), place à la détente au spa Ste. Anne’s, dans un vaste domaine agricole du XIXe siècle, à Grafton (25 minutes à l’est de Port Hope). Là encore, l’histoire est omniprésente, tant en photos sur les murs que dans les carreaux d’origine, les murs de pierres et les nombreux foyers, qui ajoutent beaucoup de charme aux salles de soin et de détente. Tout cela forme un écrin idéal pour ce spa, classé parmi les meilleurs au Canada. En été s’ajoute le plaisir de se promener dans les sentiers du domaine et ses jardins à l’anglaise, sans oublier le luxe suprême de relaxer dans les bains à remous extérieurs et la piscine, en profitant d’une vue incroyable sur le lac Ontario (steannes.com). La conclusion parfaite d’une escapade mémorable. Port Hope et le comté de Northumberland valent définitivement le détour! 

En pratique

Y aller Port Hope se trouve à environ cinq heures de route de Montréal, via l’autoroute 401 (sortie 464). 

Où loger À l’hôtel Waddell: bon rapport qualité-prix et une superbe terrasse avec vue sur la rivière (thewaddell.ca).

Où manger The Social Bar + Table se spécialise dans les bières et produits locaux, idéal pour le dîner ou l’apéro (26, rue Ontario). Au Table & Loft, c’est plus décontracté en bas, plus chic en haut. Et le menu combine un peu des deux, avec des produits locaux en vedette (59, rue Walton, tableandloft.ca).

Quoi faire Pour visites guidées ou autonomes: Centre des visiteurs, 20 rue Queen et visitporthope.ca. Le théâtre Capitol proposera les comédies musicales Fiddler on the Roof au printemps et Little Mermaid à la fin de l’été (capitoltheatre.com). Le festival Float your fanny down the Ganny aura lieu le 14 avril (floatyourfanny.ca) et la journée portes ouvertes du Antique Machinery Centre, le 2 juin.

Où s’informer Sur les sites internet northumberlandtourism.com et ontariotravel.net. 

 



1

Commentaires

reportage sur Port Hope

Très intéressant mais ne serait-il pas préférable de faire des reportages sur des endroits au Québec ?