Polynésie française: paradis multiple...

iStockphoto.com

Imaginez un atoll – chapelet d’îlots (ou motus) entourant un lagon – isolé à une heure d’avion de Papeete... Imaginez une quarantaine de farés, ces maisons polynésiennes traditionnelles, érigés sur pilotis sur la plage rose... Imaginez une excursion romantique sur un îlot désert: coucher de soleil au champagne, plongée, barbecue de poissons grillés pêchés au harpon devant vous... 

Imaginez un massage polynésien au monoï, cette huile de coco parfumée aux fleurs de tiaré – l’emblème de Tahiti – dans un faré ouvert sur le lagon... Imaginez un ciel où dansent les étoiles filantes... Imaginez un endroit sans portable ni Internet...

Je suis à Tikehau, mon premier contact avec la paradisiaque Polynésie française. Pincez-moi quelqu’un!

Premier arrêt, Tikehau

Grande comme l’Europe, la Polynésie française compte 118 îles réparties dans 5 archipels où ne vivent que 253000 habitants. L’étendue du territoire rend difficile la visite de plusieurs archipels. Commençons donc par Tikehau, dans l’archipel des Tuamotu reconnu pour la culture de la célèbre perle de Tahiti.

L’hôtel Pearl Resort Tikehau s’avère en fait un joli éparpillement de bungalows sur pilotis posés sur le motu Tiano, accessible uniquement par bateau. Ici, pas de location de voiture ni de sorties dans les boîtes de nuit! Pratiquement coupé du monde, l’établissement n’en propose pas moins une gamme d’activités: plongée, canot, croisières, pique-niques, visite du village à vélo et massages au spa. Le restaurant et le bar ferment tôt pour permettre aux employés de rentrer chez eux, au village. La vie nocturne se limite à l’observation des étoiles... mais quel ciel!

L’excursion à l’île aux oiseaux se révèle un pur enchantement. Pendant que nous explorons l’île avec Yo, notre capitaine, nous émerveillant des colorés oiseaux que l’on y trouve, son second, armé de palmes et d’un harpon, pêche notre lunch!

De l’île aux oiseaux, reprenons le bateau et voguons dans le lagon jusqu’à un autre îlot, celui où Nathalie, la cousine de Yo, possède un coquet «chalet». Loin de la «ville», son mari et elle s’y réfugient pour la pêche et le coprah, produit dérivé de la noix de coco dont on fait notamment des produits cosmétiques. Nathalie a préparé un festin de thon cru au lait de coco, de langoustes et de poissons grillés sur un feu de noix de coco. Les Tahitiens sont des gens très simples et très amicaux. Ils répondent volontiers aux questions, heureux de faire connaître leur culture et d’échanger avec les visiteurs.



Pages :

Partagez votre opinion

Réagissez à cet article

Polynésie française: paradis multiple...

Laissez ce champ vide, il est là pour prévenir contre les soumissions automatisées en spam.

Voir les politique de commentaires

2

Commentaires

Wow!

Lorsque le printemps tarde à arriver au Québec, c'est définitivement une destination qui nous met l'eau à la bouche!

Ma conjointe et moi sommes

Ma conjointe et moi sommes allés en Polynésie Française fin août-début septembre dernier sur le navire Paul Gauguin: c'est le plus beau voyage que nous avons fait, c'est aussi beau sur place que les plus belles photos qu'on peut voir sur Internet ou dans les publications touristiques ou des grossistes en voyages. Les gens sont sympatiques et heureux de rencontrer des touristes francophones.

C'est loin, mais ça vaut le déplacement.