Les Pays-Bas côté jardins

Les Pays-Bas côté jardins

iStockphoto.com

Les Néerlandais se sont découvert un grand intérêt pour les fleurs à l’époque où les navires de la Compagnie des Indes orientales revenaient dans les ports chargés d’épices et de bulbes d’Orient. Au XVIIe siècle, la «tulipomanie» provoqua une telle bulle boursière qu’un seul plant de tulipe se vendait presque aussi cher qu’une élégante demeure bordant les canaux d’Amsterdam. 

Fort heureusement, les tulipes ne provoquent plus de telles spéculations aujourd’hui, mais elles contribuent à attirer des milliers de visiteurs aux Pays-Bas, notamment au jardin de Keukenhof, dont l’histoire remonte au XVe siècle. 

Le jardin de Keukenhof

À l’époque, il s’agissait d’un terrain sauvage où l’on pratiquait la chasse et la cueillette d’herbes destinées à la cuisine du château de la comtesse Jacqueline de Bavière – justement, le nom Keukenhof veut dire «jardin de la cuisine». Plus tard, ce grand domaine tomba entre les mains de riches familles de commerçants qui demandèrent à un paysagiste d’y concevoir un jardin d’inspiration anglaise. Bien qu’il ait été agrandi depuis, l’aménagement de 1857 constitue encore le coeur du parc. 

Situé à Lisse, un peu au sud d’Amsterdam, le jardin de Keukenhof est souvent surnommé «le jardin de l’Europe». On y plante plus de 7 millions de bulbes chaque année, incluant de nombreuses variétés qu’on ne voit pas ailleurs. Il sert ainsi de vitrine à des centaines de producteurs néerlandais qui y exposent leurs plus beaux produits et leurs espèces rares. Le parc comprend plusieurs jardins extérieurs différents et quelques pavillons d’exposition. Cependant, le clou du spectacle est offert au grand étang central, alors que les plates-bandes les plus spectaculaires y reflètent leurs multiples couleurs entre les cygnes qui se pavanent tranquillement. 

Un peu plus loin, des arbustes cohabitent avec des plantes vivaces et des bulbes de fleurs sauvages, tandis que le jardin historique remet à l’honneur d’anciennes variétés de tulipes, toujours aussi belles et fragiles. Chaque année, les jardiniers modifient les présentations et adoptent un thème différent qui sert de fil conducteur pour les arrangements floraux et les expositions dans les pavillons. Comme toutes ces belles du printemps sont éphémères, il faut profiter du spectacle de la mi-mars à la mi-mai, puis le Keukenhof ferme ses portes jusqu’à l’année suivante. Heureusement, le château de Keukenhof, lui, demeure ouvert toute l’année et propose des balades libres dans le jardin ainsi que des visites guidées de la demeure historique. 



Pages :