Le Saint-Laurent, d'île en île

iStockphoto.com

Isle-aux-Grues et île aux Coudres

Isle-aux-Grues

L’Isle-aux-Grues est la plus longue (8 km) et la seule habitée de l’archipel de l’Isle-aux-Grues, un chapelet de 21 îles et îlots qui s’égrènent entre l’île d’Orléans et l’île aux Coudres. De Montmagny, entre la mi-avril et le début de décembre, on la rejoint par traversier. Avec son décor bucolique et maritime, l’île demeure un lieu idyllique. On vient flâner sur ses battures, y faire du vélo, découvrir son histoire à bord d’un train balade et se procurer les fameux fromages de l’île. 

Le lieu est aussi le paradis des ornithologues: sur la pointe est se trouve un grand marais sauvage où plus de 210 espèces d’oiseaux ont été observées, dont certaines très rares, tel le râle jaune. On peut également s’offrir une croisière commentée dans les îles en compagnie des Lachance, capitaines de père en fils, et faire un arrêt à la Grosse Île pour connaître l’histoire fascinante de cette île de la quarantaine qui nous rappelle le drame de milliers d’Irlandais qui y sont morts, eux qui étaient partis à la recherche de la terre promise. Il est possible aussi de survoler l’archipel de l’Isle-aux-Grues en avion.

Île aux Coudres

Cette île offre sur une petite surface une grande diversité: forêts, tourbières, champs cultivés, grèves, ainsi qu’une abondance de fleurs sauvages et d’oiseaux, et des points de vue magnifiques sur le fleuve et ses paysages côtiers. 

C’est le pays des goélettes de bois, et le Musée des voitures d’eau, créé par le capitaine Éloi Perron, fait revivre cette époque glorieuse. De plus, l’île aux Coudres est le seul endroit où sont réunis sur le même site un moulin à eau (1825), un moulin à vent (1836) et la maison du meunier. On y moud encore le grain sur meule de pierre. 

L’église Saint-Louis, avec sa voûte spectaculaire décorée de belles fresques peintes à la main, vaut le détour. Cette île est le lieu de rendez-vous des randonneurs, cyclistes, ornithologues, amants de la nature… Les marcheurs de l’Association québécoise des pèlerins et amis de Compostelle en font le tour chaque printemps. 

On s’arrête à la boulangerie de l’île pour se procurer le fameux «pâté croche» et la «galette à l’âni», des spécialités du lieu. Puis on se rend à la ferme ancestrale des Pednault, où l’on se procurera des délices appelés cidres, mistelles, crèmes de petites poires…



Pages :

1

Commentaires

1000 ILES.

Le Saint-Laurent, d'île en île, comment ne pas parler aussi des 1000 iles? Le St-Laurent ne débute pas à Mtl, mais bien aux Grands Lacs. ;-)