Le Festival international de la poésie de Trois-Rivières

Festival international de la poésie

«Personne ne comprend l’amour mais tout le monde le ressent. C’est la même chose pour la poésie. Peu de gens en saisissent exactement le sens, mais il suffit qu’ils s’abandonnent à l’émotion pour qu’un vers leur parle. La poésie nous a été tellement mal enseignée! On a cherché à nous la faire comprendre en s’adressant souvent à notre seule intelligence, alors qu’on aurait dû nous aider à la ressentir.» Celui qui s’exprime ainsi, c’est Gaston Bellemare, président-fondateur du Festival international de la poésie. Si l'événement attire des milliers de personnes, c'est sans doute parce que, selon M. Bellemare, l’objectif des organisateurs a toujours été clair: rapprocher le public de la poésie, et les poètes du public.

«Au lieu d’avoir peur de la poésie, venez au Festival. Vous en repartirez heureux», ne cesse-t-il de lancer à la ronde chaque fois qu’il s’entretient avec quiconque affiche des réticences. Faut croire que son ardeur a porté fruit puisque cette fête de la parole, dont la première édition a eu lieu en 1985, attire près de 40 000 personnes chaque fois. 

Cordes à poèmes sur lesquelles plus de 5 000 poèmes écrits par le public se balancent au gré du vent dans le parc Champlain. Promenade de la poésie et ses 300 extraits de poèmes d’amour d’auteurs québécois qui s’affichent sur les murs du centre-ville. Boîte aux lettres recyclée en boîte aux poèmes, place de l’Hôtel-de-Ville, où chacun peut déposer un poème durant l’année. Promenade internationale de la poésie qui côtoie le fleuve Saint-Laurent dans le Parc portuaire: une centaine de poèmes en français et en 21 autres langues font le bonheur des passagers et des équipages des grands bateaux qui mettent pied à terre à Trois-Rivières. Le Festival ratisse large!

 «À cela s’ajoutent le jeudi nos petits poètes itinérants, ces jeunes du primaire qui, revêtus de leur t-shirt affichant Poètes au travail, lisent leur propre création un peu partout dans les endroits publics, ainsi que les ateliers d’écriture, les nombreuses expositions présentées dans les galeries d’art et les bibliothèques, sans oublier les très fréquentés dîners, soupers, apéros poésie, les jazz vin poésie ou les scotch poésie et, pour la finale, la Grande soirée de poésie Québecor. Il y en a pour tous les goûts et toutes les bourses», s’enthousiasme Maryse Baribeau, complice de Gaston Bellemare depuis la première présentation du Festival. L’invité d’honneur, notre Félix Leclerc national, avait alors déclaré Trois-Rivières «Capitale de Poésie» . 



Pages :

1

Commentaires

Je viens de publier un recueil.

Comment me faire connaître là-bas.