L’autre Virginie

Sandrine Champigny

Au-delà des boutiques de souvenirs et des kiosques de crème glacée, Virginia Beach recèle bien des trésors. Petit tour gastronomique de cette destination surprenante. 

Qu’on arrive par les airs ou par la route, Virginia Beach frappe par sa vivacité. Autrefois reconnue comme une destination plage – qui s’étend sur 5 km –, la petite communauté côtière offre désormais bien plus que de simples séances de bronzage. C’est devenu la destination parfaite pour une rencontre gustative entre la fine gastronomie, la cuisine soul du Sud et les délices de la mer.

Le périple commence à l’une des tables les plus chics de la ville, le Becca du Cavalier Hotel, tout récemment rénové. L’insttution se dresse au sommet d’une colline surplombant la plage et une des rues principales du quartier. Avec son charme d’une autre époque, le Cavalier transporte illico ses clients dans les Années folles. On peut tout aussi bien prendre un cocktail concocté par des mixologues d’expérience dans son lounge aux couleurs vives que profiter de ses espaces extérieurs meublés de chaises longues et de tables basses sorties tout droit de Gatsby le Magnifique. Au restaurant, on s’assure de déguster le softshell crab, une des spécialités de l’endroit.

Après un repas copieux, on rejoint la distillerie de l’hôtel, la Tarnished Truth Distilling Company, qu’il est possible de visiter en compagnie d’un guide. On apprend notamment comment y sont produits le bourbon, le whisky et la vodka… avant d’y goûter, bien sûr!

Les pieds dans l’eau

Impossible de se rendre à Virginia Beach sans faire le tour de ses plages. Celle de Sandbridge, située aux abords du Back Bay National Wildlife Refuge, promet un havre de paix aux amateurs de vie sauvage. Loin des magasins et de l’agitation urbaine, on y séjourne dans des maisons de bord de mer ou des condos. Si on préfère l’expérience camping, on va à la plage de la baie de Chesapeake. Cette baie tranquille nous permet de faire du kayak au coucher du soleil (chesapean.com) et de profiter d’une plage paisible dans le First Landing State Park, un lieu prisé pour ses emplacements de camping.

La plage principale de la ville est à l’image du littoral de la côte Est, vivant et très animé. On s’y rend si on est à la rcherche d’une expérience vacances plus citadine. À noter que les plages sont généralement accessibles aux fauteuils roulants et que la promenade est complètement asphaltée, donc facile à arpenter.

Dans cette ville entourée d’eau, pas étonnant que les activités qui la mettent en valeur soient au cœur de la vie des habitants. On y goûte – littéralement – en s’embarquant sur le bateau de Chris Ludford, de Pleasure House Oysters (pleasurehouseoysters.com). L’ostréiculteur nous emmène jusqu’à sa culture, où on récolte nos propres huîtres, les pieds dans la mer. Magique! Pour rendre l’expérience encore plus gourmande, on peut apporter notre vin, à siroter au soleil sur le bateau.

Les amateurs d’huîtres voudront aussi inscrire à leur itinéraire le restaurant Rockafeller’s (rockafellers.com). La propriétaire, BJ Baumann, nous accueille avec la spécialité de l’endroit: des huîtres Rockefeller. Véritable encyclopédie du monde ostréicole, elle possède le restaurant depuis maintenant 29 ans. Si on a envie de travailler un peu pour se sustenter, on loue un kayak de la compagnie Surf & Adventure (surfandadventure.com) et on pagaye tranquillement jusqu’au restaurant Blue Pete’s (bluepetespungo.com) pour s’installer sur la terrasse et déguster les fruits de mer et poissons locaux, cuisinés à la mode cajun. 

Passionnés de terroir

Virginia Beach regorge également de commerces mettant en valeur les richesses du terroir gastronomique de la région. New Earth Farm (newearthfarm.org), une ferme sympathique située à Pungo, offre des visites guidées à travers ses 21 acres de cultures instinctives.

Axés sur une philosophie de développement durable, les jeunes qui y travaillent ont à cœur d’y faire pousser des fruits et des légumes indigènes de la Virginie. Après avoir fait le tour du domaine, on s’attable dans la petite cuisine adjacente au champ, où on cuisine avec le produit des récoltes.

Envie de poursuivre l’expérience? On se rend chez Commune (communevb.com), un restaurant tenu par le propriétaire de la ferme. Ici, on cuisine exclusivement local et en grande majorité avec les produits du site. Le menu nous informe d’ailleurs de la provenance précise de chacun des aliments offerts sur la carte. On ne manque pas les déjeuners, aussi copieux que délicieux!

Pour continuer ce parcours gourmand, on ajoute à l’itinéraire le charmant restaurant The Bee & The Biscuit (beebiscuit.com), une ancienne maison achetée à l’époque par l’entremise du catalogue Sears. Les biscuits, spécialité du Sud, y sont par exemple servis accompagnés d’un latté coiffé de céréales Cinnamon Toast Crunch. Décadent et réconfortant!

Si des cocktails ou un brunch hors du commun nous tentent aussi, on opte pour le Bay Local (baylocalvb.com). À déguster absolument, le Bloody Mary, décoré d’un crabe complet, et les shrimps and grits, un plat traditionnel du Sud américain. Pour le 5 à 7, c’est à la Commonwealth Brewing Company (commonwealthbrewingcompany.com) que ça se passe! On y choisit une des bières brassées sur place, qu’on savoure à l’intérieur, assis à une des grandes tables partagées, ou dehors, sur la jolie terrasse. Il s’y déroule parfois des cours de yoga où tout le monde est bienvenu. Yoga et bière: le parfait combo pour des vacances réussies! 

Urbaine et vibrante

Adeptes de balades urbaines? Rendez-vous dans le ViBe Creative District (vibecreativedistrict.org), un quartier virginien complètement revitalisé et auquel plusieurs murales réalisées par des artistes locaux et internationaux, ainsi que de nouvelles boutiques, confèrent une agréable atmosphère artistique. On s’arrête au Three Ships Coffee (threeshipscoffee.com) pour un bon café, avant de se diriger vers la North End Bag Company (northendbagcompany.com), un atelier de cuir où on trouve de coquets sacs faits à la main. Si une petite séance de magasinage d’articles pour la maison nous tente, on s’arrête à la boutique 17th Street Marketplace (facebook.com/17thstmrktpl), un ancien entrepôt de planches de surf transformé en vraie caverne d’Ali Baba, qui rassemble du neuf et du vieux remis au goût du jour.

Si le temps nous le permet, on fait également un arrêt au MOCA, le Musée d’art contemporain de Virginie (virginiamoca.org). Les œuvres de plusieurs artistes locaux y sont exposés, de même que celles d’artistes de la relève. Une belle activité à faire quand on voyage en famille, car le musée offre plusieurs expériences interactives en lien avec ses expositions en cours.

En pratique

Y aller En voiture: il faut compter environ 12 heures à partir de Montréal. Si on dispose de beaucoup de temps, pourquoi ne pas s’arrêter à New York ou à Philadelphie en chemin? En avion: il n’y a pas de vols directs à partir de Montréal, mais plusieurs compagnies offrent des vols jusqu’à Norfolk, avec escale. Le temps y est généralement beau temps d’avril à la fin octobre.

Dormir Pour découvrir un morceau d’histoire, on s’arrête au Cavalier Hotel. Si la vue de la mer est notre priorité, on loue plutôt une chambre au Oceanaire Resort (diamondresorts.com). Et pour s’éloigner du centre-ville, on loue une maison près de la plage de Sandbridge ou un emplacement de camping au First Landing State Park.

Se déplacer Les transports en commun étant assez peu développés dans la région, on sera nettement plus mobile en voiture. Si on a choisi de venir par la voie des airs, on s’assure de pouvoir louer une auto sur place.