L'Arizona: chaleur, westerns, arts et spas!

iStockphoto.com

Canyons grandioses, couchers de soleil rougeoyants, grandes plaines désertiques remplies de cactus épars, paysages aux couleurs terreuses peuplés de cow-boys et de chevaux sauvages, ciel bleu qui ne pâlit que très rarement... bienvenue en Arizona!

Cet État du sud-ouest des États-Unis occupe un grand territoire, mais est peu peuplé. Sur les 6,6 millions d’habitants qui y vivent, plus de 60% se concentrent à Phoenix, la capitale, plus de 20% à Tucson, plus au sud, et le reste sur l’ensemble du territoire.

En arrivant en Arizona, on a l’impression d’entrer dans un décor de cinéma. Il a d’ailleurs servi de lieu de tournage à de nombreux westerns. Dans de vastes paysages aux couleurs de terre où poussent des cactus en forme de cigare, véritable emblème de l’Arizona, on voit poindre rochers et montagnes aux formes étranges. Les constructions, même les plus ambitieuses – les grands hôtels, par exemple – se fondent dans le décor environnant. Dans le Sud-Ouest particulièrement, l’architecture des maisons s’inspire de l’adobe, une construction de sable et de terre qui emprunte aux traditions amérindiennes et à l’architecture du Mexique, tout proche.

Ce qui différencie aussi l’Arizona des autres États américains, c’est la présence de sa population amérindienne, la troisième en importance aux États-Unis après celle de la Californie et de l’Oklahoma. Aujourd’hui, 21 communautés indigènes sont reconnues par le gouvernement fédéral. La plus importante est celle des Navajos, au nord de l’État. Le rythme tranquille qui règne dans les villes de Phoenix et de Tucson s’explique sans doute par cette présence autochtone.

L’influence amérindienne

L’influence amérindienne se retrouve non seulement dans l’architecture, mais aussi dans la cuisine (on y mange très bien), les soins de santé et la vie artistique et culturelle. Partout, des musées et des parcs sont consacrés à toutes ces nations indigènes à l’origine du peuplement de l’Arizona, dont les Hohokams, qui ont habité le désert de Sonora, entre Phoenix et Tucson, dès 350 avant J.-C. Ils ont transformé le désert en oasis d’agriculture, grâce à un système de canalisation dans les vallées entourant le fleuve Gila et la rivière Salt.

Cette civilisation a mystérieusement disparu avec l’arrivée des Espagnols, vers 1400 de notre ère; on peut voir quelques-uns de ses vestiges, dont des céramiques exceptionnelles, au Pueblo Grande Museum & Cultural Park, à quelques kilomètres de l’aéroport de Phoenix. À l’extérieur, on a recréé quelques maisons traditionnelles.



Pages :