Huit attraits touristiques à découvrir au Québec

Huit attraits touristiques à découvrir au Québec

Centre écologique de Port-au-Saumon

En Abitibi-Témiscamingue et en Estrie

En Abitibi-Témiscamingue  

La Forêt enchantée de Ville-Marie

C’est dans le Parc historique national de Fort-Témiscamingue (1720-1902), poste de traite en pays algonquin, que l’on trouve une forêt de thuyas occidentaux – que l’on appelle à tort cèdres au Québec. Vieux d’environ 150 ans, ces arbres immenses, qui sont exposés à des vents violents, présentent des formes étranges, tellement tourmentées qu’on a donné à cette forêt le nom de Forêt enchantée. 

Parc historique national de Fort-Témiscamingue 

En Estrie

La Salle d’opéra et la bibliothèque Haskell 

À Stanstead et à Derby Line, Québécois et Américains font bon ménage. À un point tel qu’ils se partagent un édifice peu banal érigé à cheval sur la frontière qui les traverse. C’est en 1904 que Martha Stewart Haskell décide, pour honorer la mémoire de son mari, de construire au coût de 50 000$ un édifice en granit qui abriterait une bibliothèque et, à l’étage, une salle d’opéra. On ne trouve un cas semblable nulle part ailleurs. La porte principale de la bibliothèque est située dans un pays (États-Unis) et tous les livres dans un autre (Canada). Dans la salle d’opéra, les spectateurs se trouvent du côté américain de la frontière, alors que la scène est en sol canadien. La bibliothèque, avec ses canapés et ses cheminées, de même que la salle d’opéra sont toujours en activité plus d’un siècle plus tard. L’orchestre I Musici de Montréal et le Vermont Symphony Orchestra font régulièrement partie de la programmation qui s’étend du printemps à l’automne. 

La Bibliothèque et Salle d’opéra Haskell 

La côte magnétique de Chartierville 

Sur la 257 Sud, route qui va du village de Chartierville à la frontière américaine, il se produit un drôle de phénomène. De la magie, disent certains. Au volant de son auto, le conducteur appuie sur l’accélérateur pour remonter la côte… du moins, c’est ce qu’il croit. En réalité, c’est une illusion d’optique. Toutes les côtes magnétiques ont les mêmes caractéristiques: un horizon occulté (ici il est caché par la végétation) et une pente abrupte. Sans ligne d’horizon, il est en effet très difficile de juger de la pente d’une surface. La réalité, c’est que lorsque le conducteur pense descendre, il monte. L’inverse est aussi vrai. Donc, pas de mystère, tout s’explique par un phénomène optique.

Centre d'interprétation de la côte magnétique de Chartierville 



Pages :

1

Commentaires

opinion

Charlevoix est l'un de mes lieux préféré au Québec!!!!!!!!!!!!