Chicago, la ville des vents

iStockphoto.com

La petite histoire de Chicago

Quand on évoque Chicago, on pense immanquablement à ses histoires de mafieux au temps de la prohibition, à ses cabarets de jazz et de blues, à ses équipes sportives et à sa célèbre pizza. Bien sûr, ces images lui collent encore à la peau, d’autant que le cinéma américain adore en jouer. Mais depuis une dizaine d’années, une nouvelle brise souffle sur cette ville. Une brise qui l’incite à prendre un virage plus contemporain et plus joyeux. Pour ce faire, Chicago a même tissé des liens avec Montréal et son Festival Juste pour rire, qui s’y est installé avec succès il y a cinq ans. On parle aussi de plus en plus de ses nombreux chefs avant-gardistes (dont Charlie Trotter) et de son nouveau parc du Millennium, qui rappelle à quel point cette ville est un musée de l’architecture. Et cela, il se pourrait fort bien que Chicago le doive non pas à un mafioso mais à une vache!

L’histoire raconte que, le 8 octobre 1871, la vache de madame O’Leary aurait mis le feu à son étable. Avec les vents qui soufflent régulièrement sur la ville, le terrible incendie s’est répandu comme une traînée de poudre, au point de traverser la rivière Chicago et de ravager sur son passage une bonne partie de la ville. À cette époque, Chicago était déjà un important carrefour de transport des marchandises vers toute l’Amérique. Il lui fallait donc renaître de ses cendres le plus rapidement possible, ce qui força les architectes à imaginer de nouvelles façons de construire... plus haut et plus vite! C’est ainsi qu’un malencontreux épisode provoqua la naissance des premiers gratte-ciel, faisant de Chicago un véritable laboratoire pour les architectes inspirés et innovateurs. 

Il fallut moins d’une décennie pour que la ville se reconstruise et devienne même un modèle, l’influence de l’école dite «de Chicago» se faisant sentir dans le reste du monde. Aujourd’hui, la belle a de quoi être fière, non seulement de ses premiers gratte-ciel mais de tous les autres qui se sont ajoutés au fil des ans.

Chicago nous force donc à lever la tête! Mais fort heureusement, on peut le faire de façon instructive et divertissante, grâce au Centre d’architecture et à la Fondation Chicago Architecture. Le premier abrite une énorme maquette de Chicago, qui nous offre une excellente introduction. Quant à la Fondation, elle propose des croisières guidées sur la rivière Chicago ainsi que des circuits en autobus et à pied, notamment dans le quartier surnommé The Loop. Ce quartier est l’un des chouchous du cinéma américain, à cause de son emblématique métro aérien qui entoure un quadrilatère de rues rempli de gratte-ciel historiques. Il ne faut pas hésiter à entrer dans ces immeubles dont chacun a son histoire et ses particularités.

Boulevard Jackson, par exemple, il y a le Monadnock et son hall de marbre. Un peu plus loin, on remarque la déesse romaine des moissons, qui couronne le Chicago Board of Trade, superbe édifice Art déco. Rue LaSalle, l’imposante banque de la Réserve Fédérale (au 230) fait face au chef-d’oeuvre de l’architecte Burnham, The Rookery (au 209) dont l’intérieur, la cour, l’escalier et la verrière du plafond ont été restaurés par le célèbre Frank Lloyd Wright. En arrivant à l’angle de la rue State, il faut prêter attention au premier gratte-ciel de verre et d’acier (aujourd’hui l’Hôtel Burnham) et, au coin nord-est, à l’immeuble du grand magasin Macy’ s, aussi élégant dehors que dedans! Ensuite, on pourra imiter la majorité des employés du quartier et aller faire une pause ou casser la croûte sur la Plaza Daley, à quelques pas d’une fontaine et d’une statue signée Picasso.

Non loin de là, avenue Michigan, l’architecture flirte avec l’art de belle façon. Le parc Millennium et son vaste amphithéâtre Jay Pritzker donnent le ton. Plusieurs fois par semaine, des concerts gratuits sont offerts sur ses pelouses. Pour les enfants, ce parc est l’occasion d’aller s’amuser à travers les projections d’images et les jets d’eau de l’immense Crown Fountain, puis de se faufiler sous les belles courbes de verre de la sculpture Cloud Gate, dont les multiples réflexions déforment les perspectives de façon amusante. 

À quelques pas de là nous attendent les nombreux trésors de l’Art Institute of Chicago, le deuxième musée d’art au pays pour la taille (après le Metropolitan Museum à New York). On peut aisément y passer quelques heures à louvoyer entre les chefs-d’oeuvre impressionnistes (Monet, Manet, Renoir, Cézanne, etc.) et le meilleur de l’art moderne américain, signé Edward Hopper, Andy Warhol et plusieurs autres.

Chicago doit aussi son charme au lac Michigan, bordé de belles plages, dont celle de Gold Coast qui débute au pied de l’avenue Michigan. Le matin ou en fin de journée, résidants comme visiteurs y viennent nombreux faire un peu de jogging ou une promenade familiale à vélo (possibilité d’en louer). 

À quelques mètres de la plage dorée prend naissance un quartier au nom évocateur: le Magnificent Mile. Avec ses magasins haut de gamme, cette portion de l’avenue Michigan réserve bien des tentations, de Niketown à Apple, en passant par Neiman Marcus et Tiffany & Co... On y aperçoit aussi la jolie Fourth Presbytarian Church, l’étonnante Tribune Tower (siège du quotidien The Chicago Tribune) et l’élégant Wrigley Building, orné de terre cuite blanche et couronné de son horloge emblématique. 

Puis on arrive à la rivière Chicago et à son agréable promenade, la Riverwalk, qui la borde des deux côtés. Le cours d’eau qui serpente au coeur de la ville y a toujours joué un rôle important, comme en témoignent les nombreux édifices qui la longent de part et d’autre. Ne résistons pas à l’envie d’y faire une croisière : on y aura l’un des meilleurs points de vue sur la ville, en défilant le long des anciens quartiers industriels (en pleine renaissance), sous les nombreux ponts mobiles et au pied des immeubles emblématiques de Chicago.

Pour un changement de perspective, il faut aller voir la ville d’en haut! Bien sûr, on peut se promener dans le tramway aérien ou s’offrir un tour de grande roue au Navy Pier. Mais pour vraiment grimper dans le ciel de Chicago, cap sur l’observatoire de la tour Willis (la plus haute de la ville) ou sur celui du Centre John Hancock, situé au coeur du Magnificent Mile. Ce dernier est perché au 94e étage. Et si l’on monte au 95e, on profitera de la même vue au bar Signature, un cocktail à la main... 

Voilà un plaisir qu’on peut aussi s’offrir dans la tour Trump – la deuxième de Chicago pour la hauteur –, qui surplombe un coude de la rivière. Grâce à cet emplacement exceptionnel, tant le restaurant Rebar (cocktails maison et sushis) qu’une terrasse au 16e nous placent aux premières loges pour admirer les gratte-ciel et les nuées de lumières qui se reflètent dans la rivière. Avec des airs de jazz en sourdine, il n’en faut pas plus pour avoir l’impression de dominer la ville des vents. Et comme par hasard, dans notre champ de vision, les aiguilles de l’horloge de l’édifice Wrigley semblent presque prêtes à s’immobiliser... Elles veulent sans doute nous aider à mieux profiter du moment et à imaginer tous les films que Chicago pourra encore inspirer.

Se rendre

  • Depuis quelques années, la compagnie Porter propose plusieurs vols hebdomadaires vers Chicago (via Toronto). Entre autres avantages, on arrive à l’aéroport de Midway, moins fréquenté et aisément accessible en transport en commun. www.flyporter.com
  • Visites de la Fondation Chicago Architecture. Départs au 224 South Michigan. Cet organisme propose aussi un circuit en autobus qui inclut les principaux quartiers de la ville, de même que la visite d’une étonnante demeure conçue par Frank Lloyd Wright (Robie House), située hors du centre. Un peu long (3 h 30) mais très complet! www.architecture.org

Pizza et gueuletons

  • Chicago est réputée pour sa pizza à croûte épaisse, dont plusieurs pizzerias revendiquent la paternité. Parmi celles-ci: la Pizzeria Uno (29 East Ohio St.) et Due (619 North Wabash Av.). 
  • Dans le même quartier se trouvent trois restaurants mexicains – le Frontera Grill, le Topolobampo (plus haut de gamme) et le Xoco, propriétés d’un chef vedette à la télévision. (445 et 449 North Clark St.). www.rickbayless.com/restaurants

Hébergement

  • L’hôtel Talbott, situé à deux pas du Magnificent Mile. Chaleureux, style d’époque avec beaucoup de boiseries et de grandes chambres confortables. 20 East Delaware. www.talbotthotel.com                                                                                                                                                 
  • Non loin, il y a aussi le Sofitel, plus chic et doté d’une belle terrasse. 20 East Chestnut. www.sofitel.com                                                                                                                                                                
  • Informations: www.choosechicago.com                                                                                                                            

Vous aimerez aussi


Le nord de la Virginie a tout pour plaire aux amoureux d’histoire et de patrimoine. La région compte en effet de nombreux musées et monuments liés à l’histoire américaine.

Envie de vacances au large? Découvrez la région paisible et pittoresque des «Kennebunks». Son charme saura vous réconcilier avec les côtes de la Nouvelle-Angleterre!

L’Empire State Building, la statue de la Liberté, Broadway, Times Square, les taxis jaunes… Est-ce qu’il ne serait pas temps d’aller voir, finalement, ces emblèmes mondialement connus et de se balader dans New York, cette ville fabuleuse qui ne dort jamais et qui fait rêver l’univers entier?



Pages :

1

Commentaires

Chicago, la ville des vents

Un grand Merci ! cet article est des plus intéressant, ça donne envie d'aller visiter Chicago et de plus vous avez aussi partager pour d'autres destinations que j'ai bien hâte de lire et découvrir,,,