Sur la route longtemps!

Sur la route longtemps!

Raivis Razgals via Unsplash

Bichonner notre voiture régulièrement est la clé si on veut lui ajouter des kilomètres au compteur. Nos conseils pour prendre de bonnes habitudes.

En 2019, le prix moyen d’une voiture au Québec était de 31 000 $, tandis que les minifourgonnettes, les véhicules utilitaires sport, les camions légers et les fourgonnettes coûtaient en moyenne 41 000 $. Sur 84 mois sans intérêt, selon les données de Statistique Canada, cela représente des paiements de 400 $ à et 600 $ par mois. 

Autrement dit, en gardant notre véhicule au-delà de son financement, on peut profiter d’un solide répit sur le plan budgétaire. Pour cela, toutefois, il faut en prendre soin, sinon gare aux réparations coûteuses. «La clé pour garder une voiture longtemps, c’est l’entretien», confirme Yves Racette, professeur de mécanique automobile à l’École des métiers de l’équipement motorisé de Montréal et responsable du Pôle d’expertise en véhicules électriques du Québec au Conseil provincial des comités paritaires de l’industrie des services automobiles. «Si on achète une voiture neuve et qu’on veut la garder 15 ou 20 ans, c’est possible… pour peu qu’on s’en occupe.» 

 

La prévention à toute vitesse

Pas besoin d’être un pro de la mécanique pour assurer une longue vie à notre voiture. Le manuel d’instructions du fabricant est un bon point de départ. Le consulter avant de prendre le volant est une façon sûre de nous familiariser avec notre nouvelle automobile et d’adopter dès les premiers kilomètres des habitudes qui pourraient augmenter son espérance de vie, comme de rouler à vitesse modérée les premiers jours, de noter la fréquence à laquelle il faut changer l’huile ou de connaître la signification des différents signaux du tableau de bord. 

On vérifie également les pièces devant être remplacées régulièrement, comme les essuie-glaces (une fois par année), les filtres à air ou à huile et la batterie (plusieurs fois au cours de la vie d’un véhicule), et on procède à tout changement essentiel, comme celui des liquides et des lubrifiants, en suivant les indications du manuel d’entretien.

La voiture vient aussi équipée d’un programme d’entretien aussi facile à suivre qu’une recette, parfois même avec des rappels automatisés! Il suffit de tenir compte du kilométrage indiqué sur son odomètre, puis d’ouvrir le manuel d’entretien à la page correspondante: toutes les instructions s’y trouvent. 

 

Notre ami, le mécanicien

Pour maximiser le kilométrage de notre voiture et éviter ainsi des factures de réparation qui grimperont à mesure qu’elle prend de l’âge, mieux vaut la confier à un mécano fiable et doué (homme ou femme, on tient à le préciser). «Il faut chercher un garage où le personnel est compétent et digne de confiance», rappelle Yves Racette. 

Cela dit, dénicher la personne idéale, qui veillera à l’entretien régulier de notre véhicule et nous conseillera judicieusement sur les réparations à effectuer, n’est pas toujours chose facile. Une bonne idée: s’informer auprès de son entourage. Rien de tel que le témoignage d’autres pour nous renseigner sur le savoir-faire d’un garagiste ou, au contraire, nous prévenir de sa malhonnêteté ou de son inaptitude. Avec un peu de chance, on pourrait entendre parler d’un mécanicien à la retraite qui habite tout près et qui propose ses services à une poignée d’amis ou de voisins en échange d’une somme raisonnable. Une autre façon de trouver la perle rare est de poser la question sur Facebook dans les groupes d’intérêt général de notre ville ou de notre région. Chaque coin du Québec en a plusieurs.

     

Voiture en confinement

Les experts le disent: une auto, c’est fait pour rouler. Laisser son véhicule stationné plusieurs jours d’affilée pourrait endommager diverses composantes, comme les freins et la batterie. Le mieux est de faire rouler notre voiture régulièrement, toujours en adoptant une conduite souple et en douceur. Si elle demeure à l’arrêt pendant une longue période (à partir de deux mois environ), on risque des pépins. Au printemps dernier, plusieurs automobilistes n’ayant pas utilisé leur auto pendant quelques semaines à cause du grand confinement ont eu de mauvaises surprises en reprenant le volant. «On a reçu un grand nombre de plaintes de gens concernant la batterie et les freins de leur voiture, se souvient George Iny, président de l’Association pour la protection des automobilistes (APA). Plusieurs songeaient même à changer de véhicule! On leur a expliqué que leur auto n’était pas forcément mûre pour le recyclage ou le cimetière de voitures parce que la batterie était morte ou que les freins avaient collé. L’entretien de ces derniers avait sans doute été négligé, et l’immobilité prolongée du véhicule n’a fait qu’aggraver la situation.» Si on se retrouve dans une telle situation, mieux vaut se tourner vers notre mécanicien afin de réparer les dégâts et se faire conseiller sur la marche à suivre pour la suite.

 

15 règles à suivre

1 Je lis mon manuel d’entretien. Pour se familiariser avec les composantes de sa voiture et se tenir à jour en ce qui a trait aux entretiens.

2 Je respecte la période de rodage. En roulant doucement les 3000 premiers kilomètres, on donne une chance à la voiture de se faire à la route.

3 J’opte pour un traitement antirouille. «Grouille avant que ça rouille», disait un fameux slogan publicitaire. C’est tout à fait exact. Ce genre de traitement garde une apparence jeune à notre voiture, mais aide aussi à préserver les pièces majeures, comme le moteur et la suspension… Et si jamais on revend, on sera moins perdant.

4 Je vérifie la pression des pneus régulièrement. Un manomètre ne coûte pas cher et occupe peu de place dans le coffre à gants. 

5 Je lave ma voiture. Surtout l’hiver! Un véhicule propre ne rouille pas, même sous la neige ou le verglas. 

6 Je change l’huile. On le fait aux changements de pneus ou à la fréquence recommandée.

7 J’adopte une conduite modérée. Les excès de vitesse et les freinages brusques peuvent causer une usure prématurée. 

8 Je me gare à l’ombre. Pour préserver la peinture.

9 Je pose de simples gestes préventifs. Par exemple, si le plastique d’un feu de signalisation est brisé, on applique du ruban adhésif de couleur pour empêcher l’eau de s’infiltrer. 

10 Je vérifie la charge maximum. Chaque véhicule peut porter ou tirer une charge maximale donnée. Une roulotte trop lourde, par exemple, pourrait sérieusement endommager la transmission en un rien de temps.

11 Je fais la rotation des pneus. Pour éviter une usure inégale. On demande au mécanicien de s’en occuper. 

12 Je climatises ma voiture l’hiver. On allume l’air climatisé quelques fois durant la saison froide pour assurer une bonne lubrification des joints. 

13 Je ne laisse pas le réservoir se vider complètement. Un réservoir qu’on attend toujours à la dernière goutte avant de remplir finit par rouiller. 

14 Je n’ignore pas les vibrations… Elles ne disparaîtront pas par enchantement. Mieux vaut faire vérifier par un mécanicien dès que possible. 

15 … ni les signaux lumineux. Quand le voyant check engine s’allume, par exemple, on se rend illico au garage.